DES TJ-TJC discutent Bible en main (Malaki 3:16)

DES TJ-TJC discutent Bible en main (Malaki 3:16)

DES TJ-TJC discutent Bible en main (Malaki 3:16) -.- DES TÉMOINS POUR ET DE JÉHOVAH et POUR ET DE JÉSUS-CHRIST discutent (Malaki 3:16 ) -.- TEMOIGNER POUR LE VRAI DIEU YaHaWaH ET SON FILS Jésus-Christ ET PROMOUVOIR LA BIBLE


La publicité intempestive qui se trouve sur le site-forum n'est pas de notre initiative, merci de votre compréhension, nous vous souhaitons une bonne lecture, et compréhensions, s'il vous plait aussi de lire le règlement du site-forum, et d'y apporter votre respect, et convenances. Cordialement. Bienvenue à tous, aux chrétiens (-ennes) et aux chercheurs (-cheuses) de la vérité Biblique, aux tj, aux tjc, aux tj-wtb&ts, aux tj-tjc....afin de servir le vrai Dieu : İHVH (İaHaVaH) et son fils : JC (Jésus-Christ//Yahshoua'h Maschia'h). Le site se met en "vacances" dès Janvier 2016, le site restera fermé pendant un temps indéterminé, pour les réponses et les sujets des internautes, donc il fonctionnera au ralenti pour les réponses et les sujets bibliques des administrateurs.


    LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Partagez

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Ven 13 Déc - 8:16

    LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Salomon : un bon et un mauvais exemple
    ((commentaires.....entre doubles parenthèses))
    *** w11 15/12 p. 8-12 Salomon : un bon et un mauvais exemple ***
    Salomon : un bon et un mauvais exemple
    “ [Le] Dieu de Jacob [...] nous instruira de ses voies, et nous voulons marcher dans ses sentiers. ” — Isaïe 2:3.

    1, 2. Quel profit y a-t-il à examiner la vie des personnages mentionnés dans la Bible ?
    1 Vous êtes sans aucun doute convaincu que la Bible est un livre dont la lecture vous est profitable. Elle raconte la vie d’hommes et de femmes dont la conduite fidèle et les qualités sont dignes d’être imitées (Hébreux 11:32-34). Cependant, elle en mentionne également d’autres dont les actions ou la mentalité sont à rejeter.
    2 En fait, certains personnages entrent dans les deux catégories. ((Selon le temps et les circonstances)). Prenez David, humble berger devenu roi puissant. D’un côté, il aimait la vérité et plaçait sa confiance en Jéhovah. Mais d’un autre côté, il s’est rendu coupable de fautes graves, en commettant un adultère avec Bath-Shéba, en organisant le meurtre d’Ouriya ou en ordonnant à tort un recensement. Intéressons-nous à présent à son fils Salomon, roi et rédacteur biblique, et examinons tout d’abord deux attitudes par lesquelles il s’est révélé exemplaire.
    “ La sagesse de Salomon ”

    3. Pourquoi peut-on affirmer que Salomon nous a laissé un bel exemple ?
    3 Jésus Christ a parlé de Salomon en termes élogieux, et ce faisant l’a présenté comme un homme qui peut nous servir d’exemple. Un jour, il a dit à des Juifs incrédules : “ La reine du Sud sera relevée, lors du jugement, avec cette génération et la condamnera ; parce qu’elle est venue des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, mais, voyez, ici il y a quelque chose de plus que Salomon. ” (Matthieu 12:42). Salomon était effectivement renommé pour sa sagesse, et il nous a exhortés à acquérir cette qualité.

    4, 5. a) Comment Salomon a-t-il obtenu la sagesse ? b) Comment nous est-il possible d’obtenir la sagesse ?
    4 Quand Salomon a commencé à régner, ((YHWH)) Dieu lui est apparu dans un rêve et l’a invité à demander ce qu’il voulait. Conscient de son manque d’expérience, le jeune roi a choisi la sagesse. (Lire 1 Rois 3:5-9.) Puisqu’il n’a réclamé ni la richesse ni la gloire, la chose a plu à Dieu, qui, outre “ un cœur sage et intelligent ”, lui a accordé la prospérité (1 Rois 3:10-14). Comme Jésus l’a fait observer, la sagesse de Salomon était si remarquable que la reine de Sheba, qui en avait entendu parler, a effectué un long voyage pour s’assurer qu’on lui avait dit vrai. — 1 Rois 10:1, 4-9.
    5 En ce qui nous concerne, nous ne nous attendons pas à recevoir la sagesse miraculeusement. Même si Salomon a déclaré que “ Jéhovah lui-même donne la sagesse ”, il a précisé que pour l’obtenir, il fallait fournir des efforts. “ [Prête] à la sagesse une oreille attentive, a-t-il écrit, afin d’incliner ton cœur vers le discernement. ” La notion d’effort ressort d’autres expressions qu’il a employées, telles que ‘ appeler ’, ‘ continuer à chercher ’ et ‘ rechercher sans relâche ’. (Proverbes 2:1-6.) À l’évidence, il est possible de devenir sage. ((, a-t-il écrit, cette insertion dans la citation biblique, est-elle une apostasie selon deutéronome 4:2 ?)).

    6. Comment montrerons-nous que nous accordons autant de prix à la sagesse que Salomon ?
    6 Demandons-nous : ‘ Est-ce que j’attache autant de prix à la sagesse divine que Salomon ? ’ L’instabilité de l’économie a conduit quantité de gens à accorder la priorité à leur travail ou à leurs finances. Pour d’autres, elle a déterminé le choix et la durée de leurs études. Qu’en est-il de vous et de votre famille ? Vos décisions montrent-elles que vous cherchez la sagesse divine comme un trésor ? Auriez-vous intérêt à modifier vos priorités ou vos objectifs pour gagner en sagesse ? Ne doutons pas qu’acquérir la sagesse et la mettre en pratique contribue à notre bonheur à long terme. C’est ce qu’affirme Salomon : “ Alors tu comprendras justice et jugement et droiture, toute la voie de ce qui est bon. ” — Proverbes 2:9.

    Le développement du vrai culte apporte la paix

    7. Comment le temple de Dieu a-t-il vu le jour ?
    7 Dans les premiers temps de son règne, Salomon a fait le nécessaire pour bâtir un temple grandiose qui remplacerait le tabernacle, en fonction depuis l’époque de Moïse (1 Rois 6:1). On l’appelle souvent le temple de Salomon. Toutefois, Salomon n’a pas été à l’origine du projet. Il n’a pas non plus vu dans celui-ci un moyen de se faire une réputation d’architecte ou de généreux bienfaiteur. C’est David qui le premier s’est proposé de bâtir un temple, à la suite de quoi Dieu lui a communiqué des plans détaillés pour le bâtiment et son mobilier. C’est encore David qui a largement contribué au financement de l’ouvrage (2 Samuel 7:2, 12, 13 ; 1 Chroniques 22:14-16). Salomon, lui, a été chargé d’en assurer la construction, laquelle s’est achevée au bout de sept ans et demi. — 1 Rois 6:37, 38 ; 7:51.

    8, 9. a) Quel exemple de persévérance Salomon nous a-t-il laissé ? b) Quels heureux effets le développement du vrai culte a-t-il eus ?
    8 Par la persévérance dont il a fait preuve pour accomplir de belles œuvres en faveur du vrai culte, Salomon nous a laissé un exemple digne d’être imité. Il n’a pas perdu de vue l’essentiel. Lorsque le temple a été terminé et que l’arche de l’alliance y a été déposée, Salomon a prié publiquement Jéhovah, lui adressant notamment cette requête : “ Que tes yeux soient ouverts et tournés vers cette maison nuit et jour, vers le lieu dont tu as dit : ‘' Là sera mon nom '’, pour écouter la prière par laquelle ton serviteur prie vers ce lieu. ” (1 Rois 8:6, 29). Les Israélites et les étrangers pourraient prier en direction de cet édifice sur lequel le nom de Dieu ((Yahawah)) avait été invoqué. — 1 Rois 8:30, 41-43, 60.
    9 Ainsi, Salomon a favorisé le développement du vrai culte. Quels en ont été les heureux effets ? Après l’inauguration du temple, le peuple “ [s’est réjoui] et [a eu] le cœur joyeux à cause de tout le bien que Jéhovah avait accompli pour David son serviteur et pour Israël son peuple ”. (1 Rois 8:65, 66.) Les 40 années de règne de Salomon ont été marquées par une paix et une prospérité exceptionnelles. (Lire 1 Rois 4:20, 21, 25.) C’est ce qui ressort du Psaume 72, qui nous donne également une idée des bénédictions que nous goûterons sous la domination du Grand Salomon, Jésus Christ. — Psaumes 72:6-8, 16.

    Un exemple qui nous sert d’avertissement

    10. Quelle est l’erreur de Salomon qui vient généralement en premier à l’esprit ?
    10 Pourquoi la vie de Salomon a-t-elle aussi valeur d’avertissement pour nous ? Peut-être pensez-vous tout de suite aux femmes et concubines étrangères qu’il s’est choisies. “ Il arriva, lit-on, au temps de la vieillesse de Salomon, que ses femmes avaient incliné son cœur à la suite d’autres dieux ; et son cœur ne fut pas complet à l’égard de Jéhovah. ” (1 Rois 11:1-6). Vous êtes très certainement résolu à ne jamais l’imiter sous ce rapport. Mais s’agit-il du seul avertissement qui se dégage de la vie de Salomon ? Arrêtons-nous sur certains détails qui passent facilement inaperçus, et tirons-en quelques leçons. ((, lit-on, cette insertion dans la citation biblique, est-elle une apostasie selon deutéronome 4:2 ?))

    11. Quelle déduction peut-on faire concernant le premier mariage de Salomon ?
    11 Salomon a gouverné pendant 40 ans (2 Chroniques 9:30). Dès lors, que peut-on déduire de 1 Rois 14:21 ? (Lire ce verset.) Selon ce passage, lorsque Rehabam est monté sur le trône à la mort de son père, il avait 41 ans. Sa mère était “ Naama l’Ammonite ”. Conclusion : avant de devenir roi, Salomon avait épousé une étrangère ((ou non Israélite)), issue d’une nation ennemie et idolâtre (Juges 10:6 ; 2 Samuel 10:6). Naama adorait-elle les idoles d’Ammôn ? Il est possible qu’après avoir servi ses dieux pendant un temps ((ou pour toujours)) elle les ait rejetés pour devenir une adoratrice de Jéhovah, comme Rahab et Ruth (Ruth 1:16 ; 4:13-17 ; Matthieu 1:5, 6). Toujours est-il que Salomon a probablement dû entretenir des relations avec une belle-famille ammonite, qui n’adorait pas Jéhovah.

    12, 13. Quelle décision regrettable Salomon a-t-il prise au début de son règne, et quel raisonnement a-t-il peut-être tenu ?
    12 Les choses ne se sont pas améliorées après l’intronisation de Salomon. D’après le récit, il “ s’allia par mariage avec Pharaon le roi d’Égypte ; il prit la fille de Pharaon et l’amena à la Cité de David ”. (1 Rois 3:1.) Cette Égyptienne a-t-elle marché sur les traces de Ruth et embrassé le vrai culte ? Rien ne permet de le penser. Au contraire, Salomon a fini par lui construire une maison hors de la Cité de David (pour elle et peut-être aussi pour ses servantes égyptiennes). Pour quelle raison ? Selon les Écritures, Salomon a estimé qu’il ne convenait pas qu’une adoratrice de faux dieux habite à proximité de l’endroit où demeurait l’arche de l’alliance. — 2 Chroniques 8:11.
    13 Salomon a peut-être vu les avantages politiques d’un mariage avec une princesse égyptienne. Mais un tel choix n’était pas justifiable. Longtemps auparavant, Jéhovah avait interdit aux Israélites de se choisir des femmes chez les Cananéens, nommant même certains peuples en particulier (Exode 34:11-16). Salomon a pu se dire que l’Égypte ne figurait pas dans la liste. Toutefois, était-ce raisonner correctement ? Jéhovah avait clairement mis en garde les Israélites : s’ils s’alliaient par mariage avec des nations païennes, ils risquaient d’abandonner le vrai culte. En réalité, Salomon a minimisé ce danger. — Lire Deutéronome 7:1-4.

    14. Quelle leçon pouvons-nous tirer de la conduite de Salomon ?
    14 Tirerons-nous leçon de la conduite de Salomon ? Une sœur tentée de nouer une relation amoureuse sans tenir compte de l’ordre de se marier “ seulement dans le Seigneur ” pourrait se chercher des excuses (1 Corinthiens 7:39). Certains seront tentés de participer à des activités extrascolaires — sportives ou autres —, de ne pas déclarer la totalité de leurs revenus, ou encore de mentir au lieu de révéler des actes dont ils ne sont pas fiers, et ils avanceront des arguments contestables pour se justifier. Retenons que Salomon a laissé un raisonnement tortueux l’amener à contourner la loi de Dieu. Ce danger nous guette également. ((c'est aussi le cas des tj/wtb&ts, qui ont avancé des arguments empruntés aux styles journalistiques modernes, et qui emploient des incises de narration, dans des citations bibliques, entre simples virgules,-alors que des crochets sont faits pour cela-, laissant entendre, ou croire, que ces incises font partie intégrante des textes originaux, alors qu'il n'en est rien ! là sont- ils en transgression flagrante des lois de YHWH, selon Deutéronome 4:2, et autres textes semblables ?))

    15. Comment Jéhovah s’est-il montré miséricordieux envers Salomon, et que ne devons-nous pas oublier ?
    15 Fait intéressant, selon le récit biblique, c’est après son mariage avec la princesse égyptienne que Dieu a exaucé la requête de Salomon en lui accordant sagesse et richesse (1 Rois 3:10-13). Le roi avait transgressé les instructions divines. Pourtant, rien n’indique que Jéhovah l’ait rejeté immédiatement ou discipliné sévèrement. ((idem pour les tj/wtb&ts, YHWH est patient jusqu'à ce qu'ils se repentent, s'excusent, et rectifient ce qui ce doit)) Voilà qui nous rappelle à quel point Dieu est conscient que “ nous sommes poussière ” et soumis à l’imperfection (Psaumes 103:10, 13, 14). Néanmoins, n’oublions jamais que nos actes peuvent avoir des conséquences, immédiates ou ultérieures. ((de même, des dirigeants tj/wtb&ts peuvent être des *pierres d'achoppement* pour d'autres chrétiens à cause des incises mal ponctuées))
    Des femmes par centaines !

    16. En se mariant avec beaucoup de femmes, de quoi Salomon a-t-il fait peu de cas ?
    16 Dans le Chant de Salomon, le roi ne cache pas son émerveillement à la vue d’une vierge qu’il juge plus belle que 60 reines et 80 concubines (Chant de Salomon 6:1, 8-10). Si Salomon avait autant de femmes à ce moment-là, leur nombre était considérable. Quand bien même toutes ou presque auraient servi Jéhovah, l’instruction divine transmise par Moïse stipulait que le roi d’Israël ne devait pas “ multiplier pour lui les épouses, de peur que son cœur ne s’écarte ”. (Deutéronome 17:17.) Cette fois encore, Jéhovah n’a pas rejeté Salomon. D’ailleurs, il a même continué de le bénir, l’inspirant pour qu’il compose le livre de la Bible qu’on appelle le Chant de Salomon.

    17. Quelle vérité ne devons-nous pas oublier ? ((Deutéronome 4:2))
    17 Faut-il en conclure que Salomon pouvait braver les commandements de Dieu impunément, ou bien que nous, ((les tj/wtb&ts)) nous le pouvons ? Absolument pas. Ce récit nous apprend surtout que Dieu se montre parfois patient pendant un certain temps. Cela dit, lorsqu’un serviteur de Dieu passe outre à ses instructions sans en payer aussitôt les conséquences, cela ne signifie pas qu’il ne s’attirera pas de déboires au bout du compte. Souvenons-nous de ces paroles de Salomon : “ Parce que la sentence contre une œuvre mauvaise n’a pas été exécutée rapidement, voilà pourquoi le cœur des fils des hommes s’est pleinement enhardi en eux à faire le mal. ” Il a ajouté : “ Je sais aussi [...] que cela tournera bien pour ceux qui craignent le vrai Dieu, parce qu’ils l’ont craint. ” — Ecclésiaste 8:11, 12.

    18. Comment Galates 6:7 trouve-t-il confirmation dans le cas de Salomon ?
    18 Malheureusement, Salomon n’a pas tenu ((toujours)) compte de cette vérité divine. Lui qui avait fait tant de bien et qui avait reçu tant de bénédictions... Le temps passant, il a accumulé les erreurs, et désobéir est devenu chez lui une habitude. L’apôtre Paul a déclaré à juste titre : “ Ne vous égarez pas : on ne se moque pas de Dieu. Car ce qu’un homme sème, cela il le moissonnera aussi. ” (Galates 6:7). Finalement, Salomon n’a pas échappé aux conséquences de sa conduite. On lit : “ Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères en même temps que la fille de Pharaon : des Moabites, des Ammonites, des Édomites, des Sidoniennes et des Hittites. ” (1 Rois 11:1). Une bonne partie de ces femmes sont restées dévouées à leurs faux dieux, et Salomon n’était pas invulnérable. Il s’est détourné de Jéhovah, le Dieu patient, et a perdu sa faveur. — Lire 1 Rois 11:4-8.

    Tirons leçon du bon comme du mauvais

    19. Pourquoi peut-on dire que la Bible contient quantité d’exemples à suivre ?
    19 Sous inspiration, Paul a observé : “ Toutes les choses qui ont été écrites jadis ont été écrites pour notre instruction, afin que, grâce à notre endurance et à la consolation des Écritures, nous ayons l’espérance. ” (Romains 15:4). Parmi ces “ choses qui ont été écrites ” figurent les récits de la vie de quantité d’hommes et de femmes ayant manifesté une foi hors du commun. Paul en a d’ailleurs cité quelques-uns : “ Que dirai-je encore ? Car le temps me manquera si je poursuis en racontant ce qui concerne Guidéôn, Baraq, Samson, Yiphtah, David, ainsi que Samuel et les autres prophètes, eux qui, grâce à la foi, ont vaincu des royaumes, réalisé la justice, obtenu des promesses, [...] eux qui de faibles qu’ils étaient ont été rendus puissants. ” (Hébreux 11:32-34). Nous avons tout lieu d’imiter le bel exemple que nous laissent ces fidèles.

    20, 21. Pourquoi être résolus à tirer profit des exemples bibliques qui nous servent d’avertissement ?
    20 D’autres récits bibliques contiennent des exemples ayant valeur d’avertissement. On en trouve notamment dans la vie de serviteurs de Dieu qui ont bénéficié pendant un temps de son approbation. Lors de notre lecture de la Bible, remarquons les circonstances et le cheminement qui les ont amenés à se détourner de Dieu. Nous constaterons que certains ont petit à petit laissé des mentalités ou des tendances pernicieuses se développer, avec de fâcheuses conséquences. Comment tirer des leçons de ces récits ? Posons-nous des questions du genre : ‘ Comment ce personnage a-t-il pris un mauvais pli ? Cela pourrait-il m’arriver ? Que puis-je faire pour éviter de commettre la même erreur ? ’
    21 Il nous faut prendre au sérieux ce que la Bible dit de ces hommes et de ces femmes du passé. Pourquoi ? Paul nous en fournit la raison : “ Ces choses leur arrivaient comme exemples, et elles ont été écrites pour nous avertir, nous sur qui les fins des systèmes de choses sont arrivées. ” — 1 Corinthiens 10:11.

    Qu’avez-vous appris ?
    • Comment se fait-il qu’on trouve dans la Bible aussi bien des exemples à suivre que des exemples ayant valeur d’avertissement ?
    • Comment Salomon en est-il venu à prendre de mauvaises habitudes ?
    • Quels avertissements la vie de Salomon contient-elle pour vous ?
    [Illustration, page 9] Salomon a mis en pratique la sagesse divine.
    [Illustrations, page 12] Tirez-vous leçon de ce qui est arrivé à Salomon ?


    Dernière édition par nikolaj tj/tjc le Ven 13 Déc - 20:41, édité 1 fois (Raison : mise en page)


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Mer 18 Déc - 18:20



    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Sam 28 Déc - 19:41

    [[références et commentaires entre doubles crochets ou ((.....)) ]]

    TG 23-29 DÉCEMBRE 2013 w13 15/10 p. 1-2 Sommaire Agis en accord avec la prière bienveillante de Jésus PAGE 26 • CANTIQUES : 57, 56
     Agis en accord avec la prière bienveillante de Jésus « Père, [...] glorifie ton fils, pour que ton fils te glorifie » (JEAN 17:1).
    QU’EN PENSES-TU ?
    Que signifie vraiment « connaître » Dieu ?
    Comment la prière de Jésus consignée en Jean 17 a-t-elle été exaucée au Ier siècle ?
    Comment, aujourd’hui, pouvons-nous agir en accord avec la prière de Jésus ?

    1, 2. Après avoir célébré la Pâque 33, qu’a inauguré Jésus avec ses apôtres fidèles ?
    1 LA SOIRÉE du 14 Nisan 33 de n. è. est bien avancée. Jésus et ses compagnons viennent de célébrer la Pâque, qui leur a rappelé que Dieu a délivré leurs ancêtres de l’esclavage en Égypte. Mais ses fidèles disciples bénéficieraient d’une délivrance bien plus grande, « une délivrance éternelle ». Le lendemain*, leur Conducteur exempt de péché sera exécuté par ses ennemis. Mais cet acte haineux se révélera une bénédiction. Le sang versé de Jésus fournira le fondement grâce auquel l’humanité sera délivrée du péché et de la mort (Hébreux 9:12-14).
    2 Afin qu’aucun de nous n’oublie cette disposition pleine d’amour, Jésus a institué une célébration annuelle qui remplacerait la Pâque. Comment ? Il a rompu un pain sans levain et le passant à chacun de ses 11 apôtres fidèles, il a dit : « Ceci représente mon corps qui va être donné pour vous. Continuez à faire ceci en souvenir de moi. » Ensuite, leur passant une coupe de vin rouge, il a dit : « Cette coupe représente la nouvelle alliance grâce à mon sang, qui va être répandu pour vous » (Luc 22:19, 20).

    3. a) Quel grand changement a suivi la mort de Jésus ? b) Quelles questions devrions-nous nous poser en rapport avec la prière de Jésus consignée en Jean chapitre 17 ?
    3 L’alliance de la Loi, que Dieu avait conclue avec l’Israël naturel, touchait à sa fin. Elle serait remplacée par une alliance entre Jéhovah et les disciples oints de Jésus. Jésus se souciait profondément du bien-être de cette nation spirituelle nouvellement née. L’Israël selon la chair était irrémédiablement divisé sur les plans religieux et social, ce qui couvrait d’opprobre le saint nom de Dieu (Jean 7:45-49 ; Actes 23:6-9). Jésus désirait que ses disciples restent quant à eux parfaitement unis afin d’œuvrer en harmonie pour rendre gloire au nom de Dieu. Que fait-il alors ? Il prononce la plus belle prière qu’un humain aura jamais l’honneur de lire (Jean 17:1-26 ; voir illustration du titre). Des siècles plus tard, nous sommes en mesure de répondre à la question : « Dieu a-t-il exaucé la prière de Jésus ? » Nous devrions par ailleurs nous examiner et nous demander : « Est-ce que j’agis en accord avec cette prière ? »

    LES PRIORITÉS DE JÉSUS

    4, 5. a) Qu’apprenons-nous des premières paroles de Jésus ? b) Comment Jéhovah a-t-il exaucé la requête de Jésus au sujet de son avenir ?
    4 Jésus parle à ses disciples jusque tard dans la nuit et leur transmet une précieuse connaissance venant de Dieu. Puis, levant les yeux au ciel, il fait cette prière : « Père, l’heure est venue ; glorifie ton fils, pour que ton fils te glorifie, selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, pour que, en ce qui concerne tout le groupe que tu lui as donné, il leur donne la vie éternelle. [...] Je t’ai glorifié sur la terre, ayant achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire. Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde soit » (Jean 17:1-5).
    5 Note, d’après ses premières paroles, quelles sont les priorités de Jésus. D’abord, c’est la glorification de son Père céleste, conformément à la première requête de son modèle de prière : « Père, que ton nom soit sanctifié » (Luc 11:2). Ensuite, il pense à ses disciples : que son Père « leur donne la vie éternelle ». Enfin, il fait une demande personnelle : « Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde soit. » Jéhovah exaucera son Fils fidèle au-delà de ce qu’il demande en lui donnant « un nom plus excellent que » celui de tous les anges (Hébreux 1:4).

    « CONNAÎTRE LE SEUL VRAI DIEU »

    6. Que devaient faire les apôtres pour obtenir la vie éternelle, et comment savons-nous qu’ils l’ont fait ?
    6 Jésus parle également de ce que nous, humains pécheurs, devons faire pour recevoir le don immérité de la vie éternelle (lire Jean 17:3). Nous devons continuer d’apprendre à connaître Dieu et Christ. Par exemple, apprenons tout ce que nous pouvons sur Jéhovah et son Fils. Tout aussi important, découvrons la joie qui découle de la mise en pratique de ce que nous apprenons sur Dieu. Les apôtres fidèles avaient déjà ces habitudes salvatrices puisque Jésus poursuit : « Les paroles que tu m’as données, je les leur ai données, et ils les ont reçues » (Jean 17:8). Mais pour obtenir la vie éternelle, ils devaient continuer de méditer sur les paroles de Dieu et les mettre en pratique au quotidien. S’y sont-ils appliqués jusqu’à la fin de leur vie terrestre ? Absolument. En effet, le nom personnel de chacun d’eux est écrit de façon indélébile sur les 12 pierres de fondement de la Nouvelle Jérusalem (Révélation 21:14).

    7. Que signifie « connaître » Dieu, et pourquoi est-ce si important ?
    7 Selon des spécialistes du grec, l’expression traduite par « apprennent à [...] connaître » peut aussi être rendue par « devraient continuer de connaître ». Les deux versions sont complémentaires, chacune a son importance. De plus, à Jean 17:3, la Bible avec notes et références propose cette traduction : « le fait qu’ils te connaissent ». L’expression« apprendre à connaître » désigne donc un processus continu qui mène à la condition privilégiée de celui qui « connaît » Dieu. Mais connaître le plus grand Personnage de l’univers, c’est plus qu’avoir une idée claire de ses qualités et de son dessein. C’est nouer un lien d’amour étroit avec lui et avec ceux qui croient en lui. « Celui qui n’aime pas, explique la Bible, n’a pas appris à connaître Dieu » (1 Jean 4:8). Connaître Dieu, c’est aussi lui obéir (lire 1 Jean 2:3-5). Quel honneur de faire partie de ceux qui connaissent Jéhovah ! Mais, comme Judas Iscariote, nous pourrions rompre cette précieuse relation. Alors entretenons-la de toutes nos forces et nous pourrons recevoir le don immérité de la vie éternelle (Mat. 24:13). ((cette incise n'est pas dans la bible: ,explique la Bible,  voir Deutéronome 4:2))

    « À CAUSE DE TON NOM »

    8, 9. Quelle était la préoccupation première de Jésus durant son ministère, et quelle tradition religieuse a-t-il dû rejeter ?
    8 Après avoir lu la prière rapportée en Jean 17, qui doutera du profond amour de Jésus, non seulement pour ses apôtres alors à ses côtés, mais aussi pour ses futurs disciples ? (Jean 17:20). Comprenons toutefois que notre salut n’est pas la préoccupation première de Jésus. Du début à la fin de son ministère, il a surtout travaillé à la sanctification et à la glorification du nom de son Père. Quand, dans la synagogue de Nazareth, il a révélé sa mission, il a lu dans le rouleau d’Isaïe : « L’esprit de Jéhovah est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer de bonnes nouvelles aux pauvres. » Nul doute qu’en lisant ce passage, Jésus a clairement prononcé le nom de Dieu (Luc 4:16-21). [[probablement vocalisé par : Yahawah, car la traduction "Jéhovah" date du douzième siècle, et est une traduction latine, puis française, et usuelle, par défaut de mieux, comme "Yahawah"]]
    9 Selon la tradition juive, longtemps avant que Jésus ne vienne sur terre, les chefs religieux décourageaient l’usage du nom de Dieu. Nous pouvons être sûrs que Jésus a fermement rejeté cette pratique contraire aux Écritures. Il a dit à ses adversaires : « Je suis venu au nom de mon Père, mais vous ne me recevez pas ; si un autre arrivait en son propre nom, celui-là vous le recevriez » (Jean 5:43). Quelques jours avant sa mort, il a exprimé ce qui lui tenait le plus à cœur par cette prière : « Père, glorifie ton nom » (Jean 12:28). Logiquement donc, son souci pour le nom de son Père transparaît tout au long de la prière qui fait l’objet de notre étude.

    10, 11. a) Comment Jésus a-t-il fait connaître le nom de son Père ? b) Quel but les disciples de Jésus visent-ils ?
    10 « J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde, dit encore Jésus. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés, et ils ont observé ta parole. En outre, je ne suis plus dans le monde, mais eux sont dans le monde et moi je viens vers toi. Père saint, veille sur eux à cause de ton nom que tu m’as donné, afin qu’ils soient un comme nous le sommes » (Jean 17:6, 11). [[cette incise n'est pas dans la bible: , dit encore Jésus. voir Deutéronome 4:2 ]]

    11 Jésus n’a pas fait connaître le nom de son Père à ses disciples en se contentant de le prononcer. Il leur a également enseigné ce que ce nom représente, autrement dit les qualités impressionnantes de Dieu et la façon dont il traite les humains (Exode 34:5-7). Depuis sa glorieuse position céleste, il continue d’aider ses disciples à faire connaître le nom de Jéhovah dans le monde entier. Dans quel but ? Celui de rassembler toujours plus de disciples avant la fin de l’actuel système de choses mauvais. Quel nom merveilleux Jéhovah se fera-t-il alors, tandis qu’il délivrera ses témoins fidèles ! (Ézékiel 36:23).

    « QUE LE MONDE CROIE »

    12. Pour mener à bien notre œuvre salvatrice, trois choses sont indispensables. Lesquelles ?
    12 Sur terre, Jésus a tout fait pour aider ses disciples à surmonter leurs faiblesses. Si ces derniers voulaient achever l’œuvre commencée par Jésus, ils le devaient absolument. « Comme tu m’as envoyé dans le monde, a-t-il prié, moi aussi je les ai envoyés dans le monde. » Pour mener à bien cette œuvre qui sauve des vies, trois choses leur seraient indispensables. Premièrement, ils ne devraient pas faire partie du monde impur de Satan. Deuxièmement, ils devraient être sanctifiés, ou rendus saints, en appliquant personnellement la vérité de la Parole de Dieu. Troisièmement, et Jésus supplie plusieurs fois à ce sujet, ils devraient être unis par un lien d’amour semblable à celui qui l’unit à son Père. Chacun de nous devrait donc se demander sérieusement : « Est-ce que j’agis en accord avec ces trois requêtes ? » Jésus était confiant : Si ses disciples observaient ces choses, « le monde croi[rait] que [Jéhovah l’avait] envoyé » (lire Jean 17:15-21). [[cette incise n'est pas dans la bible: , a-t-il prié, voir Deutéronome 4:2 ]]

     Se soumettant à l’action de l’esprit saint, les chrétiens du Ier siècle restaient unis (voir paragraphe 13).

    13. Comment la prière de Jésus a-t-elle été exaucée au Ier siècle ?
    13 Une étude des Actes d’apôtres, le livre biblique qui suit les quatre Évangiles, prouve que Jésus a été exaucé. Songe aux facteurs de discorde qui existaient parmi les premiers chrétiens : Les uns étaient d’origine juive, d’autres d’origine gentile ; il y avait des pauvres, des riches, des esclaves et des propriétaires d’esclaves. Pourtant, tous ont tissé des liens si étroits qu’ils ont été comparés aux différentes parties d’un corps humain, dont Jésus serait la tête (Éphésiens 4:15, 16). Un véritable miracle, dans le monde satanique si divisé ! C’est à Jéhovah, qui a rendu cela possible par l’action de son puissant esprit saint, qu’en revient tout le mérite (1 Corinthiens 3:5-7).

     Les adorateurs de Dieu du monde entier sont unis (voir paragraphe 14).

    14. Comment la prière de Jésus a-t-elle été exaucée aux temps modernes ?
    14 Malheureusement, cette unité miraculeuse a disparu à la mort des apôtres. Comme prédit, une grande apostasie s’est répandue et les sectes divisées de la chrétienté sont apparues (Actes 20:29, 30). Mais en 1919, Jésus a libéré ses disciples oints de l’emprise de la fausse religion et les a unis par « un lien d’union parfait » (Colossiens 3:14). Quel effet leur prédication a-t-elle eu ? Plus de sept millions d’« autres brebis » venant « de toutes nations et tribus et peuples et langues » se sont associées aux oints de Dieu pour former un seul troupeau (Jean 10:16 ; Révélation 7:9). Quelle réponse spectaculaire à cette prière de Jésus : « Que le monde sache que c’est toi [Jéhovah] qui m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé » (Jean 17:23).
    [[l'insertion : [Jéhovah], est correctement ponctuée]]

    UNE CONCLUSION TOUCHANTE

    15. Quelle requête particulière Jésus a-t-il faite en faveur de ses disciples oints ?
    15 Plus tôt dans la soirée, Jésus a donné de la gloire, ou de l’honneur, à ses apôtres en faisant avec eux une alliance pour qu’ils règnent avec lui dans son Royaume (Luc 22:28-30 ; Jean 17:22). En faveur de tous ceux qui seraient oints de l’esprit, il fait donc cette prière : « Père, quant à ce que tu m’as donné, je désire que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde » (Jean 17:24). Plutôt que d’envier les oints, les autres brebis de Jésus se réjouissent pour eux, preuve supplémentaire de l’unité qui règne parmi les vrais chrétiens aujourd’hui.

    16, 17. a) Quelle détermination Jésus exprime-t-il à la fin de sa prière ? b) Quelle devrait être notre détermination ?
    16 Oui, Jéhovah a un peuple uni qui le connaît vraiment. Mais, sous l’influence de leurs chefs religieux, la majorité des gens de ce monde préfèrent nier cette évidence. Les contemporains de Jésus avaient la même attitude. C’est pourquoi Jésus termine par ces paroles touchantes : « Père juste, le monde, en effet, n’a pas appris à te connaître, mais moi j’ai appris à te connaître, et ceux-ci ont su que c’est toi qui m’as envoyé. Et je leur ai fait connaître ton nom et je le ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux et moi en union avec eux » (Jean 17:25, 26).
    17 Qui niera que Jésus a agi en accord avec sa prière ? Étant le Chef de la congrégation, il continue de nous aider à faire connaître le nom et le dessein de son Père. Continuons donc de nous soumettre à sa direction en prêchant et en faisant des disciples avec zèle, comme il nous l’a ordonné (Matthieu 28:19, 20 ; Actes 10:42) [[Cf.2 Corinthiens 5-20]] . Préservons également de toutes nos forces notre précieuse unité. Nous agirons alors en accord avec la prière de Jésus, à la gloire du nom de Jéhovah et pour notre bonheur éternel.

    [Note]Nous sommes toujours le 14 Nisan.
    [Illustration, page 26]
    [Illustration, page 28]
    Se soumettant à l’action de l’esprit saint, les chrétiens du Ier siècle restaient unis (voir paragraphe 13).
    [Illustration, page 30]
    Les adorateurs de Dieu du monde entier sont unis (voir paragraphe 14).


    Dernière édition par nikolaj tj/tjc le Dim 29 Déc - 9:17, édité 2 fois (Raison : mise en page couleurs)


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Sam 4 Jan - 13:37

    TG 30 DÉCEMBRE 2013 – 5 JANVIER 2014
    w13 15/11 p. 1-2 Sommaire http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2013842 « Sois vigilant en vue des prières »
    PAGE 3 • CANTIQUES : 67, 81
     [Illustration, page 3] « Sois vigilant en vue des prières »
    « Soyez [...] sains d’esprit et soyez vigilants en vue des prières » (1 PIERRE 4:7).
    QUE RÉPONDRAIS-TU ? À quelles sortes de prières devrais-tu plus souvent recourir personnellement ? Pourquoi un vrai chrétien devrait-il prier sans cesse ? Qui tire profit de tes prières pour les autres ?

    1, 2. a) Pourquoi nous faut-il absolument être « vigilants en vue des prières » ? b) Que devrions-nous nous demander au sujet de nos prières ?
    1 « Le moment  de la nuit où on a le plus de mal à veiller, c’est juste avant le lever du jour », dit un ancien travailleur de nuit. Ceux qui doivent rester éveillés la nuit ne le contrediront probablement pas. Le chrétien se heurte à une difficulté semblable parce que la longue nuit qu’est le système mauvais de Satan est aujourd’hui au point le plus sombre de son histoire (Romains 13:12 La nuit est avancée ; le jour s’est approché. Débarrassons-nous donc des œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière.). Qu’il serait dangereux de s’endormir en cette heure avancée ! Nous devons donc impérativement être « sains d’esprit » et, comme nous le recommande la Bible, être « vigilants en vue des prières » (1 Pierre 4:7 Mais la fin de toutes choses s’est approchée. Soyez donc sains d’esprit et soyez vigilants en vue des prières.).

    2 Compte tenu du point où nous sommes dans le cours du temps, il est important que nous nous demandions : « Que révèlent mes prières sur mon degré de vigilance ? Est-ce que j’emploie toutes les formes de prières et est-ce que je prie sans cesse ? Ai-je l’habitude de prier pour les autres ou est-ce que la plupart de mes prières ne tournent qu’autour de mes besoins ? Enfin, quel lien important y a-t-il entre mes prières et mon salut ? »

    TOUTES SORTES DE PRIÈRES

    3. Cite différentes sortes de prières.
    3 Dans sa lettre aux Éphésiens, l’apôtre Paul parle de « toutes sortes de prières » (Éphésiens 6:18 tandis que par toutes sortes de prières et de supplications vous priez en toutes circonstances, en esprit. Et pour cela tenez-vous éveillés avec toute persévérance et avec supplication pour tous les saints,). Peut-être demandons-nous fréquemment à Jéhovah de nous aider à subvenir à nos besoins ou à surmonter des obstacles. Celui qui entend la prière écoute avec amour de telles requêtes (Psaume 65:2 Ô toi qui entends la prière, oui jusqu’à toi viendront des gens de toute chair.). Cependant, ne négligeons surtout pas ces autres formes de prières : la louange, l’action de grâces et la supplication.

    4. Pourquoi devrions-nous souvent adresser des louanges à Jéhovah ?
    4 Nous avons de nombreuses raisons d’adresser des louanges à Jéhovah. Par exemple, ne sommes-nous pas poussés à le louer lorsque nous pensons à « ses œuvres de puissance » et à « l’abondance de sa grandeur » ? (lire Psaume 150:1-6 Louez Yah ! Louez Dieu dans son saint lieu. Louez-le dans l’étendue de sa force.  2 Louez-le pour ses œuvres de puissance. Louez-le selon l’abondance de sa grandeur.  3 Louez-le avec la sonnerie du cor. Louez-le avec l’instrument à cordes et la harpe.  4 Louez-le avec le tambourin et la ronde. Louez-le [au son] des cordes et du chalumeau.  5 Louez-le avec les cymbales au son mélodieux. Louez-le avec les cymbales retentissantes.  6 Que tout ce qui respire loue Yah ! Louez Yah !). D’ailleurs, les six versets du Psaume 150 nous exhortent à 13 reprises à louer Jéhovah ! Rempli de révérence, le compositeur d’un autre psaume a chanté à Dieu : « Sept fois par jour je t’ai loué à cause de tes justes décisions judiciaires » (Psaume 119:164). Jéhovah mérite vraiment nos louanges. Ne devrions-nous donc pas lui en adresser « sept fois par jour », c’est-à-dire très souvent ?

    5. Pourquoi un état d’esprit reconnaissant nous protège-t-il ?
    5 L’action de grâces est une autre forme de prière importante. Paul a adressé aux chrétiens de la ville de Philippes cette exhortation : « Ne vous inquiétez de rien, mais en tout, par la prière et la supplication avec action de grâces, faites connaître vos requêtes à Dieu » (Philippiens 4:6). Exprimer notre profonde reconnaissance à Jéhovah s’avère une protection. Surtout en ces derniers jours où les gens sont « ingrats » (2 Timothée 3:1, 2). Dans ce monde règne en effet un esprit d’ingratitude qui, si nous n’y prenons pas garde, pourrait déteindre sur nous. Quand nous exprimons notre gratitude à Dieu, notre contentement se renforce et nous ne devenons pas « des gens qui murmurent » ou « qui se plaignent de leur sort dans la vie » (Jude 16). Quant au chef de famille, lorsqu’il inclut des actions de grâces dans ses prières, il entretient un état d’esprit reconnaissant chez sa femme et ses enfants.

    6, 7. Qu’est-ce que la supplication, et à propos de quoi peut-on supplier Jéhovah ?
    6 La supplication est une demande pressante qui s’accompagne de sentiments intenses. À propos de quoi pouvons-nous supplier Jéhovah ? La persécution ou une maladie grave sont bien entendu de bonnes raisons de le faire. On comprend que, dans de telles situations, une requête puisse se transformer en supplication. Mais pouvons-nous supplier Jéhovah pour d’autres raisons ?

    7 Note, dans le Notre Père, ce que Jésus a dit au sujet du nom, du Royaume et de la volonté de Dieu (lire Matthieu 6:9, 10 “ Vous devez donc prier ainsi : “ ‘ Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié. 10 Que ton royaume vienne. Que ta volonté se fasse, comme dans le ciel, aussi sur la terre.). Le monde actuel est saturé de méchanceté et les gouvernements humains ne sont pas capables de combler ne serait-ce que les besoins élémentaires de leurs sujets. Il est donc impérieux de prier pour la sanctification du nom de notre Père céleste et pour que son Royaume débarrasse la terre de la domination de Satan. C’est aussi le moment de supplier Jéhovah d’accomplir sa volonté sur terre comme il l’a fait au ciel. Alors restons vigilants, n’hésitons pas à recourir à toutes sortes de prières.

    « PRIE SANS CESSE »

    8, 9. Pourquoi ne devrions-nous pas condamner trop vite Pierre et les autres apôtres qui se sont endormis dans le jardin de Gethsémané ?
    8 Bien que l’apôtre Pierre ait exhorté les chrétiens à être « vigilants en vue des prières », lui-même ne l’a pas été au moins une fois. Il faisait partie des disciples qui s’étaient endormis pendant que Jésus priait dans le jardin de Gethsémané. Leur Maître leur avait alors dit : « Veillez et priez sans cesse », mais ils ne l’avaient pas fait (lire Matthieu 26:40-45 Et il vint vers les disciples et les trouva en train de dormir, et il dit à Pierre : “ Ainsi, vous n’avez pas pu veiller une heure avec moi ? 41 Veillez et priez sans cesse, pour que vous n’entriez pas en tentation. L’esprit, en effet, est ardent, mais la chair est faible. ” 42 De nouveau, pour la deuxième fois, il s’en alla et pria, disant : “ Mon Père, s’il n’est pas possible que ceci passe sans que je le boive, que ta volonté se fasse. ” 43 Et il vint de nouveau et les trouva en train de dormir, car leurs yeux étaient lourds. 44 Les laissant donc, il s’en alla de nouveau et pria pour la troisième fois, redisant la même parole. 45 Alors il vint vers les disciples et leur dit : “ En un moment pareil vous dormez et vous vous reposez ! Voyez ! L’heure s’est approchée où le Fils de l’homme doit être livré aux mains des pécheurs.).

    9 Toutefois, ne jugeons pas sévèrement Pierre et les autres apôtres qui n’ont pas veillé. Souvenons-nous que leur « chair », faible, avait certainement été épuisée par les évènements de la journée. Ils avaient préparé la Pâque, qu’ils avaient célébrée le soir. Puis, établissant un modèle pour les futurs anniversaires de sa mort, Jésus avait institué le Repas du Seigneur (1 Corinthiens 11:23-25 Car moi, j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai aussi transmis : que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il allait être livré, a pris un pain 24 et, après avoir rendu grâces, il l’a rompu et a dit : “ Ceci représente mon corps qui est pour vous. Continuez à faire ceci en souvenir de moi. ” 25 Il a fait de même à l’égard de la coupe aussi, après avoir pris le repas, en disant : “ Cette coupe représente la nouvelle alliance grâce à mon sang. Continuez à faire ceci, toutes les fois que vous la boirez, en souvenir de moi. ”). « Après avoir chanté des louanges, ils sortirent vers le mont des Oliviers », ce qui représentait notamment une petite marche dans les ruelles de Jérusalem (Matthieu 26:30, 36 Alors Jésus vint avec eux à l’endroit appelé Gethsémané, et il dit aux disciples : “ Asseyez-vous ici, pendant que je m’en vais là-bas pour prier. ”). Il devait donc être plus de minuit. Si nous avions été dans le jardin de Gethsémané cette nuit-là, nous nous serions peut-être endormis nous aussi. Au lieu de faire des reproches aux apôtres, Jésus a reconnu affectueusement que, si « l’esprit [...] est ardent », « la chair est faible ».
    [Illustration, page 5] Bien qu’il ait trébuché, Pierre a appris à être « vigilan[t] en vue des prières » (voir paragraphes 10, 11).

    10, 11. a) Qu’a enseigné à Pierre l’épisode du jardin de Gethsémané ? b) Que t’enseigne la mésaventure de Pierre ?
    10 Pierre n’oubliera pas l’épisode du jardin de Gethsémané. Il va comprendre dans la douleur ce que peut coûter un manque de vigilance. Un peu plus tôt, Jésus avait affirmé : « Vous tous, vous trébucherez à mon sujet cette nuit-ci. » Pierre s’était alors exclamé : « Même si tous les autres trébuchent à ton sujet, moi, jamais je ne trébucherai. » Mais, avait répondu Jésus, Pierre le renierait trois fois. Imperturbable, l’apôtre avait déclaré : « Même si je devais mourir avec toi, non je ne te renierai pas » (Matthieu 26:31-35). Pourtant, comme prédit, il a trébuché. Anéanti à la suite de son dernier reniement, il « pleura amèrement » (Luc 22:60-62).

    11 Tirant certainement leçon de cet évènement, Pierre a surmonté sa tendance à être trop sûr de lui. La prière l’y a de toute évidence aidé. D’ailleurs, l’exhortation à être « vigilants en vue des prières » vient de lui. Suivons-nous ce conseil divinement inspiré ? De plus, prions-nous Jéhovah « sans cesse », reconnaissant que nous dépendons de lui ? (Psaume 85:8 Je veux entendre ce que dira le [vrai] Dieu Jéhovah, car il parlera de paix à son peuple et à ses fidèles, mais qu’ils ne retournent pas à la confiance en soi.). Retenons également cet avertissement de Paul : « Que celui qui pense être debout prenne garde de ne pas tomber » (1 Corinthiens 10:12).

    RÉPONSE AUX PRIÈRES DE NEHÉMIA

    12. Quel bel exemple Nehémia nous laisse-t-il ?
    12 Remontons au Ve siècle av. n. è. Nehémia, alors échanson du roi de Perse Artaxerxès, nous offre un bel exemple d’homme ayant prié avec ferveur. Pendant des jours, raconte-t-il, il a jeûné et prié devant Dieu sans relâche à propos de la situation des Juifs de Jérusalem (Nehémia 1:4 Et il arriva, dès que j’entendis ces paroles, que je m’assis et me mis à pleurer, et je fus dans le deuil pendant des jours ; je jeûnai et je priai devant le Dieu des cieux, sans relâche.). Quand le roi lui a demandé pourquoi son visage était triste et ce qu’il pouvait faire pour lui, « aussitôt » il « pri[a] le Dieu des cieux » (Nehémia 2:2-4 Aussi le roi me dit : “ Pourquoi ton visage est-il triste, alors que toi, tu n’es pas malade ? Ce n’est pas autre chose qu’une tristesse de cœur. ” Et j’eus très peur. 3 Alors je dis au roi : “ Que le roi vive pour des temps indéfinis ! Pourquoi mon visage ne deviendrait-il pas triste quand la ville, la maison des tombes de mes ancêtres, est dévastée et que ses portes ont été dévorées par le feu ? ” 4 Alors le roi me dit : “ Que cherches-tu [donc] à obtenir ? ” Aussitôt je priai le Dieu des cieux.). Jéhovah l’a-t-il entendu ? Oui. Il l’a exaucé en dirigeant les évènements en faveur de son peuple (Nehémia 2:5, 6 Puis je dis au roi : “ Si vraiment cela paraît bon au roi, et si ton serviteur paraît bon devant toi, [je demande] que tu m’envoies vers Juda, vers la ville des tombes de mes ancêtres, pour que je la rebâtisse. ” 6 Alors le roi me dit, son épouse royale étant assise à côté de lui : “ Combien de temps durera ton voyage, et quand reviendras-tu ? ” Et il parut bon, devant le roi, de m’envoyer, après que je lui eus indiqué le temps fixé.). Comme la foi de Nehémia a dû en sortir fortifiée !
    ((*, raconte-t-il,* : cette insertion n’est pas dans la bible et est en opposition aux paroles de YHWH selon Deutéronome 4 :2  ))study 

    13, 14. Que devrions-nous faire pour garder une foi forte et résister aux tentatives de Satan pour nous décourager ?
    13 Si, comme Nehémia, nous prions sans relâche, nous garderons une foi forte. Impitoyable, Satan nous attaque généralement quand nous sommes faibles. Par exemple, si nous luttons contre une maladie ou la dépression, nous pourrions penser que le temps que nous passons dans le ministère chaque mois a très peu de valeur aux yeux de Dieu. Certains d’entre nous sont peut-être tourmentés par des pensées pénibles, parfois en raison de leur passé. Satan voudrait nous faire croire que nous ne valons pas grand-chose. Il se sert souvent de ce genre de sentiments pour affaiblir notre foi. Mais si nous sommes « vigilants en vue des prières », nous conserverons une foi forte. Et grâce au « grand bouclier de la foi », nous pourrons « éteindre tous les projectiles enflammés du méchant » (Éphésiens 6:16).
    [Illustrations, page 6] Si nous sommes « vigilants en vue des prières », nous serons capables de surmonter toutes sortes de difficultés (voir paragraphes 13, 14).

    14 Si nous sommes « vigilants en vue des prières », le jour où notre foi subira une épreuve inattendue nous ne serons pas pris au dépourvu et ne transigerons pas. Face aux épreuves, souvenons-nous de l’exemple de Nehémia : prions immédiatement. Ce n’est qu’avec l’aide de Jéhovah que nous parviendrons à résister aux tentations et à surmonter les épreuves de notre foi.

    PRIE POUR LES AUTRES

    15. Quelles questions devrions-nous nous poser concernant nos prières pour les autres ?
    15 Jésus a supplié pour que la foi de Pierre ne défaille pas (Luc 22:32 Mais j’ai supplié pour toi, pour que ta foi ne défaille pas ; et toi, une fois revenu, fortifie tes frères. ”). De la même manière, Épaphras, chrétien fidèle du Ier siècle, a « lutté dans ses prières » pour ses frères de Colosses. Il « ne cesse pas de prier avec ardeur pour vous, leur a écrit Paul, afin que vous demeuriez fermes, spirituellement adultes et bien décidés à faire en tout la volonté de Dieu » (Col. 4:12, Bible en français courant). Demandons-nous donc : « Est-ce que je prie avec ardeur pour mes frères du monde entier ? Est-ce que je mentionne souvent dans mes prières mes compagnons chrétiens victimes de catastrophes naturelles ? Quand, pour la dernière fois, ai-je lutté dans mes prières pour ceux qui ont de lourdes responsabilités dans l’organisation de Jéhovah ? Ai-je récemment prié pour un membre de la congrégation qui rencontre des épreuves ? » ((*, leur a écrit Paul,* : cette insertion n’est pas dans la bible et est en opposition aux paroles de YHWH selon Deutéronome 4 :2  study ))


    16. Nos prières pour les autres comptent-elles vraiment ? Explique.
    16 Nos prières en faveur des autres peuvent leur être réellement bénéfiques (lire 2 Corinthiens 1:11 Vous aussi, vous pouvez [y] coopérer par votre supplication pour nous, afin que grâces soient rendues par beaucoup en notre faveur pour ce qui nous est donné volontiers à cause d’un grand nombre de visages [suppliants].). Lorsqu’un grand nombre de ses adorateurs lui adressent des requêtes répétées, Jéhovah n’est pas obligé d’agir. Mais cette sincère préoccupation collective ne lui échappe pas et, lorsqu’il répond aux prières, il en tient compte. Prenons donc à cœur l’honneur et la responsabilité qui sont les nôtres de prier pour les autres. Comme Épaphras, exprimons notre amour et notre souci pour nos frères et sœurs chrétiens en luttant pour eux dans nos prières. Nous en serons plus heureux, car « il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Actes 20:35).

    « NOTRE SALUT EST PROCHE »

    17, 18. À quoi la vigilance en vue des prières nous aidera-t-elle ?
    17 Juste avant de déclarer : « La nuit est avancée ; le jour s’est approché », Paul a écrit : « Vous connaissez l’époque, que c’est déjà l’heure de vous réveiller du sommeil, car maintenant notre salut est plus proche qu’au temps où nous sommes devenus croyants » (Romains 13:11, 12). Le monde nouveau promis par Dieu est en vue, et notre salut est plus proche que nous ne l’imaginons peut-être. Ne nous endormons donc pas spirituellement, et ne laissons surtout pas les distractions du monde empiéter sur le temps que nous pourrions passer seuls avec Jéhovah à le prier. Soyons plutôt « vigilants en vue des prières ». Ainsi, tout en attendant le jour de Jéhovah, nous accomplirons des « actes de sainte conduite » et des « actions marquées par l’attachement à Dieu » (2 Pierre 3:11, 12). Notre façon de vivre révélera que nous restons éveillés spirituellement et que nous croyons vraiment que la fin de l’actuel système de choses est proche. Alors « pri[ons] constamment » (1 Thessaloniciens 5:17). Imitons par ailleurs Jésus qui se réservait des moments de solitude pour prier. Si nous prions longuement seuls, nous nous rapprocherons de Jéhovah (Jacques 4:7, 8 Soumettez-vous donc à Dieu ; mais opposez-vous au Diable, et il fuira loin de vous. 8 Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs, et purifiez vos cœurs, gens indécis.). Nous en retirerons d’immenses bienfaits.

    18 Les Écritures déclarent : « Aux jours de sa chair Christ a offert des supplications ainsi que des requêtes à Celui qui pouvait le sauver de la mort — avec des cris puissants et des larmes —, et il a été entendu favorablement pour sa crainte de Dieu » (Hébreux 5:7). Ayant offert des supplications et des requêtes, Jésus est resté fidèle à Dieu jusqu’à la dernière seconde de sa vie terrestre. C’est pourquoi Jéhovah a sauvé son Fils bien-aimé de la mort et lui a donné la vie éternelle ((immortelle)) dans les cieux. Nous aussi, nous sommes capables de rester fidèles à notre Père céleste, quelles que soient les tentations et les épreuves qui nous attendent peut-être. Oui, nous pouvons obtenir le prix, la vie éternelle, à condition de rester « vigilants en vue des prières ».

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
    ((---les chrétiens, témoignant pour Jéhovah, et pour Jésus, son Christ, se doivent aussi de prier YHWH pour que les enseignants tj/wtb&ts arrêtent de désobéir à son commandement contenu en : Deutéronome 4 :2, (et autres versets semblables),  et cessent de distiller des paroles insérées dans les citations de textes bibliques, qui n’en font pas partie, ou bien de les placer avant ou après la citation, ou bien de les distinguer des extrait cités par des [[……….]].le feront-ils ?

    Cf. *** (Romains 9:14-18) 14 Que dirons-nous donc ? Y a-t-il de l’injustice chez Dieu ? Que cela n’arrive jamais ! 15 Car il dit à Moïse : “ J’aurai pitié de qui j’ai pitié, et j’aurai compassion de qui j’ai compassion. ” 16 Ainsi donc, cela dépend, non pas de celui qui veut ni de celui qui court, mais de Dieu, qui a pitié. 17 Car l’Écriture dit à Pharaon : “ C’est pour cela même que je t’ai laissé subsister, pour montrer à ton sujet ma puissance, et pour que mon nom soit proclamé dans toute la terre. ” 18 Ainsi donc, il a pitié de qui il veut, mais il laisse s’obstiner qui il veut. *** des enseignants tj/wtb&ts sont-ils « obstinés », si oui, jusqu’à quand ?  Question ))


    Dernière édition par nikolaj tj/tjc le Ven 17 Jan - 9:39, édité 4 fois (Raison : précisions compléments)


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Dim 19 Jan - 4:27

    TG 13-19 JANVIER 2014 BIBLIOTHÈQUE EN LIGNE Watchtower La Tour de Garde – 2013 w13 15/11 p. 1-2 Sommaire
    13-19 JANVIER 2014 Qui sont aujourd’hui les sept bergers et les huit ducs ? PAGE 16 • CANTIQUES : 43, 123

    w13 15/11 p. 16-20 Qui sont aujourd’hui les sept bergers et les huit ducs ?
    UN NOUVEAU BERGER, UNE AUTRE FAÇON DE FAIRE, LE ROI FAIT CONFIANCE À JÉHOVAH, HIZQIYA AGIT SAGEMENT, DES LEÇONS POUR NOUS

     Qui sont aujourd’hui les sept bergers et les huit ducs ? [Illustration, page 16] « Il nous faudra susciter contre lui sept bergers, oui, huit ducs d’entre les humains » (MIKA 5:5).
    SAURAIS-TU RÉPONDRE ? Comment, au VIIIe siècle av. n. è., Hizqiya, Isaïe, Mika et les princes de Jérusalem se sont-ils révélés de bons bergers ? Qui sont aujourd’hui les sept bergers et les huit ducs ? Explique. Quelle est la meilleure chose à faire pour te préparer à une attaque ennemie contre le peuple de Dieu ?

    1. Pourquoi le complot de la coalition syro-israélite était-il voué à l’échec ?
    1 UN JOUR, entre 762 et 759 av. n. è., le roi d’Israël et le roi de Syrie ont déclaré la guerre au roi de Juda. Leur objectif ? Envahir Jérusalem, détrôner le roi Ahaz et le remplacer par un homme qui n’était peut-être pas descendant du roi David (Isaïe 7:5, 6). Le roi d’Israël n’avait pas beaucoup réfléchi. En effet, selon la promesse divine, le trône de Jéhovah serait toujours occupé par un descendant de David ; or la parole de Dieu ne manque jamais de s’accomplir (Josué 23:14 ; 2 Samuel 7:16).

    2-4. Explique comment Isaïe 7:14, 16 s’est réalisé a) au VIIIe siècle av. n. è., et b) au Ier siècle de n. è.
    2 Au début, l’alliance syro-israélite a semblé avoir le dessus. En une seule bataille, Ahaz a perdu 120 000 soldats ! Maaséïa, « le fils du roi », a été tué (2 Chroniques 28:6, 7). Mais Jéhovah regardait. Il n’avait pas oublié sa promesse faite à David. Il a donc envoyé vers Ahaz le prophète Isaïe, porteur d’un message très encourageant.

    3 Le message était le suivant : « Voyez ! La jeune fille deviendra bel et bien enceinte, et elle met au monde un fils, et, à coup sûr, elle l’appellera du nom d’Emmanuel. [...] avant que le garçon sache rejeter le mal et choisir le bien, le sol des deux rois devant qui tu ressens un effroi mêlé d’aversion [la Syrie et Israël] sera complètement abandonné » (Isaïe 7:14, 16). On applique souvent la première partie de cette prophétie à la naissance du Messie, ce qui est correct (Matthieu 1:23). Cependant, puisque les « deux rois », celui de Syrie et celui d’Israël, n’étaient plus une menace pour Juda au Ier siècle de n. è., la prophétie concernant Emmanuel doit avoir eu un accomplissement initial à l’époque d’Isaïe.

    4 Peu après qu’Isaïe a fait cette annonce remarquable, sa femme* est tombée enceinte et lui a donné un fils qu’ils ont appelé Maher-Shalal-Hash-Baz. Il est possible que cet enfant ait été l’« Emmanuel » dont parle la prophétie. En effet, aux temps bibliques, un enfant pouvait recevoir un nom à sa naissance, peut-être en mémoire d’un évènement particulier, mais être appelé d’un autre nom par ses parents et ses proches (2 Samuel 12:24, 25). Rien ne prouve qu’on ait jamais appelé Jésus du nom d’Emmanuel (lire Isaïe 7:14 ; 8:3, 4).
    ((notes * Le terme hébreu traduit par « jeune fille » en Isaïe 7:14 peut désigner soit une femme mariée soit une vierge. Ainsi, il pouvait aussi bien s’appliquer à la femme d’Isaïe qu’à la vierge juive Marie.))

    5. Quelle décision insensée le roi Ahaz a-t-il prise ?
    5 Pendant qu’Israël et la Syrie se concentraient sur Juda, une autre nation, militariste, convoitait la même région. C’était la puissance mondiale montante : l’Assyrie. Avant d’attaquer Juda, le royaume du Sud, selon Isaïe 8:3, 4 cette puissance emporterait « les ressources de Damas » et « le butin de Samarie ». Au lieu de croire la parole de Dieu transmise par Isaïe, Ahaz, qui manquait de foi, a conclu un pacte catastrophique avec les Assyriens, qui en définitive sont devenus les oppresseurs de Juda (2 Rois 16:7-10). Quel berger décevant Ahaz a été pour ses sujets ! Demandons-nous : « Quand je dois prendre des décisions importantes, est-ce que je fais confiance à Dieu ou aux hommes ? » (Proverbes 3:5, 6).

    UN NOUVEAU BERGER, UNE AUTRE FAÇON DE FAIRE

    6. Compare les règnes d’Ahaz et de Hizqiya.
    6 Lorsqu’en 746 av. n. è. Ahaz est mort, son fils Hizqiya a hérité d’un royaume dévasté matériellement et spirituellement. Une fois monté sur le trône, quelle a été sa priorité ? Redresser l’économie chancelante du pays ? Non. Hizqiya était un homme spirituel, un digne berger de son troupeau. Sa première action a été de rétablir le culte pur et de consolider les liens qui s’étaient distendus entre la nation infidèle et Jéhovah. Comprenant ce que Dieu attendait de lui, il a agi énergiquement. Quel bel exemple ! (2 Chroniques 29:1-19).

    7. Pourquoi était-il important que les Lévites sachent que le nouveau roi les soutenait ?
    7 Les Lévites joueraient un rôle-clé dans le travail colossal de restauration du culte pur. Hizqiya s’est donc réuni avec eux pour les assurer de son soutien. Vois-tu les larmes ruisseler sur les visages de ces hommes de foi tandis que leur roi déclare : « C’est vous que Jéhovah a choisis pour vous tenir devant lui, pour le servir » ? (2 Chroniques 29:11). Le devoir des Lévites était clair : promouvoir le culte pur !

    8. Qu’a encore entrepris Hizqiya pour affermir la spiritualité de la nation, et qu’en est-il résulté ?
    8 Hizqiya a invité tout Juda et tout Israël à une grande Pâque, suivie de la fête des Gâteaux sans levain qui durait sept jours. Ces festivités ont tellement plu au peuple qu’elles ont été prolongées de sept jours. La Bible raconte : « Il y eut une grande joie à Jérusalem, car depuis les jours de Salomon le fils de David le roi d’Israël, il n’y avait rien eu de pareil à Jérusalem » (2 Chroniques 30:25, 26). Quel formidable élan cette fête spirituelle a donné à tout le peuple ! « Dès qu’on eut achevé tout cela [...], lit-on en2 Chroniques 31:1, ils se mirent à briser les colonnes sacrées, à abattre les poteaux sacrés, à démolir les hauts lieux et les autels. » C’est ainsi que les Juifs ont opéré un retour spectaculaire vers Jéhovah. Compte tenu de ce qui les attendait, cette purification spirituelle se révélerait extrêmement importante.

    [[, lit-on en2 Chroniques 31:1, cette insertion n’est pas dans la bible. Cf Deutéronome 4 :2]]

    LE ROI FAIT CONFIANCE À JÉHOVAH

    9. a) Comment les projets d’Israël ont-ils été contrecarrés ? b) Comment la conquête de Juda par Sennakérib a-t-elle débuté ?
    9 Comme Isaïe l’avait dit, les Assyriens ont conquis Israël, le royaume du Nord, et ont déporté ses habitants. Cela a contrecarré le projet d’Israël de placer un usurpateur sur le trône de David. Et les projets de l’Assyrie ? Elle avait maintenant des vues sur Juda. « Dans la quatorzième année du roi Hizqiya, Sennakérib le roi d’Assyrie monta contre toutes les villes fortifiées de Juda, puis s’en empara. » L’Histoire rapporte que Sennakérib a conquis au total 46 villes judéennes. Qu’aurais-tu ressenti si tu avais vécu à Jérusalem à cette époque ? L’une après l’autre, les villes du pays tombaient devant les armées assyriennes ! (2 Rois 18:13).

    10. Pourquoi Mika 5:5, 6 a-t-il sûrement encouragé Hizqiya ?
    10 Bien sûr, Hizqiya sentait le danger approcher, mais, au lieu de s’affoler et d’imiter son père apostat en recherchant l’aide d’une nation païenne, il a fait confiance à Jéhovah (2 Chroniques 28:20, 21). Sans doute savait-il ce qu’avait annoncé un contemporain, le prophète Mika : « Quant à l’Assyrien, [...] il nous faudra susciter contre lui sept bergers, oui, huit ducs d’entre les humains. Et ils feront bel et bien paître le pays d’Assyrie avec l’épée » (Mika 5:5, 6). Ces paroles inspirées encourageaient sûrement Hizqiya, car elles montraient qu’une armée tout à fait insolite serait suscitée contre les agresseurs assyriens et finirait par les vaincre.

    11. Quand la prophétie des sept bergers et des huit ducs trouverait-elle son accomplissement principal ?
    11 La prophétie des « sept bergers » et des « huit ducs [ou : « princes », Segond 21] » trouverait son accomplissement principal, le plus important, longtemps après la naissance de Jésus, le « chef en Israël, dont l’origine est depuis les temps anciens » (lire Mika 5:1, 2). Ce serait à une époque où l’existence même des serviteurs de Jéhovah serait menacée par un « Assyrien » symbolique. Quelles armées Jéhovah, par l’intermédiaire du Roi Jésus, rassemblerait-il donc pour affronter cet ennemi redoutable ? Nous le verrons plus loin. Mais tout d’abord, tirons leçon de l’action entreprise par Hizqiya face à la menace assyrienne.

    HIZQIYA AGIT SAGEMENT

    12. Qu’ont fait Hizqiya et ses conseillers pour protéger le peuple de Dieu ?
    12 Jéhovah est toujours disposé à faire pour nous ce qui nous est impossible ; mais il veut que nous fassions notre maximum. Hizqiya l’avait compris. C’est pourquoi il a consulté « ses princes et ses hommes forts », puis, ensemble, ils ont décidé « de boucher les eaux des sources qui étaient en dehors de la ville [...]. De plus, [Hizqiya] prit courage et rebâtit toute la muraille démolie et éleva sur elle des tours, et, à l’extérieur, une autre muraille ; [...] et [il] fit des armes de jet en abondance, ainsi que des boucliers » (2 Chroniques 32:3-5). Sans conteste, pour protéger et guider son peuple en ce temps-là, Jéhovah a utilisé des hommes vaillants : Hizqiya, ses princes et les prophètes spirituellement forts.

    13. Quelle a été l’action la plus importante de Hizqiya pour préparer le peuple à l’attaque qui s’annonçait ? Explique.
    13 Ce qu’a fait Hizqiya ensuite a été d’une plus grande valeur encore que de boucher les sources ou de fortifier les murailles. Berger attentif, il a rassemblé les Juifs et leur a adressé cet encouragement spirituel : « N’ayez pas peur et ne soyez pas terrifiés à cause du roi d’Assyrie [...] ; car avec nous il y a plus qu’avec lui. Avec lui il y a un bras de chair, mais avec nous il y a Jéhovah notre Dieu, pour nous secourir et pour combattre nos combats. » Jéhovah combattrait pour ses adorateurs : quel rappel stimulant pour leur foi ! Après cela, « le peuple s’appuya sur les paroles de Hizqiya le roi de Juda ». Soulignons que ce sont « les paroles de Hizqiya » qui ont donné courage au peuple. Lui, ses princes et ses hommes forts, ainsi que les prophètes Mika et Isaïe, se sont révélés des bergers efficaces, exactement comme Jéhovah l’avait fait prophétiser (2 Chroniques 32:7, 8 ; lire Mika 5:5, 6).
     Grâce aux paroles de Hizqiya, le peuple a pris courage (voir paragraphes 12, 13). [Illustration, page 18]

    14. Quel rôle Rabshaqé a-t-il joué, et comment le peuple a-t-il réagi ?
    14 Le roi d’Assyrie a dressé son camp à Lakish, au sud-ouest de Jérusalem. De là, il a envoyé trois messagers ordonner à la ville de se rendre. L’un d’eux, son porte-parole (dont le titre officiel était Rabshaqé), a employé plusieurs tactiques. Parlant en hébreu, il a pressé les Juifs de trahir le roi et de se soumettre aux Assyriens, leur faisant la promesse mensongère de les installer dans un pays où ils auraient une vie confortable (lire 2 Rois 18:31, 32). Ensuite, Rabshaqé a affirmé que, tout comme les dieux des nations avaient été incapables de protéger leurs adorateurs, Jéhovah serait incapable de délivrer son peuple des griffes des Assyriens. Avec sagesse, les Juifs n’ont pas cherché à répondre à cette propagande calomnieuse, réaction souvent imitée aujourd’hui par les serviteurs de Jéhovah (lire 2 Rois 18:35, 36).

    15. Qu’avaient à faire les habitants de Jérusalem, et comment Jéhovah a-t-il sauvé la ville ?
    15 Hizqiya était bien évidemment inquiet, mais au lieu de demander de l’aide à une puissance étrangère, il a envoyé chercher Isaïe le prophète. Isaïe lui a annoncé : « Il [Sennakérib] n’entrera pas dans cette ville, il n’y tirera pas de flèche » (2 Rois 19:32). Tout ce que les habitants de Jérusalem avaient à faire, c’était de tenir bon. Jéhovah combattrait pour Juda. Et il l’a fait ! « Il arriva, cette nuit-là, que l’ange de Jéhovah sortit alors et abattit dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt-cinq mille hommes » (2 Rois 19:35). Si Juda a été sauvé, ce n’est pas grâce au bouchage des sources ou à la consolidation des murailles par Hizqiya, mais grâce à l’intervention de Dieu.

    DES LEÇONS POUR NOUS

    16. Qui aujourd’hui peut-on identifier a) aux habitants de Jérusalem, b) à « l’Assyrien », c) aux sept bergers et aux huit ducs ?
    16 La prophétie des sept bergers et des huit ducs trouve son accomplissement principal aujourd’hui. Jadis, les Assyriens ont attaqué les habitants de Jérusalem. Très bientôt, « l’Assyrien » symbolique attaquera les serviteurs de Jéhovah, apparemment vulnérables, avec l’intention de les éliminer. En plus de cette attaque, la Bible évoque celles de « Gog [...] de Magog », du « roi du Nord » et des « rois de la terre » (Ézékiel 38:2, 10-13 ; Daniel 11:40, 44, 45 ; Révélation 17:14 ; 19:19). S’agit-il d’actions différentes ? Pas forcément. La Bible parle peut-être d’une seule et même attaque sous des noms différents. D’après la prophétie de Mika, quelle « arme secrète » Jéhovah suscitera-t-il contre cet ennemi implacable, « l’Assyrien » ? Une arme tout à fait inattendue : « sept bergers, oui, huit ducs » ! (Mika 5:5). Les bergers et les ducs (ou princes) de cette armée surprenante sont [[ou peuvent représenter]] les anciens des congrégations (1 Pierre 5:2). Assurément, Jéhovah suscite aujourd’hui un grand nombre* d’hommes spirituels pour prendre soin de ses précieuses brebis et les fortifier en vue de l’attaque de « l’Assyrien » symbolique. La prophétie de Mika dit que ces hommes « feront [...] paître le pays d’Assyrie avec l’épée » (Mika 5:6). En effet, parmi « les armes de [leur] guerre », il y aura « l’épée de l’esprit », la Parole de Dieu (2 Corinthiens 10:4 ; Éphésiens 6:17).

    ((Notes * Le chiffre sept est souvent employé dans la Bible pour symboliser la complétude. Le chiffre huit (un de plus que sept) symbolise parfois l’abondance.))

    17. Quelles conclusions les anciens peuvent-ils tirer du récit que nous venons d’analyser ?
    17 Anciens, vous pouvez tirer des conclusions utiles du récit qui vient d’être analysé : 1) Le mieux à faire pour vous préparer à l’attaque de « l’Assyrien », c’est de fortifier votre foi en Dieu et d’aider vos frères à faire de même. 2) Quand « l’Assyrien » attaquera, vous devrez être absolument convaincus que Jéhovah délivrera son peuple. 3) À ce moment-là, les directives vitales que vous recevrez de l’organisation ((qui porte le nom)) de Jéhovah ne vous paraîtront peut-être pas judicieuses du point de vue humain. Mais nous devrons tous être disposés à obéir à toute instruction que nous recevrons, qu’elle semble ou non rationnelle du point de vue stratégique ou humain. 4) Pour quiconque place sa confiance dans l’instruction profane, les choses matérielles ou les institutions humaines, c’est maintenant le moment de rectifier sa façon de voir. Tenez-vous prêts à aider tous ceux dont la foi ((en YHWH et JC- ou en des hommes non inspirés?)) est actuellement chancelante.

    18. En quoi notre réflexion sur l’histoire de Hizqiya nous sera-t-elle utile ?
    18 Le jour viendra où les serviteurs de Dieu sembleront tout aussi vulnérables que les Juifs pris au piège dans Jérusalem au temps de Hizqiya. Ce jour-là, puisons tous de la force dans les paroles de ce bon berger. Rappelons-nous : « Avec [nos ennemis] il y a un bras de chair, mais avec nous il y a Jéhovah notre Dieu, pour nous secourir et pour combattre nos combats » ! (2 Chroniques 32:huit).

    Copyright © 2014 Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania

    ((commentaires bien ponctués et signalés))


    Dernière édition par nikolaj tj/tjc le Jeu 23 Jan - 19:39, édité 3 fois (Raison : mise en page couleurs)


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Balatum אביה
    UTILISATEUR

    Messages : 65
    Date d'inscription : 20/10/2012
    Localisation : La Terre (enfin pour l'instant)

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Balatum אביה le Lun 20 Jan - 15:31

    ça t'inquiètes pas ce passage Nicolaj?

    À ce moment-là, les directives vitales que vous recevrez de l’organisation de Jéhovah ne vous paraîtront peut-être pas judicieuses du point de vue humain. Mais nous devrons tous être disposés à obéir à toute instruction que nous recevrons, qu’elle semble ou non rationnelle du point de vue stratégique ou humain.


    _________________
    Galates 1:10
    ...Ou est ce que je cherche à plaire à des hommes? Si je plaisais aux hommes, je ne serais pas l'esclave de Christ.

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Lun 20 Jan - 22:46

    Balatum אביה a écrit:ça t'inquiètes pas ce passage Nicolaj?

    À ce moment-là, les directives vitales que vous recevrez de l’organisation de Jéhovah ne vous paraîtront peut-être pas judicieuses du point de vue humain. Mais nous devrons tous être disposés à obéir à toute instruction que nous recevrons, qu’elle semble ou non rationnelle du point de vue stratégique ou humain.

    ---aucune inquiétude, c'est face aux situations imprévues que YHWH peut et veut agir pour ses serviteurs et servantes...par n'importe lequel ou laquelle des siens...


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Balatum אביה
    UTILISATEUR

    Messages : 65
    Date d'inscription : 20/10/2012
    Localisation : La Terre (enfin pour l'instant)

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Balatum אביה le Mer 22 Jan - 18:07

    nikolaj tj/tjc a écrit:
    Balatum אביה a écrit:ça t'inquiètes pas ce passage Nicolaj?

    À ce moment-là, les directives vitales que vous recevrez de l’organisation de Jéhovah ne vous paraîtront peut-être pas judicieuses du point de vue humain. Mais nous devrons tous être disposés à obéir à toute instruction que nous recevrons, qu’elle semble ou non rationnelle du point de vue stratégique ou humain.

    ---aucune inquiétude, c'est face aux situations imprévues que YHWH peut et veut agir pour ses serviteurs et servantes...par n'importe lequel ou laquelle des siens...
    Hum quand mon fils m'a montrer ce passage...
    Mais nous devrons tous être disposés à obéir à toute instruction que nous recevrons, qu’elle semble ou non rationnelle du point de vue stratégique ou humain.

    Je lui ai dit toute personne normal partirai en courant, combien de cas comme ça ressencé? Waco, Johns, Le temple solaire......combien de sectes des gens de bonnes foi se sont retrouvé coincé ou pire mort pour suivre des choses de ce genre?

    Alors je sais et je fais confiance à Dieu mon Père pour qu'il fasse partir mon fils et ma belle fille de la dedans


    _________________
    Galates 1:10
    ...Ou est ce que je cherche à plaire à des hommes? Si je plaisais aux hommes, je ne serais pas l'esclave de Christ.

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Mer 22 Jan - 22:59

    Balatum אביה a écrit:
    nikolaj tj/tjc a écrit:
    Balatum אביה a écrit:ça t'inquiètes pas ce passage Nicolaj?
    À ce moment-là, les directives vitales que vous recevrez de l’organisation de Jéhovah ne vous paraîtront peut-être pas judicieuses du point de vue humain. Mais nous devrons tous être disposés à obéir à toute instruction que nous recevrons, qu’elle semble ou non rationnelle du point de vue stratégique ou humain.
    ---aucune inquiétude, c'est face aux situations imprévues que YHWH peut et veut agir pour ses serviteurs et servantes...par n'importe lequel ou laquelle des siens...
    Hum quand mon fils m'a montrer ce passage... Mais nous devrons tous être disposés à obéir à toute instruction que nous recevrons, qu’elle semble ou non rationnelle du point de vue stratégique ou humain. Je lui ai dit toute personne normal partirai en courant, combien de cas comme ça ressencé? Waco, Johns, Le temple solaire......combien de sectes des gens de bonnes foi se sont retrouvé coincé ou pire mort pour suivre des choses de ce genre?Alors je sais et je fais confiance à Dieu mon Père pour qu'il fasse partir mon fils et ma belle fille de la dedans

    ---faire preuve de sagesse permet de laisser l'un et l'autre croître jusqu'à la moisson, que dirige JC, qui enverra ses anges pour ce faire...
    --les futures instructions de ce genre:

    ***(Matthieu 24:23-32) 23 “ Si quelqu’un vous dit alors : ‘ Voyez ! Le Christ est ici ’, ou bien : ‘ Là ! ’ ne le croyez pas. 24 Car de faux Christs et de faux prophètes se lèveront et produiront de grands signes et des prodiges, de façon à égarer, si possible, même ceux qui ont été choisis. 25 Voyez ! Je vous ai prévenus. 26 Si donc on vous dit : ‘ Voyez ! Il est dans le désert ’, ne sortez pas ; ‘ Voyez ! Il est dans les chambres intérieures ’, ne le croyez pas. 27 Car, de même que l’éclair sort de l’est et brille jusqu’à l’ouest, ainsi sera la présence du Fils de l’homme. 28 Où que soit le cadavre, là seront rassemblés les aigles. 29 “ Aussitôt après la tribulation de ces jours-là, le soleil sera obscurci, et la lune ne donnera pas sa lumière, et les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. 30 Et alors le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel, et alors toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine en se lamentant, et elles verront le Fils de l’homme venir sur les nuages du ciel avec puissance et grande gloire. 31 Et il enverra ses anges au son d’une grande trompette, et ils rassembleront ceux qu’il a choisis, depuis les quatre vents, depuis l’une des extrémités des cieux jusqu’à leur autre extrémité. 32 “ Or, apprenez ceci du figuier [pris] comme exemple : Dès que sa jeune  [...]***
    -JC a déjà prévu ce genre de choses...
    toutefois, quels que soient les "annonces" ou les "instructions" venant du CC des tj/wtb&ts, Actes 17:11 s'impose...ainsi que ceci:***(Hébreux 5:11-14) 11 À son sujet, nous avons beaucoup à dire, et [des choses] difficiles à expliquer, puisque vous êtes devenus durs d’oreille. 12 En effet, alors que vous devriez être des enseignants, compte tenu du temps, vous avez de nouveau besoin que quelqu’un vous enseigne depuis le commencement les choses élémentaires des déclarations sacrées de Dieu ; et vous en êtes arrivés au point d’avoir besoin de lait, non de nourriture solide. 13 Car tout homme qui a part au lait ne connaît pas la parole de justice, car c’est un tout-petit. 14 Mais la nourriture solide est pour les hommes mûrs, pour ceux qui, par l’usage, ont les facultés de perception exercées à distinguer et le bien et le mal.***


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Jeu 23 Jan - 5:43

    TG 20 au 26 JANVIER 2014 w13 15/11 p. 1-2 Sommaire Obéis aux bergers de Jéhovah PAGE 21 • CANTIQUES : 125, 122
    BIBLIOTHÈQUE EN LIGNE Watchtower Bibliothèque : Publications françaises (2000-2014) La Tour de Garde - 2013
    w13 15/11 p. 21-25 Obéis aux bergers de Jéhovah. ((commentaires entre doubles parenthèses))
    L’EXCELLENT BERGER ÉTABLIT DES SOUS-BERGERS                     L’EXCELLENT BERGER NOURRIT ET PROTÈGE LES BREBIS
    COMMENT CONSIDÉRER LES DÉFAUTS DES SOUS-BERGERS ?   « UN SEUL TROUPEAU, UN SEUL BERGER »
     [Illustration, page 21] Obéis aux bergers de Jéhovah
    « Obéissez à ceux qui vous dirigent et soyez soumis, car ils veillent constamment sur vos âmes » (Hébreux 13:17).

    QUE RÉPONDRAIS-TU ? Comment les anciens de la congrégation mènent-ils paître les brebis de Dieu ?
    Pourquoi les brebis doivent-elles écouter les sous-bergers ? Pourquoi l’imperfection des sous-bergers n’est-elle pas une raison pour faire peu de cas de leurs conseils bibliques ?

    1, 2. Pourquoi est-il approprié que Jéhovah se compare à un berger ?
    1 JÉHOVAH se compare à un berger (Ézékiel 34:11-14). Cette image nous est précieuse car elle nous enseigne le genre de Dieu qu’il est. Un berger humain bienveillant prend très à cœur la survie et le bien-être de ses brebis. Il les conduit vers des pâturages et des sources d’eau (Psaumes 23:1, 2) ; les surveille jour et nuit (Luc 2:8) ; les protège des prédateurs (1 Samuel 17:34, 35) ; porte les nouveau-nés (Isaïe 40:11) ; cherche les bêtes qui s’égarent et soigne celles qui se blessent (Ézékiel 34:16).

    2 Pour les serviteurs de Jéhovah de l’Antiquité, qui vivaient dans une société essentiellement agricole et pastorale, l’image du berger bienveillant était très parlante. Ils savaient que, pour être en bonne santé, une brebis a besoin de soins et d’attention. De même, pour être en bonne santé spirituelle, les humains ont besoin de soins et d’une direction spirituels de qualité (Marc 6:34). Sinon ils souffrent. Ils deviennent vulnérables et s’égarent moralement, tout comme se dispersent « des brebis qui n’ont pas de berger » (1 Rois 22:17). Jéhovah, quant à lui, pourvoit avec amour aux besoins de ses serviteurs.

    3. De quoi allons-nous parler dans cet article ?
    3 La comparaison de Jéhovah à un berger garde tout son sens aujourd’hui. Jéhovah prend toujours soin de ses serviteurs, comparables à des brebis. Voyons comment il les dirige et pourvoit à leurs besoins. Voyons aussi comment les brebis doivent réagir à l’intérêt bienveillant qu’il leur porte.

    L’EXCELLENT BERGER ÉTABLIT DES SOUS-BERGERS

    4. Comment Jésus pourvoit-il aux besoins des brebis de Jéhovah ?
    4 Jéhovah a nommé Jésus Chef de la congrégation chrétienne (Éphésiens 1:22, 23). Jésus étant « l’excellent berger », ses intérêts, ses desseins et ses qualités reflètent ceux de son Père. Il a même « livr[é] [s]on âme pour les brebis » (Jean 10:11, 15). Son sacrifice rédempteur est une extraordinaire bénédiction pour l’humanité (Matthieu 20:28). N’entre-t-il pas dans le dessein de Jéhovah que « tout homme qui exerce la foi en [Jésus] ne soit pas détruit mais ait la vie éternelle » ? (Jean 3:16).

    5, 6. a) À qui Jésus a-t-il confié la garde de ses brebis et à quelle condition bénéficient-elles de cette disposition ? b) Qu’est-ce qui, avant tout, nous pousse à obéir aux anciens de la congrégation ?
    5 Comment les brebis réagissent-elles à la direction de l’excellent Berger ? « Mes brebis écoutent ma voix, a dit Jésus, et je les connais, et elles me suivent » (Jean 10:27). Écouter la voix de l’excellent Berger signifie suivre sa direction en toutes choses. C’est par exemple coopérer avec les sous-bergers qu’il a établis. Jésus a dit que ses apôtres et ses disciples devraient poursuivre l’œuvre qu’il avait commencée. Ils devraient « enseign[er] » et « fai[re] paître [s]es petites brebis » (Mat. 28:20 ; lire Jean 21:15-17). À mesure que la bonne nouvelle se répandait et que le nombre des disciples augmentait, Jésus désignait des chrétiens mûrs pour « mener paître » les congrégations (Éph. 4:11, 12). ((, a dit Jésus, cette insertion n’est pas dans la bible, voir Deutéronome 4 :2 et versets semblables))

    6 L’apôtre Paul a dit aux surveillants de la congrégation d’Éphèse qu’ils avaient été établis par l’esprit saint « pour faire paître la congrégation de Dieu » (Actes 20:28). On peut en dire autant des surveillants chrétiens aujourd’hui, parce qu’ils sont eux aussi nommés ((par des humains)) selon des critères bibliques inspirés par l’esprit saint. Obéir aux surveillants chrétiens est donc une preuve de respect envers Jéhovah et Jésus, les deux plus grands Bergers (Luc 10:16). Et cela devrait certainement être notre principal motif de nous soumettre aux anciens ((qui donnent des directives bibliques et pas seulement leurs avis imparfaits)). Cependant, il est sage d’agir ainsi pour d’autres raisons.

    7. Comment les anciens t’aident-ils à garder de bonnes relations avec Jéhovah ?
    7 La direction que les anciens donnent ((proposent)) à leurs compagnons consiste en encouragements et en conseils fondés soit sur la Bible elle-même, soit sur les principes bibliques. Leur objectif n’est pas de régenter la vie de leurs frères et sœurs (2 Corinthiens 1:24). Ils cherchent plutôt à leur donner une orientation qui les aidera à prendre de bonnes décisions, ce qui favorise l’ordre et la paix dans la congrégation (1 Corinthiens 14:33, 40). Les anciens « veillent [...] sur [de]s âmes » en ce sens qu’ils désirent aider chaque membre de la congrégation à garder de bonnes relations avec Jéhovah. Ainsi, quand ils discernent qu’un frère ou une sœur est sur le point de faire, ou a fait, un « faux pas », ils viennent rapidement à son secours (Galates 6:1, 2 ; Jude 22). N’y a-t-il pas là de bonnes raisons d’« obéi[r] à ceux qui [n]ous dirigent » ? (lire Hébreux 13:17). ((c’est aussi pourquoi les tj/wtb&ts doivent respecter une ponctuation exemplaire dans leurs publications, voir Deutéronome 4 :2 et versets semblables))

    8. Comment les anciens protègent-ils le troupeau de Dieu ?
    8 L’apôtre Paul, lui-même « berger », a écrit à ses frères de Colosses : « Soyez sur vos gardes : il se peut qu’il y ait quelqu’un qui vous entraînera comme sa proie au moyen de la philosophie et d’une vaine tromperie selon la tradition des hommes, selon les choses élémentaires du monde et non selon Christ » (Colossiens 2:8). Cet avertissement attire notre attention sur une autre bonne raison de tenir compte des conseils bibliques venant des anciens : Ils protègent le troupeau en mettant leurs frères en garde contre tout individu qui chercherait à ébranler leur foi. L’apôtre Pierre a mis les chrétiens en garde contre de « faux prophètes » et de « faux enseignants » qui essaieraient de « sédui[re] les âmes instables » pour les inciter au mal (2 Pierre 2:1, 14). Les anciens d’aujourd’hui doivent parfois adresser des avertissements semblables. Étant des chrétiens mûrs, ils ont de l’expérience. De plus, avant d’être nommés anciens, ils ont prouvé qu’ils avaient une claire compréhension des ((Saintes)) Écritures et qu’ils étaient capables de dispenser un enseignement salutaire (1 Tim. 3:2 ; Tite 1:9). Leur maturité, leur équilibre et leur sagesse fondée sur la Bible leur permettent de diriger habilement le troupeau.

    [Illustration, page 23] Tel un berger qui protège son troupeau, les anciens protègent les brebis sous leur garde (voir paragraphe 8).

    L’EXCELLENT BERGER NOURRIT ET PROTÈGE LES BREBIS

    9. Comment Jésus dirige-t-il et nourrit-il la congrégation chrétienne aujourd’hui ?
    9 Par son organisation, Jéhovah fournit une nourriture spirituelle abondante à la famille internationale des frères. Nos publications ((celles des tj/wtb&ts)) contiennent de nombreux conseils bibliques. De plus, l’organisation guide parfois directement les anciens des congrégations au moyen soit de lettres, soit d’instructions transmises par les surveillants itinérants. Ainsi, les brebis reçoivent une direction claire.

    10. Quelle responsabilité un berger spirituel a-t-il envers la brebis qui s’est égarée loin du troupeau ?
    10 Spirituellement parlant, les surveillants ont la responsabilité de protéger, de nourrir et de maintenir en bonne santé les membres de la congrégation, surtout ceux qui se blessent ou tombent malades ((ou ont été blessées par certains de leurs coreligionnaires)) (lire Jacques 5:14, 15). Certains se sont peut-être égarés loin du troupeau et ont délaissé les activités chrétiennes. Un ancien bienveillant ne fera-t-il pas tout ce qui est en son pouvoir pour retrouver chaque brebis perdue ((égarée ou chassée abusivement par certains de leurs coreligionnaires)) et la presser de regagner l’enclos, la congrégation ? Certainement ! « Ce n’est pas chose désirable chez mon Père qui est dans le ciel que périsse un seul de ces petits », a expliqué Jésus (Matthieu 18:12-14). ((alors pourquoi y a-t-il encore des excommunications abusives au sein des tj/wtb&ts ?))

    COMMENT CONSIDÉRER LES DÉFAUTS DES SOUS-BERGERS ?

    11. Pourquoi certains ont-ils du mal à suivre la direction des anciens ?
    11 Jéhovah et Jésus sont des Bergers parfaits. Les sous-bergers humains, à qui sont confiées les congrégations, ne le sont pas. C’est pourquoi certaines brebis pourraient avoir du mal à suivre leur direction. Elles pourraient tenir ce raisonnement : « Ce sont des humains imparfaits, comme nous tous. Alors pourquoi écouter leurs conseils ? » C’est une réalité : les anciens ne sont pas parfaits. Mais il nous faut avoir le bon point de vue sur leurs défauts et leurs erreurs.

    12, 13. a) Que peut-on dire au sujet des erreurs d’hommes que Jéhovah avait investis d’une autorité ? b) Pourquoi les fautes d’hommes ayant une autorité ont-elles été rapportées dans la Bible ?
    12 La Bible est franche sur les faiblesses d’humains dont Jéhovah s’est autrefois servi pour diriger son peuple. Par exemple, David a été oint roi sur Israël. Pourtant, il a cédé à une tentation et s’est rendu coupable d’adultère et de meurtre (2 Samuel 12:7-9). Que dire de l’apôtre Pierre ? Bien qu’ayant reçu une importante responsabilité dans la congrégation chrétienne du Ier siècle, il a commis de graves erreurs (Matthieu 16:18, 19 ; Jean 13:38 ; 18:27 ; Galates 2:11-14). Depuis Adam et Ève, aucun humain excepté Jésus n’a été parfait.

    13 Pourquoi Jéhovah a-t-il veillé à ce que les rédacteurs bibliques rapportent les erreurs d’hommes qu’il avait investis d’une autorité ? Pour montrer, entre autres choses, qu’il est capable de guider son peuple au moyen d’humains imparfaits. Il a d’ailleurs toujours procédé de cette manière. Par conséquent, les imperfections de ceux qui nous dirigent aujourd’hui ne nous donnent pas le droit de murmurer contre eux ou de refuser de nous soumettre à leur autorité. Jéhovah nous demande de les respecter et de leur obéir ((en tout ce qui est biblique, et bien compris et bien appliqué)) (lire Exode 16:2, 8).

    14, 15. Que pouvons-nous apprendre de la façon dont Jéhovah communiquait jadis avec son peuple ?
    14 L’obéissance à ceux qui nous dirigent est capitale. Songe à la façon dont Jéhovah a autrefois communiqué avec ses serviteurs lorsqu’ils vivaient des situations critiques. Quand les Israélites ont quitté l’Égypte, les ordres de Dieu leur parvenaient par l’intermédiaire de Moïse et d’Aaron. Pour survivre à la dixième plaie, ils ont dû obéir à cette instruction : prendre un repas spécifique et appliquer une partie du sang d’un mouton égorgé sur les montants et le haut de la porte de leur maison. Ce n’est pas une voix venue du ciel qui leur a donné cet ordre. Non, ils ont dû écouter les anciens d’Israël, qui, pour leur part, avaient reçu des instructions précises de Moïse (Exode 12:1-7, 21-23, 29). En la circonstance, Moïse et les anciens ont été porteurs des directives de Jéhovah. Les surveillants chrétiens remplissent une fonction comparable.

    15 Tu te souviens probablement de quantité d’autres évènements bibliques lors desquels Jéhovah a donné des instructions salvatrices par la bouche de représentants humains ou angéliques. À chaque fois, il a jugé bon de déléguer son autorité. Des messagers ont parlé en son nom pour dire à son peuple comment réchapper d’une situation critique. Pourquoi ne procéderait-il pas de manière semblable à ((ou avant)) Har-Maguédôn ? Cela dit, tout ancien à qui Jéhovah délègue la responsabilité de le représenter lui, ou son organisation, se gardera scrupuleusement d’abuser de son autorité.

    « UN SEUL TROUPEAU, UN SEUL BERGER »

    16. À quelle « parole » nous faut-il rester attentifs ?
    16 Les serviteurs de Jéhovah forment « un seul troupeau » sous la direction d’« un seul berger », Jésus Christ (Jean 10:16). Jésus a dit qu’il serait avec ses disciples « tous les jours jusqu’à l’achèvement du système de choses » (Matthieu 28:20). En sa qualité de Roi céleste, il maîtrise parfaitement les évènements qui mèneront à l’exécution du jugement contre le monde de Satan. Pour rester unis et en sécurité au sein du troupeau de Dieu, nous devons écouter « une parole derrière [nous] » qui nous indique dans quelle direction aller. Cette « parole », c’est ce que l’esprit saint de Jéhovah exprime dans les pages de la Bible et ce que Jéhovah et Jésus disent par l’intermédiaire des sous-bergers qu’ils ont établis (lire Isaïe 30:21 ; Révélation 3:22).
    [Illustration, page 25] Les anciens cherchent à protéger les familles monoparentales des fréquentations nuisibles (voir paragraphes 17, 18).

    17, 18. a) Quelle menace plane sur le troupeau, mais quelle assurance avons-nous ? b) De quoi parle l’article qui suit ?
    17 Satan, dit la Bible, circule « comme un lion rugissant, cherchant à dévorer quelqu’un » (1 Pierre 5:8). Tel un prédateur vorace et féroce, il traque le troupeau, prêt à bondir sur les moins vigilants ou ceux qui s’égarent. Raison de plus pour rester très proches du troupeau et de Jéhovah, le « berger et surveillant de [n]os âmes » (1 Pierre 2:25). Concernant les survivants de la grande tribulation, Révélation 7:17 dit : « L’Agneau [Jésus] [...] les fera paître et les guidera vers des sources d’eaux de la vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. » Existe-t-il plus belle promesse ?

    18 Maintenant que nous avons parlé du rôle essentiel de sous-bergers que jouent les surveillants chrétiens, chacun d’eux devrait se demander : « Comment être sûr que je traite les brebis de Jésus de la bonne façon ? » L’article qui suit répond à cette question.

    http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2013848

    Copyright © 2014 Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania
    http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2013841#h=13:0-16:0
    http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2013847


    Dernière édition par nikolaj tj/tjc le Jeu 23 Jan - 10:32, édité 3 fois (Raison : précisions compléments liens)


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Jeu 30 Jan - 10:19

    TG du 27 JANVIER 2014 au 2 FÉVRIER 2014  
    http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2013848

    w13 15/11 p. 1-2 Sommaire Bergers, imitez les Grands Bergers
    PAGE 26 • CANTIQUES : 5, 84  La Tour de Garde – 2013 w13 15/11 p. 26-30
    Bergers, imitez les Grands Bergers

    « IL LES PORTERA SUR SON SEIN »   « JE VOUS AI DONNÉ L’EXEMPLE »   « FERMEMENT ATTACHÉ À LA PAROLE FIDÈLE »
    « DES EXEMPLES POUR LE TROUPEAU »   « SOUTENEZ LES FAIBLES »

        [Illustration, page 26] Bergers, imitez les Grands Bergers

    « Christ [...] a souffert pour vous, vous laissant un modèle pour que vous suiviez fidèlement ses traces » (1 PIERRE 2:21).

    COMMENT RÉPONDRAIS-TU ? Comment, dans leur rôle de bergers, les anciens peuvent-ils imiter Jéhovah ? Comment les anciens peuvent-ils imiter Jésus Christ ? Quel est l’objectif des visites pastorales ?

    1, 2. a) Que se passe-t-il quand des brebis sont bien traitées ? b) Pourquoi beaucoup de contemporains de Jésus étaient-ils comme des brebis sans berger ?
    1 Quand un berger s’intéresse de près au bien-être de son troupeau, les moutons se portent bien. Selon un manuel sur l’élevage ovin, « l’homme qui se contente de mener le troupeau au pré puis n’y prête plus attention risque fort, en quelques années, d’avoir de nombreuses bêtes malades qui ne rapportent rien ». Par contre, quand les moutons reçoivent l’attention voulue, le troupeau prospère.

    2 La qualité des soins et de l’attention que les bergers du troupeau de Dieu prodiguent à chaque brebis dont ils sont responsables influera sur la santé spirituelle de toute la congrégation. Tu te souviens peut-être que Jésus a eu pitié des foules parce qu’« elles étaient dépouillées et éparpillées comme des brebis sans berger » (Matthieu 9:36). Pourquoi se trouvaient-elles en si piteuse condition ? Parce que les hommes chargés d’enseigner la Loi de Dieu au peuple étaient durs, exigeants et hypocrites. Au lieu de soutenir et de nourrir les membres de leur troupeau, les guides spirituels d’Israël posaient sur leurs épaules de « lourdes charges » (Matthieu 23:4).

    3. Dans leur rôle de bergers chrétiens, de quoi les anciens doivent-ils être bien conscients ?
    3 Les bergers chrétiens d’aujourd’hui, les anciens, ont donc une lourde responsabilité. Les brebis du troupeau sous leur garde appartiennent à Jéhovah ainsi qu’à Jésus, qui s’est présenté comme « l’excellent berger » (Jean 10:11). Les brebis ont été « acheté[e]s à un prix », que Jésus a payé avec son propre « sang précieux » (1 Corinthiens 6:20 ; 1 Pierre 1:18, 19). Jésus aime tellement les brebis qu’il a bien voulu sacrifier sa vie pour elles. Les anciens ne devraient jamais oublier qu’ils sont des sous-bergers sous la surveillance du Fils bienveillant de Dieu, Jésus Christ, « le grand berger des brebis » (Hébreux 13:20).

    4. Qu’allons-nous voir dans le présent article ?
    4 Comment les bergers chrétiens devraient-ils traiter les brebis ? Les membres de la congrégation sont exhortés à « obéi[r] à ceux qui [les] dirigent ». De leur côté, les anciens ne doivent pas « commande[r] en maîtres ceux qui sont l’héritage de Dieu » (Hébreux 13:17 ; lire 1 Pierre 5:2, 3). Alors comment peuvent-ils diriger le troupeau sans le commander en maîtres ? Autrement dit, comment peuvent-ils répondre aux besoins des brebis sans abuser de l’autorité dont Dieu les a investis ?

    « IL LES PORTERA SUR SON SEIN »

    5. Que nous enseigne la comparaison d’Isaïe 40:11 au sujet de Jéhovah ?
    5 Parlant de Jéhovah, le prophète Isaïe a déclaré : « Comme un berger il fera paître son troupeau. De son bras il rassemblera les agneaux ; et sur son sein il les portera. Il conduira doucement celles qui allaitent » (Isaïe 40:11). Cette comparaison montre que Jéhovah se soucie des besoins des membres de la congrégation faibles et vulnérables. De même qu’un berger connaît les besoins particuliers de chaque brebis de son troupeau et se tient prêt à les combler, Jéhovah connaît les besoins des membres de la congrégation et est heureux de leur apporter le soutien voulu. À l’image d’un berger qui, si nécessaire, porte un agneau nouveau-né dans le pli de son vêtement, « le Père des tendres miséricordes » nous portera, ou nous consolera, quand nous serons durement éprouvés ou rencontrerons un besoin particulier (2 Corinthiens 1:3, 4).

    6. Comment un berger chrétien imitera-t-il Jéhovah ?
    6 Quel exemple admirable pour un berger chrétien ! Comme son Père céleste, il lui faut être attentif aux besoins des brebis. S’il est au courant des difficultés qu’elles rencontrent et des besoins qui méritent une attention immédiate, il sera en mesure d’offrir l’encouragement et le soutien nécessaires (Proverbe 27:23). Il doit donc bien communiquer avec ses compagnons chrétiens. Tout en respectant la vie privée de chacun, il s’intéresse à ce qu’il voit et entend dans la congrégation et, avec amour, se rend disponible pour « venir en aide aux faibles » (Actes 20:35 ; 1 Thessaloniciens 4:11).

    7. a) Aux jours d’Ézékiel et de Jérémie, comment les brebis de Dieu étaient-elles traitées ? b) Qu’apprenons-nous du reproche que Jéhovah a fait à des bergers spirituels infidèles ?
    7 Parlons de la mentalité de bergers que Jéhovah a désapprouvés. Aux jours d’Ézékiel et de Jérémie, Jéhovah a dénoncé ceux qui auraient dû s’occuper de ses brebis, mais ne le faisaient pas. Quand personne ne surveillait les brebis, le troupeau devenait la proie de bêtes sauvages et se dispersait. Ces bergers exploitaient les brebis et, plutôt que de les faire paître, « se paissaient eux-mêmes » (Ézékiel 34:7-10 ; Jérémie 23:1). Le reproche que Dieu leur a fait est tout aussi valable pour les chefs de la chrétienté. Mais il souligne également combien il est important qu’un ancien s’occupe avec sérieux et amour du troupeau de Jéhovah.

    « JE VOUS AI DONNÉ L’EXEMPLE »

    8. De quelle façon remarquable Jésus a-t-il corrigé un mauvais état d’esprit ?
    8 En raison de l’imperfection humaine, certaines brebis peuvent être lentes à comprendre ce que le Berger suprême attend d’elles. Elles ne se conforment pas toujours à un conseil biblique ou ont un comportement trahissant un manque de maturité spirituelle. Comment les anciens doivent-ils réagir ? Ils devraient imiter la patience qu’a eue Jésus envers ses disciples quand ils cherchaient à savoir qui parmi eux serait le plus grand dans le Royaume. Au lieu de perdre patience, Jésus a continué à les enseigner et à leur donner des conseils bienveillants sur la pratique de l’humilité (Luc 9:46-48 ; 22:24-27). En leur lavant les pieds, il leur a fait une démonstration d’humilité, qualité que les surveillants chrétiens sont tenus de manifester (lire Jean 13:12-15 ; 1 Pierre 2:21).

    9. Quelle mentalité Jésus a-t-il clairement encouragé ses disciples à manifester ?
    9 Le point de vue de Jésus sur le rôle du berger n’était pas le même que celui que Jacques et Jean ont un jour manifesté. Ces deux apôtres cherchaient à s’assurer une place en vue dans le Royaume. Mais Jésus a rectifié cet état d’esprit ainsi : « Vous savez que les chefs des nations dominent sur elles, et que les grands usent d’autorité sur elles. Il n’en sera pas ainsi parmi vous ; mais quiconque voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur » (Matthieu 20:25, 26, Bible de Darby). Les apôtres devaient résister à l’envie de « commande[r] en maîtres » leurs compagnons ou de « domine[r] sur » eux.

    10. Comment Jésus veut-il que les anciens traitent le troupeau, et quel exemple Paul a-t-il laissé sous ce rapport ?
    10 Jésus tient à ce que les bergers chrétiens traitent le troupeau comme lui le traitait. Ils doivent être disposés à servir leurs compagnons, pas les dominer. Paul a manifesté une telle humilité. Il a dit en effet aux anciens de la congrégation d’Éphèse : « Vous savez bien comment, depuis le premier jour où j’ai mis le pied dans le district d’Asie, j’ai été avec vous tout le temps, travaillant comme un esclave pour le Seigneur, avec la plus grande humilité. » L’apôtre souhaitait que ces anciens soutiennent les brebis avec dévouement et humilité. Il a ajouté : « Je vous ai montré en toutes choses que c’est en peinant ainsi que vous devez venir en aide aux faibles » (Actes 20:18, 19, 35). Il a par ailleurs dit aux Corinthiens qu’il ne dominait pas sur leur foi. Il était plutôt leur humble compagnon de travail, pour leur joie (2 Corinthiens 1:24). C’est un bel exemple d’humilité et de courage pour les anciens de notre époque.

    « FERMEMENT ATTACHÉ À LA PAROLE FIDÈLE »

    11, 12. Comment un ancien peut-il aider un compagnon à prendre une décision ?
    11 Un ancien doit être « fermement attaché à la parole fidèle pour ce qui est de son art d’enseigner » (Tite 1:9). Mais il le sera « dans un esprit de douceur » (Galates 6:1). Un bon berger chrétien ne force pas une brebis à agir de telle ou telle façon. Non, il réfléchit à la manière dont il stimulera son cœur. Il attirera peut-être son attention sur les principes bibliques à considérer avant de prendre une décision importante. Il reverra avec elle ce que les publications ont dit sur la question. Il l’exhortera à réfléchir aux conséquences de tel ou tel choix sur ses relations avec Jéhovah. Il pourra aussi insister sur l’importance de demander à Dieu sa direction avant de prendre une décision (Proverbes 3:5, 6). Ensuite, il la laissera prendre elle-même sa décision (Romains 14:1-4).

    12 La seule autorité que les surveillants chrétiens détiennent leur vient des Écritures. Alors ils doivent absolument se servir de la Bible avec habileté et adhérer à son contenu. Ils se garderont ainsi d’un éventuel abus de pouvoir. Car ils ne sont que sous-bergers ; chaque membre de la congrégation est responsable devant Jéhovah et Jésus de ses propres décisions (Galates 6:5, 7, 8).

    « DES EXEMPLES POUR LE TROUPEAU »

     [Illustration, page 29] Les anciens aident leur famille à se préparer pour le ministère (voir paragraphe 13).

    13, 14. Sous quels rapports un ancien doit-il être un exemple pour le troupeau ?
    13 Après avoir déconseillé aux anciens de « commande[r] en maîtres ceux qui [leur] sont échus en partage », l’apôtre Pierre les exhorte à « deven[ir] des exemples pour le troupeau » (1 Pierre 5:3, note). De quelle façon sont-ils des exemples pour le troupeau ? Prenons deux des choses requises d’un frère qui « aspire à une fonction de surveillant ». Il lui faut être « sain d’esprit » et « préside[r] de belle façon sa propre maisonnée ». S’il a une famille, il doit la présider de manière exemplaire, car « si quelqu’un [...] ne sait pas présider sa propre maisonnée, comment prendra-t-il soin de la congrégation de Dieu ? » (1 Timothée 3:1, 2, 4, 5). Il doit également être sain d’esprit, c’est-à-dire comprendre clairement les principes divins et savoir comment les appliquer dans sa propre vie. Il est calme et équilibré et se garde de porter des jugements hâtifs. Autant de qualités qui inspirent confiance aux membres de la congrégation.

    14 Les surveillants donnent également l’exemple en prenant la tête dans l’œuvre de prédication. Jésus lui-même leur a donné l’exemple à cet égard. La prédication de la bonne nouvelle du Royaume a occupé une grande partie de son activité terrestre. Il a montré à ses disciples comment il fallait l’accomplir (Marc 1:38 ; Luc 8:1). Qu’il est encourageant, de nos jours, de prêcher aux côtés des anciens, de constater leur zèle pour cette œuvre salvatrice et d’apprendre de leurs méthodes d’enseignement ! Leur détermination à consacrer du temps et de l’énergie à la prédication malgré un emploi du temps chargé insuffle du zèle à toute la congrégation. Enfin, les anciens donnent l’exemple en préparant les réunions de la congrégation et en y participant, mais aussi en prenant part à des activités comme le nettoyage et la maintenance de la Salle du Royaume (Éphésiens 5:15, 16 ; lire Hébreux 13:7).

      [Illustrations, page 30] Les surveillants donnent l’exemple dans le ministère (voir paragraphe 14).

    « SOUTENEZ LES FAIBLES »

    15. Cite quelques objectifs d’une visite pastorale.
    15 Quand une brebis se blesse ou tombe malade, un bon berger vole à son secours. Pareillement, quand un membre de la congrégation souffre ou a besoin d’une aide spirituelle, les anciens doivent réagir rapidement. Un chrétien âgé ou malade a sans doute besoin d’une aide pratique, mais il a surtout besoin d’un soutien spirituel et d’encouragements (1 Thessaloniciens 5:14). Les jeunes rencontrent peut-être des difficultés. Résister aux « désirs de la jeunesse » en est une (2 Timothée 2:22). Le berger doit donc rendre régulièrement visite aux membres de la congrégation dans le but de comprendre les épreuves qu’ils traversent et de les encourager par des conseils bibliques bien choisis. Quand ces visites pastorales sont faites au bon moment, beaucoup de problèmes peuvent être résolus avant qu’ils ne s’aggravent.

    16. Quand un membre de la congrégation a besoin d’une aide spirituelle, quel soutien les anciens peuvent-ils lui apporter ?
    16 Et si les difficultés d’un chrétien s’aggravent au point de menacer sa santé spirituelle ? « Quelqu’un parmi vous est-il malade ?, a demandé le rédacteur biblique Jacques. Qu’il appelle à lui les anciens de la congrégation, et qu’ils prient sur lui, l’enduisant d’huile au nom de Jéhovah. Et la prière de la foi rétablira celui qui est souffrant, et Jéhovah le relèvera. De plus, s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné » (Jacques 5:14, 15). Même quand un chrétien « souffrant » n’« appelle [pas] à lui les anciens », ces derniers doivent lui venir en aide dès qu’ils sont au courant de son état. Les anciens qui prient avec et pour leurs frères en difficulté, et les soutiennent, se révèlent une source de réconfort et d’encouragement (lire Isaïe 32:1, 2).
    ((cette insertion : , a demandé le rédacteur biblique Jacques. n’est pas dans la bible, voir Deutéronome 4 :2.]]

    17. Quand les anciens imitent « le grand berger », qu’en résulte-t-il ?
    17 Dans tout ce qu’ils font au sein de l’organisation de Jéhovah, les bergers chrétiens s’efforcent d’imiter « le grand berger », Jésus Christ. Grâce à l’aide de ces hommes dignes de confiance, le troupeau se fortifie et prospère. Tout cela nous réjouit profondément et nous pousse à louer le Berger sans pareil, Jéhovah.

    Copyright © 2014 Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania  Conditions d’utilisation « « Les utilisateurs de ce site [ www.jw.org ] sont autorisés à télécharger les contenus protégés par copyright uniquement pour un usage non commercial. En téléchargeant ces contenus, ils s’engagent à ne pas les [[falsifier pour]] mettre à disposition [[leurs falsifications]] sur Internet ni sur aucun autre réseau électronique. Ils s’engagent également à ne pas les communiquer en échange d’un paiement, même si aucun profit n’est réalisé. » »

    ((Comme des questions sont posées dans ces publications, rendues publiques sur le web, des réponses et des commentaires, bien distincts de la publication originale, et bien ponctués ((…)) [[…]] sont ou peuvent être indiqués, le web servant à la diffusion de la connaissance et à la communication des choses ; toutefois, la clause : Conditions d’utilisation ci-dessus est-elle abusive ou incomplète ?))


    Dernière édition par nikolaj tj/tjc le Jeu 30 Jan - 10:23, édité 2 fois (Raison : précisions compléments liens)


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Mer 12 Fév - 21:37

    TG du 3 au 9 FÉVRIER 2014 w13 15/12 p. 1-2 Sommaire Ne te laisse pas « rapidement ébranler dans ton bon sens » ! PAGE 6 • CANTIQUES : 65, 59 http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2013921#h=4:0-7:0

    Commentaires entre ((……….)) ou entre [[……….]]

     Ne te laisse pas « rapidement ébranler dans ton bon sens » !
    « Frères, [...] nous vous demandons de ne pas vous laisser rapidement ébranler dans votre bon sens » (2 Thessaloniciens 2:1, 2).

    MATIÈRE À RÉFLEXION Quels avertissements opportuns les lettres de Paul aux Thessaloniciens contiennent-elles ? Qu’est-ce qui nous préservera de la tromperie ? Pourquoi prêcher activement le Royaume est-il une protection ?

    1, 2. Pourquoi la tromperie est-elle si répandue aujourd’hui, et quelles formes peut-elle prendre ? (voir illustration du titre).
    1 CANULARS, escroquerie et autres tromperies ne sont que trop fréquents dans l’actuel système de choses. Il ne faut pas s’en étonner. La Bible explique que ce système a pour chef Satan le Diable, qui est le roi des trompeurs (1 Timothée 2:14 ; 1 Jean 5:19). La fin de ce système mauvais approchant, il ne lui reste « qu’une courte période », ce qui attise sa rage (Révélation 12:12). Attendons-nous donc à ce que les humains sous son influence redoublent de duplicité, en particulier envers les défenseurs du vrai culte.

    2 Les médias diffusent parfois des déclarations trompeuses ou de purs mensonges sur les serviteurs de Jéhovah et leurs croyances. Des mensonges s’étalent à la une des journaux, dans les documentaires télévisés, dans les pages Web... S’y laissant prendre, les plus naïfs sont troublés.

    3. Qu’est-ce qui nous aidera à déjouer la tromperie ?
    3 Heureusement, pour contrer cette tactique corruptrice de notre ennemi, nous avons la Parole de Dieu, « utile [...] pour remettre les choses en ordre » (2 Timothée 3:16). On découvre dans les écrits de Paul qu’au 1er siècle, certains chrétiens de Thessalonique avaient cru des mensonges. Il les a donc exhortés à « ne pas [se] laisser rapidement ébranler dans [leur] bon sens » (2 Thessaloniciens 2:1, 2). Quels enseignements tirer de son exhortation bienveillante, et comment les mettre en pratique ?

    DES AVERTISSEMENTS OPPORTUNS

    4. Comment Paul a-t-il préparé les Thessaloniciens à la venue du « jour de Jéhovah », et comment le sommes-nous aujourd’hui ?
    4 Dans sa première lettre à la congrégation de Thessalonique, Paul a parlé de la venue du « jour de Jéhovah ». Il ne voulait pas que ses frères soient dans les ténèbres ni pris au dépourvu. Étant des « fils de la lumière », ils devaient plutôt « demeur[er] éveillés » et « rest[er] dans [leur] bon sens » (lire 1 Thessaloniciens 5:1-6). Aujourd’hui, nous attendons la destruction de Babylone la Grande, l’empire mondial de la fausse religion. Cet évènement marquera le début du grand jour de Jéhovah. Heureusement, nous comprenons de mieux en mieux comment Jéhovah réalise son dessein. De plus, par la congrégation, nous recevons régulièrement des rappels opportuns qui nous aident à rester dans notre bon sens. Si nous en tenons compte, notre détermination à rendre à Dieu « un service sacré avec [n]otre raison » se renforcera (Romains 12:1).

     Paul a écrit des lettres contenant des avertissements opportuns pour les chrétiens (voir paragraphes 4, 5).

    5, 6. a) Quelle question Paul traite-t-il dans sa deuxième lettre aux Thessaloniciens ? b) Que fera bientôt Dieu par l’intermédiaire de Jésus, et que devrions-nous nous demander ?
    5 Dans sa deuxième lettre aux Thessaloniciens, envoyée peu de temps après la première, Paul mentionne la future tribulation durant laquelle le Seigneur Jésus exécutera le jugement divin sur « ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à la bonne nouvelle » (2 Thessaloniciens 1:6-8). Ce qui est aujourd’hui le chapitre 2 de cette lettre révèle que des frères s’étaient laissé « émouvoir » par l’annonce du jour de Jéhovah au point de croire qu’il était imminent (lire 2 Thessaloniciens 2:1, 2). Ces chrétiens de la première heure n’avaient qu’une compréhension limitée de l’accomplissement du dessein de Jéhovah. Paul a d’ailleurs dit plus tard au sujet des prophéties : « Nous connaissons partiellement et nous prophétisons partiellement ; mais quand ce qui est complet arrivera, ce qui est partiel sera aboli » (1 Corinthiens 13:9, 10). Cependant, les avertissements inspirés rédigés par Paul, l’apôtre Pierre et d’autres frères oints de l’époque aidaient les chrétiens à entretenir leur foi.

    6 Afin de rectifier leur point de vue, Paul a expliqué sous inspiration qu’avant le jour de Jéhovah, devaient apparaître une grande apostasie et « l’homme d’illégalité* » ((voir la note en fin de document)). Puis, au moment voulu, le Seigneur Jésus « réduir[ait] à rien » tous ceux qui auraient été trompés. Pourquoi un tel châtiment ? L’apôtre répond : « Parce qu’ils n’ont pas accepté l’amour de la vérité » (2 Thessaloniciens 2:3, 8-10). Demandons-nous donc : « À quel point est-ce que j’aime la vérité ? Suis-je bien au courant des dernières explications qui paraissent dans la présente revue ou d’autres publications destinées à la congrégation mondiale des adorateurs de Dieu ? »
    ((sommes-nous à jours dans la connaissance de la bible ?))

    CHOISIS BIEN TES FRÉQUENTATIONS

    7, 8. a) Quels dangers les premiers chrétiens devaient-ils affronter ? b) Aujourd’hui, quel danger particulier menace les vrais chrétiens ?
    7 Bien sûr, les apostats et leurs enseignements ne seraient pas les seuls dangers menaçant les chrétiens. Paul a écrit à Timothée que « l’amour de l’argent est une racine de toutes sortes de choses mauvaises ». Il a signalé qu’« en aspirant à cet amour quelques-uns [s’étaient] égarés loin de la foi et [s’étaient] transpercés partout de bien des douleurs » (1 Timothée 6:10). « Les œuvres de la chair » également seraient un danger permanent (Galates 5:19-21).

    8 Tu comprends cependant pourquoi Paul mettait énergiquement en garde les Thessaloniciens contre la menace que constituaient des hommes qu’il a ailleurs appelés « faux apôtres ». Des chrétiens de Thessalonique disaient en effet « des choses perverses pour entraîner les disciples à leur suite » (2 Corinthiens 11:4, 13 ; Actes 20:30). Plus tard, Jésus a félicité les frères d’Éphèse parce qu’ils ne pouvaient pas « supporter les hommes mauvais ». Ces Éphésiens avaient « mis à l’épreuve » des individus qui, en réalité, étaient de faux apôtres, des menteurs (Révélation 2:2). Il est intéressant de noter que, dans sa deuxième lettre aux Thessaloniciens, Paul a dit : « Or nous vous ordonnons, frères, au nom du Seigneur Jésus Christ, de vous éloigner de tout frère qui marche de manière désordonnée. » Puis il a explicitement mentionné les chrétiens qui « ne [voulaient] pas travailler » (2 Thessaloniciens 3:6, 10). Si ces derniers étaient qualifiés de « désordonné[s] », que dire de chrétiens qui tombaient dans l’apostasie !
    (( http://bibles.forumactif.com/t118-apostat-apostasie-selon-la-bible-selon-des-hommes?highlight=apostat ))
    Oui, la fréquentation étroite de tels individus était particulièrement dangereuse et à rejeter, ce qui reste vrai aujourd’hui (Proverbes 13:20).

    9. Pourquoi être sur ses gardes quand une personne se livre à des conjectures ou à des critiques ?
    9 Le déclenchement de la grande tribulation et la fin de l’actuel système approchant, ces avertissements inspirés donnés au 1er siècle revêtent encore plus d’importance. Nous ne voulons absolument pas « manquer le but » de la faveur imméritée de Jéhovah, et perdre l’espoir de vivre éternellement, au ciel ou sur la terre (2 Corinthiens 6:1). Alors, si jamais une personne qui assiste aux réunions de notre congrégation essayait de nous entraîner dans des conjectures ou des critiques, surtout, soyons sur nos gardes ! (2 Thessaloniciens 3:13-15). ((*** Références bibliques ***(Actes 17:11) Or ces derniers avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique, car ils reçurent la parole avec le plus grand empressement, examinant soigneusement les Écritures chaque jour [pour voir] si ces choses étaient ainsi.))

    « RETENEZ LES TRADITIONS »

    10. À quelles traditions les chrétiens de Thessalonique étaient-ils encouragés à adhérer ?
    10 Paul a exhorté ses frères de Thessalonique à « ten[ir] ferme » et à s’attacher à ce qu’ils avaient appris (lire 2 Thessaloniciens 2:15). Qu’étaient ces « traditions » qui leur avaient été enseignées ? Sûrement pas celles que les fausses religions défendaient et présentaient comme aussi valables que le contenu des Écritures. Paul parlait des enseignements que lui et d’autres avaient reçus de Jésus, ainsi que des paroles que Dieu l’avait incité à transmettre, la plupart faisant maintenant partie des Écritures inspirées. Paul a loué ses frères de la congrégation de Corinthe parce que, leur a-t-il écrit, « en toutes choses vous vous souvenez de moi, et [...] vous tenez ferme les traditions comme je vous les ai transmises » (1 Corinthiens 11:2). De tels enseignements venaient d’une source fiable. Ils étaient dignes de la plus grande confiance.

    11. De quelles manières certains deviennent-ils la proie de tromperies ?
    11 Dans sa lettre aux Hébreux, Paul a signalé qu’un chrétien pourrait perdre la foi et cesser de tenir ferme de deux manières (lire Hébreux 2:1 ; 3:12). Il emploie les expressions « aller à la dérive » et « s’éloigner ». Quand un bateau dérive, au début, c’est parfois imperceptible. Peu à peu toutefois, l’écart qui le sépare de la berge se creuse. Mais un bateau peut s’éloigner parce que son occupant le pousse loin du rivage délibérément. Ces deux situations illustrent bien l’état de ceux qui se laissent tromper, qui laissent leur confiance en la vérité s’affaiblir.
    ((vérité biblique ou pseudo vérité présentée par des hommes ?))

    12. Quelles occupations modernes pourraient nuire à nos relations avec Jéhovah ?
    12 Jadis, des Thessaloniciens s’y étaient probablement laissé prendre. Et aujourd’hui ? Les occupations dévoreuses de temps ne manquent pas. Songe au nombre d’heures qu’on peut consacrer à un passe-temps, à communiquer via les réseaux sociaux, à répondre à des messages électroniques ou à suivre l’actualité sportive. L’une de ces occupations pourrait distraire un chrétien et affaiblir son zèle. La profondeur de ses prières, son étude de la Bible, son assistance aux réunions et sa participation à la prédication pourraient en pâtir. Comment ne pas nous laisser rapidement ébranler dans notre bon sens ?

    PROTECTION « ANTI-ÉBRANLEMENT »

    13. Quelle est, comme prédit, la mentalité de beaucoup, et qu’est-ce qui protégera notre foi ?
    13 Nous devons absolument rester conscients que nous vivons « les derniers jours » et que fréquenter ceux qui ne veulent pas le reconnaître peut être très dangereux. Pierre a écrit au sujet des derniers jours : « Il viendra des moqueurs avec leur moquerie, allant selon leurs propres désirs et disant : “Où est sa présence promise ? Oui, depuis le jour où nos ancêtres se sont endormis dans la mort, toutes choses demeurent exactement comme depuis le commencement de la création” » (2 Pierre 3:3, 4). La lecture quotidienne et l’étude régulière de la Bible nous rappelleront où nous en sommes dans le cours du temps ; elles entretiendront notre conviction que nous vivons « les derniers jours ». L’apostasie prédite s’est manifestée il y a longtemps et elle persiste. « L’homme d’illégalité » vit toujours et continue de s’opposer aux adorateurs de Dieu. Par conséquent, soyons plus que jamais vigilants ; n’oublions pas que le jour de Jéhovah est proche (Tsephania 1:7).

    Préparons-nous bien pour le ministère et participons-y activement, et nous ne serons pas rapidement ébranlés dans notre bon sens (voir paragraphes 14, 15). [Illustration, page 10]

    14. Pourquoi rester actif au service de Dieu est-il une protection ?
    14 L’expérience montre qu’une des meilleures façons de rester vigilant et de ne pas se laisser ébranler dans son bon sens consiste à prêcher régulièrement la bonne nouvelle du Royaume. Par conséquent, lorsque Christ Jésus, le Chef de la congrégation, a ordonné de faire des disciples de gens d’entre toutes les nations, leur enseignant à observer les choses qu’il avait lui-même enseignées, il fournissait un précieux moyen de protection (Matthieu 28:19, 20). On ne peut suivre cet ordre sans être zélé dans le ministère. Penses-tu que tes frères de Thessalonique se sont contentés de prêcher et d’enseigner superficiellement, comme s’ils accomplissaient mollement un simple devoir ? Souviens-toi de ce que Paul leur a dit : « N’éteignez pas le feu de l’esprit. Ne traitez pas les paroles prophétiques avec mépris » (1 Thessaloniciens 5:19, 20). Et quelles prophéties passionnantes nous étudions et faisons connaître à notre prochain !

    15. Quels aspects pratiques pouvons-nous considérer lors du culte familial ?
    15 Logiquement, nous voulons aider nos familles à acquérir de l’habileté dans le ministère. D’après de nombreux frères et sœurs, consacrer une partie du culte familial à cet objectif donne de bons résultats. Des familles discuteront peut-être de la façon dont chaque membre suivra l’intérêt qu’il a rencontré : De quoi parler lors de la prochaine visite ? Quels thèmes ont le plus de chances d’entretenir cet intérêt ? Quel est le meilleur moment pour faire ces visites ? Beaucoup consacrent par ailleurs une partie du culte familial aux réunions de la congrégation, afin que chacun sache de quoi il y sera question. Peux-tu faire davantage pour préparer les réunions et y participer ? Grâce à ta participation, tu fortifieras ta foi et ne te laisseras donc pas ébranler dans ton bon sens (Psaume 35:18). De cette façon, le culte familial peut être un véritable rempart contre le doute et les vaines suppositions, ou conjectures.

    16. Qu’est-ce qui, notamment, incite les oints à préserver leur bon sens ?
    16 Au fil des ans, Jéhovah a progressivement révélé à son peuple le sens des prophéties. Quand nous y réfléchissons, nous mesurons à quel point les merveilleuses prophéties dont nous attendons la réalisation sont dignes de foi. Les oints ont la perspective de rejoindre Christ dans les cieux. Quelle puissante incitation à préserver leur bon sens ! Nous pouvons sans aucun doute leur appliquer ces paroles de Paul aux Thessaloniciens : « Nous sommes obligés de toujours remercier Dieu pour vous, frères aimés de Jéhovah, parce que Dieu vous a choisis [...] en vous sanctifiant avec de l’esprit et par votre foi en la vérité » (2 Thessaloniciens 2:13).

    (( http://bibles.forumactif.com/t6-onction-de-l-esprit-saint-comment preuves?highlight=oints+onction ))

    17. Quel encouragement t’apportent les paroles de 2 Thessaloniciens 3:1-5 ?
    17 Ceux qui aspirent à la vie éternelle sur terre devraient, eux aussi, tout faire pour ne pas se laisser rapidement ébranler dans leur bon sens. Si tu as l’espérance terrestre, prends très au sérieux l’encouragement bienveillant que Paul a donné à ses frères oints de Thessalonique (lire 2 Thessaloniciens 3:1-5). Chacun de nous devrait être profondément sensible aux sentiments qu’expriment ces paroles. Sans conteste, les lettres aux Thessaloniciens contiennent d’importantes mises en garde contre les conjectures et les idées douteuses. Compte tenu du peu de temps qui nous sépare de la fin, attachons un grand prix à ces mises en garde.

    Paragraphe 6 : [Note] Selon Actes 20:29, 30, Paul a indiqué que, de l’intérieur des congrégations chrétiennes, « des hommes se lèver[aient] et dir[aient] des choses perverses pour entraîner les disciples à leur suite ». L’Histoire confirme qu’avec le temps, une distinction clergé/laïcs a vu le jour. Au 3e siècle de notre ère, « l’homme d’illégalité » a été manifeste, reconnaissable dans l’entité que constitue le clergé de la chrétienté (voir La Tour de Garde du 1er février 1990, pages 10-14).

    *** w90 1/2 p. 10-14 Identifions “l’homme qui méprise la loi” *** Identifions “l’homme qui méprise la loi” “Sera révélé celui qui méprise la loi, lui que le Seigneur Jésus supprimera.” — 2 THESSALONICIENS 2:8.

    1 NOUS vivons une époque où règne le mépris de la loi. C’est un phénomène universel. Partout dans le monde, on ressent cette crainte qu’inspirent des individus sans scrupules, véritables menaces pour notre personne et nos biens. Pourtant, il existe quelqu’un dont le mépris de la loi est bien plus dangereux qu’il n’y paraît et qui est à l’œuvre depuis des siècles. La Bible l’appelle “l’homme qui méprise la loi”.
    2 Il nous faut absolument savoir qui est cet homme qui méprise la loi. Pourquoi cela? Parce qu’il est décidé à ruiner nos bonnes relations avec Dieu et notre espérance de vie éternelle. Comment s’y prend-il? Il cherche à nous faire abandonner la vérité ((biblique)) au profit de mensonges, afin que nous n’adorions plus Dieu “avec l’esprit et la vérité”. (Jean 4:23.) Les actions de cet *homme qui méprise la loi* montrent à l’évidence qu’il s’oppose à Dieu, à ses desseins, et à son peuple.
    3 En 2 Thessaloniciens 2:3, la Bible nous parle de cet homme qui méprise la loi. Inspiré par l’esprit de Dieu, l’apôtre Paul écrit: “Que personne ne vous séduise d’aucune manière, car [le jour de Jéhovah, jour où il détruira le système de choses,] ne viendra pas à moins que d’abord ne vienne l’apostasie et que ne se révèle l’homme qui méprise la loi.” Paul prédisait ici qu’avant la fin du système de choses l’apostasie prendrait naissance et que surviendrait un homme qui mépriserait la loi. En outre, Paul déclare au verset 7: “Le mystère de ce mépris de la loi est déjà à l’œuvre.” Par conséquent, au 1er siècle de notre ère, cet homme qui méprise la loi avait commencé de se manifester.
    Origine de l’homme qui méprise la loi
    4 Qui est à l’origine de l’homme qui méprise la loi, et qui le soutient? Paul répond: “La présence de celui qui méprise la loi est selon l’opération de Satan, avec toutes les œuvres de puissance, et avec des signes et des présages mensongers, et avec toutes les tromperies de l’injustice pour ceux qui périssent, ce qui leur advient en châtiment, pour n’avoir pas accepté l’amour de la vérité afin d’être sauvés.” (2 Thessaloniciens 2:9, 10). C’est donc Satan qui est le père et le soutien de l’homme qui méprise la loi. En outre, qu’il en ait ou non conscience, l’homme qui méprise la loi est, comme Satan, opposé à Jéhovah, à ses desseins et à son peuple.
    5 Ceux qui font cause commune avec cet homme qui méprise la loi partageront son sort, la destruction. Paul écrit: “Sera révélé celui qui méprise la loi, lui que le Seigneur Jésus supprimera (...) et réduira à néant par la manifestation de sa présence.” (2 Thessaloniciens 2:8). Pour l’homme qui méprise la loi et pour ses partisans (“ceux qui périssent”), l’heure de la destruction va bientôt sonner, “lors de la révélation du Seigneur Jésus, du ciel, avec ses anges puissants, dans un feu flamboyant, quand il fera venir la vengeance sur ceux qui ne connaissent pas Dieu et sur ceux qui n’obéissent pas à la bonne nouvelle au sujet de notre Seigneur Jésus. Ceux-là subiront le châtiment judiciaire de la destruction éternelle”. — 2 Thessaloniciens 1:6-9.
    6 Un peu plus loin, Paul dit de cet homme qui méprise la loi: “Il se dresse en adversaire et s’élève au-dessus de quiconque est appelé ‘dieu’ ou est objet de vénération, si bien qu’il s’assoit dans le temple du Dieu, s’exhibant lui-même en public comme dieu.” (2 Thessaloniciens 2:4). Paul avertissait donc que Satan susciterait quelqu’un qui mépriserait la loi, qui serait l’objet d’une vénération usurpée, et qui se placerait même au-dessus de la loi de Dieu.
    Comment identifier l’homme qui méprise la loi
    7 Paul parle-t-il d’une seule personne? Non, car il dit que cet “homme” est manifeste à son époque et qu’il demeurera jusqu’à ce que Jéhovah le détruise à la fin du système de choses. Cet homme existe donc depuis des siècles. Évidemment, aucun homme, au sens littéral du terme, n’a jamais vécu aussi longtemps. Par conséquent, l’expression “homme qui méprise la loi” doit représenter une classe de personnes.
    8 De qui s’agit-il? Les faits prouvent qu’il s’agit du clergé fier et ambitieux de la chrétienté qui, au cours des siècles, s’est élevé en faisant sa propre loi. C’est ce que démontre l’existence dans la chrétienté de milliers de mouvements religieux, chacun ayant son clergé, et chaque clergé étant en conflit avec les autres sur quelque point de doctrine ou de pratique. Cette division est une preuve que ces hommes ne suivent pas la loi de Dieu. Ils ne peuvent venir de Dieu. (Voir Michée 2:12; Marc 3:24; Romains 16:17; 1 Corinthiens 1:10.) Tout ce que ces religions ont en commun, c’est qu’elles ne restent pas attachées à l’enseignement biblique. Elles ont, en effet, violé cette règle: “N’allez pas au delà de ce qui est écrit.” — 1 Corinthiens 4:6; voir Matthieu 15:3, 9, 14. ((Cf. voir deutéronome 4 :2))
    9 Par conséquent, cet homme qui méprise la loi est un ensemble de personnes: le clergé de la chrétienté. Tous ses membres, qu’il s’agisse des papes, des prêtres, des patriarches ou des prédicateurs protestants, ont une responsabilité dans les péchés commis par la chrétienté. Ils ont échangé les vérités de Dieu contre des mensonges païens en enseignant des doctrines contraires aux Écritures, telles que l’immortalité de l’âme humaine, l’enfer de feu, le purgatoire et la Trinité. Ils ressemblent aux chefs religieux auxquels Jésus a dit: “Vous venez, vous, de votre père, le Diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. (...) il est menteur et le père du mensonge.” (Jean 8:44). Leurs pratiques montrent également qu’ils méprisent la loi, car ils prennent part à des activités qui violent les lois de Dieu. À ceux-ci Jésus dit: “Éloignez-vous de moi, vous qui agissez en hommes qui méprisent la loi.” — Matthieu 7:21-23.
    Ils s’élèvent au-dessus d’autrui
    10 L’Histoire montre que cette classe de l’homme qui méprise la loi a fait preuve d’un orgueil et d’une arrogance tels qu’elle en est venue à dicter ses volontés aux chefs du monde. Prenant pour prétexte le principe de ‘la royauté de droit divin’, le clergé s’est présenté comme l’intermédiaire essentiel entre Dieu et les rois. Capable de soulever les masses contre ceux qui les gouvernaient ou de les gagner à leur cause, il a couronné et détrôné rois et empereurs. Pour tout dire, ce clergé a repris à son compte les paroles prononcées par les prêtres en chef des Juifs, qui avaient rejeté Jésus: “Nous n’avons de roi que César.” (Jean 19:15). Pourtant, l’enseignement de Jésus est clair: “Mon royaume ne fait pas partie de ce monde”, a-t-il dit. — Jean 18:36.
    11 Afin de s’élever davantage au-dessus du peuple, cette classe qui méprise la loi a adopté un vêtement différent, le plus souvent noir. En outre, ses membres se sont parés de toutes sortes d’ornements imposants, portant des couronnes, des croix et des mitres. (Voir Matthieu 23:5, 6.) Jésus et ses disciples, quant à eux, n’avaient pas de vêtements semblables; ils étaient habillés comme tout le monde. Les membres du clergé ont également pris des titres comme “Père”, “Saint-Père”, “Révérend”, “Révérendissime”, “Son Excellence” et “Son Éminence”, titres par lesquels ils se sont ‘élevés au-dessus de tous’. Pourtant, en ce qui concerne les titres religieux, Jésus avait donné l’enseignement suivant: “N’appelez personne votre père sur la terre.” (Matthieu 23:9). Pareillement Élihu, lorsqu’il a repris les prétendus consolateurs de Job, a dit: “S’il vous plaît, que je ne montre point de partialité envers un homme! Et je ne donnerai pas de titre à un homme tiré du sol.” — Job 32:21.
    12 Lorsqu’à son époque, Paul a déclaré que l’homme qui méprise la loi était déjà à l’œuvre, il a précisé concernant ceux qui reflètent l’attitude infidèle de cet “homme”: “De tels hommes, en effet, sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, qui se transforment en apôtres de Christ. Et rien d’étonnant à cela, car Satan lui-même se transforme continuellement en ange de lumière. Ce n’est donc pas extraordinaire si ses ministres aussi se transforment continuellement en ministres de justice. Mais leur fin sera selon leurs œuvres.” — 2 Corinthiens 11:13-15.
    Rébellion contre le culte pur
    13 Paul a dit que cet homme qui méprise la loi se développerait en corrélation avec l’apostasie. La première indication que donne Paul pour nous permettre d’identifier cette classe impie est que “le jour de Jéhovah [où il détruira le système de choses méchant] (...) ne viendra pas à moins que d’abord ne vienne l’apostasie”. (2 Thessaloniciens 2:2, 3.) Qu’entend-on par “apostasie”? Dans le contexte, ce mot ne signifie pas simplement que, par faiblesse spirituelle, on s’écarte de la vérité ou qu’on l’abandonne. Le terme grec traduit ici par “apostasie” a entre autres sens celui de “défection” ou de “révolte”. Plusieurs traductions le rendent par “rébellion”. C’est ainsi qu’on peut lire dans Parole vivante (transcription de Kuen): “Cela n’arrivera pas avant la grande rébellion.” La Bible en français courant emploie l’expression de “révolte finale”. Par conséquent, le contexte montre que par “apostasie” Paul désigne ici une révolte contre le culte véritable.
    14 Comment cette apostasie, cette rébellion, s’est-elle formée? En 2 Thessaloniciens 2:6, Paul parle de ce qui, à son époque, “fait obstacle” à l’homme qui méprise la loi. De quoi s’agit-il? De la force restrictive exercée par les apôtres. Leur présence ainsi que les dons de puissance qui leur sont accordés par l’esprit saint empêchent, à cette époque, l’apostasie de s’étendre (Actes 2:1-4; 1 Corinthiens 12:28). Cependant, à la fin du 1er siècle, les apôtres seront morts, et cette force restrictive aura disparu.
    La classe du clergé prend naissance
    15 La congrégation que Jésus avait formée s’est développée au cours du Ier siècle sous la direction des anciens (surveillants) et des serviteurs ministériels (Matthieu 20:25-27; 1 Timothée 3:1-13; Tite 1:5-9). Ces hommes, choisis dans la congrégation, étaient des hommes spirituels et compétents, mais qui, pas plus que Jésus, n’avaient reçu d’instruction théologique. De fait, les adversaires de Jésus s’étaient demandé: “Comment cet homme sait-il les lettres, lui qui n’a pas fait d’études dans les écoles?” (Jean 7:15). Les chefs religieux avaient émis la même observation à propos des apôtres. On lit en Actes 4:13: “Or, quand ils virent le franc-parler de Pierre et de Jean et qu’ils se rendirent compte que c’étaient des hommes non lettrés et des gens ordinaires, ils s’étonnèrent. Et ils reconnaissaient en eux ceux qui étaient avec Jésus.”
    16 Toutefois, l’apostasie introduisit des concepts empruntés au clergé juif et, par la suite, au système religieux de la Rome païenne. Avec le temps, la foi véritable fut abandonnée et, contrairement à l’esprit des Écritures, la classe du clergé vit le jour. Un pape couronné commença à diriger un collège de cardinaux, lesquels étaient choisis parmi des centaines d’évêques et d’archevêques, eux-mêmes issus des rangs des prêtres formés dans les séminaires. Donc, peu après le 1er siècle, un clergé mystique s’imposa à la chrétienté. Cette classe ne suivait pas le modèle des anciens et des serviteurs ministériels du 1er siècle, car elle s’inspirait de ce qui se faisait dans les religions païennes.
    17 Dès le IIIe siècle, on trouve la masse des croyants relégués au rang subalterne de laïcs. L’homme qui méprise la loi, l’apostat, prend peu à peu les rênes du pouvoir. Ce pouvoir, il l’affermira durant le règne de l’empereur romain Constantin, surtout après le concile de Nicée, en 325. À cette époque, l’Église et l’État s’unissent étroitement. C’est ainsi que l’homme qui méprise la loi, le clergé de la chrétienté, va constituer au fil des siècles une lignée d’apostats qui se révolteront contre le vrai Dieu, Jéhovah. Les lois et dispositions que suivront jusqu’à nos jours ces apostats ne seront pas celles de Dieu, mais les leurs.
    Des enseignements païens
    18 Avec le temps, l’homme qui méprise la loi va également emprunter des enseignements au paganisme. Par exemple, un mystérieux, un incompréhensible dieu en trois personnes sera substitué à Celui qui dit: “Je suis Jéhovah. C’est là mon nom; et je ne donnerai ma gloire à nul autre.” “Je suis Jéhovah, et il n’y en a pas d’autre. Moi excepté, il n’y a pas de Dieu.” (Ésaïe 42:8; 45:5). Les concepts humains, pour tout dire païens, qui seront adoptés au détriment des vérités bibliques vont conduire à un autre blasphème: la vénération de Marie. Celle que la Bible nous dépeint sous les traits d’une humble femme deviendra pour la chrétienté la “Mère de Dieu”. Ainsi, le clergé, promoteur de ces faux enseignements, sera la plus envahissante des ‘mauvaises herbes’ que Satan a semées pour tenter d’étouffer l’excellente semence semée par le Christ. — Matthieu 13:36-39.
    19 Puis viendront les désaccords et les schismes, à la suite desquels la chrétienté se trouvera fragmentée en des centaines de mouvements religieux. À quelques exceptions près, toutes ces religions conserveront la distinction entre clergé et laïcs. Voilà comment la classe de l’homme qui méprise la loi s’est perpétuée jusqu’à nos jours, où elle continue de s’élever au-dessus du peuple en arborant des vêtements qui la distinguent et des titres ronflants. Paul n’exagérait donc pas lorsqu’il a dit que la classe de l’homme qui méprise la loi se glorifierait et s’élèverait à une position divine.
    La papauté
    20 On trouve dans la papauté un exemple frappant de cette glorification. Selon le dictionnaire ecclésiastique de Ferraris, publié en Italie, le pape est “d’une dignité et d’une grandeur telles, qu’il n’est pas simplement homme, mais comme Dieu, et le Vicaire de Dieu”. Il possède une triple couronne, celle de “roi du ciel, de la terre et de l’enfer”. Cet ouvrage poursuit ainsi: “Le pape est comme Dieu sur terre, le seul prince des fidèles du Christ, le plus grand roi de tous les rois.” Il ajoute: “Le pape peut parfois contrecarrer la loi divine.” Qui plus est, le Nouveau Dictionnaire catholique (angl.) dit à son sujet: “Ses ambassadeurs ont la préséance sur les autres membres du corps diplomatique.”
    21 Contrairement aux disciples de Jésus, le pape porte souvent des vêtements très recherchés et ne dédaigne pas d’être adulé par les humains. Il leur permet de s’agenouiller devant lui, de baiser son anneau et de le transporter sur leurs épaules à l’aide d’un siège spécialement conçu. De quelle vanité les papes ont fait preuve tout au cours des siècles! Voilà qui contraste avec l’humble simplicité de Pierre disant à Corneille, l’officier romain qui s’agenouillait à ses pieds pour lui rendre hommage: “Relève-toi. Je ne suis qu’un homme, moi aussi.” (Actes 10:25, 26, Jérusalem, Bible catholique). Quel contraste également avec l’ange qui donna la Révélation à Jean! L’apôtre se prosternait devant cet ange pour l’adorer, mais ce dernier lui dit: “Attention! Ne fais pas cela! Je ne suis rien d’autre que ton compagnon d’esclavage et celui de tes frères qui sont prophètes, et de ceux qui observent les paroles de ce rouleau. Adore Dieu.” — Révélation 22:8, 9.
    22 La classe du clergé vous paraît-elle être jugée trop sévèrement? Nous pouvons le déterminer en appliquant la règle que Jésus a donnée pour identifier les faux prophètes: “À leurs fruits vous les reconnaîtrez.” (Matthieu 7:15, 16). Quels fruits le clergé a-t-il portés au cours de l’Histoire, et cela jusqu’au XXe siècle? Quel sera le sort de l’homme qui méprise la loi, et qui partagera ce sort? Concernant cet homme qui méprise la loi, de quelle responsabilité ceux qui craignent vraiment Dieu sont-ils investis? Les articles suivants traitent de ces questions.

    Questions de révision □ Qu’est-ce que l’homme qui méprise la loi, et quand cet homme est-il devenu manifeste? □ Selon ce que dit la Bible, qui est à l’origine de cette classe? □ Comment le clergé s’est-il élevé au-dessus du peuple? □ Quelles pratiques et quels enseignements apostats ont été adoptés par le clergé? □ Quel contraste l’attitude des papes offre-t-elle avec celle de Pierre et d’un ange?
    [Questions d’étude] 1, 2. Pourquoi nous faut-il absolument savoir qui est l’homme qui méprise la loi? 3. Comment la Bible attire-t-elle notre attention sur l’homme qui méprise la loi?  4. Qui est le père et le soutien de l’homme qui méprise la loi? 5. Quel sort attend celui qui méprise la loi et ceux qui font cause commune avec lui? 6. Quel renseignement supplémentaire Paul donne-t-il à propos de l’homme qui méprise la loi? 7. Pourquoi en concluons-nous que Paul ne parle pas d’une seule personne, et que représente l’homme qui méprise la loi?  8. Qui est l’homme qui méprise la loi, et quels sont quelques-uns de ses traits caractéristiques? 9. Quelles croyances contraires aux Écritures ceux qui méprisent la loi ont-ils substituées aux vérités bibliques? 10. Quelles relations l’homme qui méprise la loi a-t-il entretenues avec les chefs politiques? 11. Comment le clergé s’est-il élevé au-dessus d’autrui? 12. Selon les paroles de Paul, qui le clergé sert-il en réalité? 13. Qu’est-ce que l’apostasie annoncée par Paul? 14. Quand l’apostasie s’est-elle vraiment formée? 15. Quelle disposition Jésus a-t-il prise en faveur de la congrégation chrétienne? 16. En ce qui concerne l’organisation de la congrégation, comment l’apostasie a-t-elle causé une déviation par rapport au modèle chrétien du Ier siècle? 17. À quelle époque, surtout, le pouvoir de l’homme qui méprise la loi s’est-il affermi? 18. Quels enseignements blasphématoires l’homme qui méprise la loi a-t-il empruntés au paganisme? 19. Comment la chrétienté s’est-elle fragmentée au cours des siècles, et qu’est-ce qui s’est perpétué? 20. Que disent des ouvrages catholiques à propos du pape? 21. Quel contraste les actions du pape offrent-elles avec celles de Pierre et d’un ange? 22. Quelle règle tirée des Écritures permet d’identifier l’homme qui méprise la loi? [Illustration, page 14] Contrairement aux papes, l’apôtre Pierre ne permit pas à un humain de s’agenouiller devant lui.


    Dernière édition par nikolaj tj/tjc le Mer 12 Fév - 21:40, édité 1 fois (Raison : mise en page)


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Mer 12 Fév - 21:46

    TG 10 au 16 FÉVRIER 2014 w13 15/12 p. 1-2 Sommaire Feras-tu des sacrifices pour le Royaume ? PAGE 11 • CANTIQUES : 40, 75    http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2013924

    Commentaires entre ((……….)) ou entre [[……….]]

     [Illustration, page 11] Feras-tu des sacrifices pour le Royaume ? « Dieu aime celui qui donne avec joie » (2 Corinthiens 9:7).

    VERSETS À MÉDITER Comment ces versets t’aident-ils à évaluer les sacrifices que tu fais pour le Royaume ?
    1 Chroniques 29:9 1 Corinthiens 16:1, 2 2 Corinthiens 8:12

    1. Quelles sortes de sacrifices beaucoup de gens font-ils, et pourquoi ?
    1 Les gens font volontiers des sacrifices pour ce qu’ils jugent important. Les parents dépensent du temps, de l’argent et de l’énergie pour le bien de leurs enfants. Alors que leurs camarades s’amusent, les jeunes athlètes qui aspirent à représenter leur pays aux Jeux Olympiques s’entraînent avec acharnement plusieurs heures par jour. Jésus aussi a fait des sacrifices pour ce qu’il jugeait important. Il n’a pas couru après le luxe. Il n’a pas eu d’enfants. Il s’est concentré sur les intérêts du Royaume (Matthieu 4:17 ; Luc 9:58). Comme lui, ses disciples ont renoncé à beaucoup de choses au profit du Royaume de Dieu. Ce Royaume revêtant la plus haute importance à leurs yeux, ils ont fait des sacrifices pour le soutenir au mieux de leurs possibilités (Matthieu 4:18-22 ; 19:27). Demandons-nous donc : « Qu’est-ce qui a de l’importance à mes yeux ? »

    2. a) Pour tout vrai chrétien, quels sacrifices sont indispensables ? b) Quels autres sacrifices certains sont-ils en mesure de faire ?
    2 Pour tout vrai chrétien qui veut nouer et entretenir de bonnes relations avec Jéhovah, certains sacrifices sont indispensables. Il faut par exemple réserver du temps et de l’énergie à la prière, à la lecture de la Bible, au culte familial, à l’assistance aux réunions et au ministère
    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>*

    [Note] Voir l’article « Offrons à Jéhovah des sacrifices de toute notre âme », dans notre édition du15 janvier 2012, pages 21-25.  http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2012045  /*/Offrons à Jéhovah des sacrifices de toute notre âme “ Tout ce que vous faites, travaillez-y de toute votre âme, comme pour Jéhovah. ” — Colossiens 3:23. SOYEZ ATTENTIF AUX POINTS SUIVANTS : Comment honorer Jéhovah dans la vie courante ? Quels sacrifices peut-on faire dans le cadre du culte ? Quels dons matériels peut-on offrir à Jéhovah ?
    1 AU 1er SIÈCLE, Jéhovah a révélé à ses serviteurs que le sacrifice rédempteur de Jésus avait aboli la Loi mosaïque (Colossiens 2:13, 14). Les sacrifices que les Juifs offraient depuis des siècles n’étaient plus nécessaires. Ils n’avaient plus de valeur aux yeux de Dieu. La Loi avait joué son rôle de “ précepteur menant à Christ ”. — Galates 3:24.
    2 Cela ne signifie pas que la notion de sacrifice n’a plus d’intérêt pour les chrétiens. Au contraire, l’apôtre Pierre a montré qu’il leur faut “ offrir des sacrifices spirituels, agréés de Dieu grâce à Jésus Christ ”. (1 Pierre 2:5.) De son côté, l’apôtre Paul a expliqué que, lorsqu’un chrétien se voue à Dieu, on peut à juste titre considérer qu’il lui offre sa vie sous tous ses aspects en “ sacrifice ”. — Romains 12:1.
    3 Le chrétien fait donc des sacrifices pour Jéhovah. Il lui offre certaines choses ou renonce à d’autres pour lui. Compte tenu de ce que nous savons des exigences qui étaient imposées aux Israélites, comment faire en sorte que tous nos sacrifices soient agréés de Dieu ?
    DANS LA VIE COURANTE
    4 Vous demandez-vous quel est le lien entre les occupations de la vie courante et les sacrifices que vous êtes censé offrir à Jéhovah ? À première vue, les tâches ménagères, les activités scolaires, le travail profane, les courses, etc., tout cela paraît déconnecté des questions spirituelles. Pourtant, si vous avez voué votre vie à Jéhovah ou si vous envisagez de le faire sous peu, l’état d’esprit avec lequel vous vous livrez à vos occupations quotidiennes a de l’importance. Nous sommes chrétiens 24 heures sur 24. Nous devons appliquer les principes bibliques dans tous les domaines de notre existence. C’est pourquoi Paul nous a exhortés en ces termes : “ Tout ce que vous faites, travaillez-y de toute votre âme, comme pour Jéhovah et non pour les hommes. ” — Lire Colossiens 3:18-24.
    5 Nos activités de tous les jours ne font pas partie du service sacré. Reste qu’en nous encourageant à toujours agir ‘ de toute notre âme, comme pour Jéhovah ’, Paul nous amène à réfléchir à notre manière de vivre dans sa globalité. Interrogeons-nous : La façon dont nous nous conduisons et nous habillons est-elle correcte en toutes circonstances ? Ou bien sommes-nous parfois gênés de dire que nous sommes Témoins de Jéhovah en raison de notre comportement ou de notre tenue ? Cela ne devrait jamais être le cas. Nous ne voulons rien faire qui entache le nom de notre Dieu. — Isaïe 43:10 ; 2 Corinthiens 6:3, 4, 9.
    6 Examinons à présent comment le désir de nous dépenser ‘ de toute notre âme, comme pour Jéhovah ’ se traduit dans différents domaines de notre vie. Au cours de cet examen, ne perdons pas de vue que les Israélites ne devaient sacrifier à Jéhovah que ce qu’ils avaient de meilleur. — Exode 23:19.
    QUELLE INCIDENCE SUR NOTRE MODE DE VIE ?
    7 Quand vous vous êtes voué à Jéhovah, vous n’avez posé aucune condition. Vous vous êtes en quelque sorte engagé à mettre Dieu à la première place dans tous les domaines de votre vie. (Lire Hébreux 10:7.) C’était une excellente décision. D’ailleurs, vous avez sans doute constaté que, lorsque vous cherchez quelle est la volonté de Jéhovah et que vous vous y conformez, la situation tourne à votre avantage (Isaïe 48:17, 18). Les chrétiens sont saints et joyeux parce qu’ils imitent les qualités du Dieu qui les enseigne. — Lévitiques 11:44 ; 1 Timothée 1:11.
    8 Les sacrifices que les Israélites offraient à Jéhovah étaient saints à ses yeux (Lévitiques 6:25 ; 7:1). Le terme hébreu pour “ sainteté ” évoque les idées de séparation, d’exclusivité, de sanctification pour Dieu. Jéhovah n’agréera nos sacrifices que s’ils sont “ séparés ” de la corruption morale du monde, préservés de son influence. Nous ne pouvons aimer aucune des choses que Dieu hait. (Lire 1 Jean 2:15-17.) Il nous faut donc refuser de nous livrer à des activités ou de côtoyer des personnes qui nous amèneraient à nous souiller de son point de vue (Isaïe 2:4 ; Révélation 18:4). Nous ne pouvons pas non plus nous permettre de regarder des spectacles impurs ou de fantasmer sur des actes immoraux. — Colossiens 3:5, 6.
    9 Paul a recommandé à ses compagnons chrétiens : “ N’oubliez pas de faire le bien et de partager avec d’autres, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir. ” (Hébreux 13:16). Manifester la bonté et faire du bien aux autres de manière habituelle s’apparente donc pour Dieu à un sacrifice auquel il prend plaisir. L’intérêt plein d’amour envers ses semblables est un trait distinctif des vrais chrétiens. — Jean 13:34, 35 ; Colossiens 1:10.
    DANS LE CADRE DU CULTE
    10 L’un des principaux moyens de faire du bien aux autres est de prendre part à la “ déclaration publique de notre espérance ”. Saisissez-vous toutes les occasions de prêcher la bonne nouvelle du Royaume ? Selon Paul, cette activité fondamentale est un “ sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui font une déclaration publique pour son nom ”. (Hébreux 10:23 ; 13:15 ; Hoshéa 14:2.) Il y aurait beaucoup à dire sur le temps que nous consacrons à la prédication et sur notre efficacité dans cette activité. D’ailleurs, de nombreux exposés des réunions de service nous permettent de nous analyser sous ce rapport. En deux mots, puisque la prédication, organisée ou informelle, est un “ sacrifice de louange ” et fait partie de notre culte, il nous faut offrir ce que nous avons de meilleur. La situation de chacun est différente. Cependant, le temps que nous passons à prêcher la bonne nouvelle est souvent le reflet de la valeur que nous accordons aux choses spirituelles.
    11 D’autre part, nous consacrons régulièrement du temps au culte de Jéhovah, que ce soit en privé ou avec la congrégation. C’est ce que Dieu nous demande. Certes, nous ne sommes pas tenus, comme l’étaient les Juifs, d’observer un repos sabbatique ni de nous rendre trois fois l’an à Jérusalem pour y célébrer des fêtes. Mais ces exigences de la Loi mosaïque ont leurs équivalents dans la vie du chrétien. Dieu attend toujours de ses serviteurs qu’ils renoncent aux œuvres mortes et qu’ils étudient sa Parole, prient et assistent aux réunions. Quant aux chefs de famille, ils ont la responsabilité d’organiser le culte familial (1 Thessaloniciens 5:17 ; Hébreux 10:24, 25). Au sujet de nos activités spirituelles, posons-nous cette question : ‘ Me serait-il possible de rendre à Jéhovah un culte de meilleure qualité ? ’
    12 David a chanté à Jéhovah : “ Que ma prière soit préparée comme l’encens devant toi. ” (Psaumes 141:2). Songeons à la régularité et au contenu de nos prières. La Révélation compare à de l’encens les “ prières des saints ”. En effet, les prières que Jéhovah approuve montent vers lui comme une douce odeur (Révélation 5:8). En Israël, l’encens qu’on offrait chaque jour sur l’autel devait être minutieusement préparé. Jéhovah agréait cette offrande seulement si ses consignes avaient été suivies [[comme Deutéronome 4 :2, dans les cas de mauvaises ponctuations, dans les incises de narration, pour des extraits cités de la bible, dans bon nombre de publications tj/wtb&ts]] (Exode 30:34-37 ; Lévitiques 10:1, 2). Si elles sont sincères et conformes aux instructions divines, nous pouvons être sûrs que Jéhovah les agréera.
    NOUS DONNONS ET RECEVONS
    13 Quel qu’en soit le montant, les dons d’argent en faveur de l’œuvre mondiale sont assimilables à des sacrifices (Marc 12:41-44). Évoquons un exemple du 1er siècle. Après lui avoir manifestement confié une somme d’argent, les chrétiens de Philippes ont envoyé Épaphrodite à Rome pour qu’il prenne en charge les besoins matériels de Paul. Ce n’était pas la première fois qu’ils faisaient preuve de générosité envers l’apôtre. Avec bonté, ils espéraient le libérer de tout souci d’ordre financier afin qu’il se consacre davantage au ministère. Qu’a pensé Paul de ce don ? Il l’a qualifié de “ parfum d’agréable odeur, [de] sacrifice agréé, qui plaît à Dieu ”. (Lire Philippiens 4:15-19.) Il a grandement apprécié le geste des Philippiens, tout comme Jéhovah.
    14 Pareillement aujourd’hui, Jéhovah attache une grande valeur aux dons que nous faisons pour soutenir l’œuvre mondiale. Il promet en outre de veiller à ce que tous nos besoins, spirituels et matériels, soient comblés si nous continuons à accorder la priorité aux intérêts du Royaume. — Matthieu 6:33 ; Luc 6:38.
    DES TÉMOIGNAGES DE GRATITUDE
    15 Nous avons d’innombrables raisons d’être reconnaissants envers Jéhovah. À commencer par le don de la vie qu’il renouvelle chaque jour. Il nous donne aussi de quoi entretenir cette vie : de la nourriture, des vêtements, un toit, et même l’air que nous respirons. De plus, notre foi, qui repose sur la connaissance exacte, nous procure une espérance. Au vu de tout ce que Jéhovah fait pour nous et de ce qu’il est, ne convient-il pas que nous lui rendions un culte et que nous lui offrions des sacrifices de louange ? — Lire Révélation 4:11.
    16 L’article de la semaine dernière a attiré notre attention sur un don inestimable de Dieu : le sacrifice rédempteur de Christ. Jéhovah pouvait-il nous exprimer son amour de plus belle manière (1 Jean 4:10) ? Comment répondre à cet amour comme il se doit ? “ L’amour que le Christ a nous oblige, explique Paul, parce que nous avons jugé ceci : qu’un seul homme est mort pour tous ; [...] et il est mort pour tous afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort pour eux et a été relevé. ” (2 Corinthiens 5:14, 15). En d’autres termes, si nous sommes reconnaissants pour la faveur imméritée dont nous sommes l’objet, nous emploierons notre vie à honorer Dieu et son Fils. Notre amour et notre gratitude envers Jéhovah et Christ se manifesteront par notre obéissance ainsi que par notre désir de prêcher et de faire des disciples. — 1 Timothée 2:3, 4 ; 1 Jean 5:3. [[ , explique Paul, mauvaise ponctuation]]
    17 Vous serait-il possible d’offrir à Dieu un meilleur sacrifice de louange ? Après avoir médité sur tout ce qu’a fait Jéhovah pour eux, beaucoup ont décidé de s’organiser afin de participer davantage à la prédication ou à d’autres activités théocratiques. Certains ont été en mesure d’entreprendre le service de pionnier auxiliaire un ou plusieurs mois par an ; d’autres ont pu rejoindre les rangs des pionniers permanents. D’autres encore se sont investis dans des projets de construction liés au vrai culte. Ce sont là de beaux témoignages de reconnaissance. Si elles ont pour mobile la gratitude, ces actions qui font partie du service sacré plaisent à Dieu.
    18 Bien des chrétiens se sentent redevables à Jéhovah et ce sentiment les pousse à lui donner ce qu’ils ont de meilleur. Prenons l’exemple de Morena. Elle a cherché des réponses à ses questions dans le catholicisme, la religion dans laquelle elle avait été élevée, puis dans des philosophies asiatiques. Mais elle n’a trouvé aucune réponse satisfaisante. C’est seulement lorsqu’elle a étudié la Bible avec les Témoins de Jéhovah que sa soif spirituelle a été étanchée. Les explications bibliques qu’elle a obtenues et la stabilité que sa vie a acquise par la même occasion ont fait naître chez elle une profonde reconnaissance. Elle a alors voulu remercier Dieu en utilisant toutes ses forces à son service. Après son baptême, elle a régulièrement entrepris le service de pionnier auxiliaire, et dès que sa situation le lui a permis, elle est devenue pionnière permanente. Trente ans après, Morena est toujours dans le service à plein temps.
    19 Évidemment, du fait de leur situation, quantité de fidèles adorateurs de Jéhovah ne sont pas à même d’être pionniers. Mais quelles que soient nos possibilités, nous pouvons tous lui offrir des sacrifices qui lui plaisent. Par notre conduite, en respectant scrupuleusement les principes de justice, conscients qu’en toutes circonstances nous représentons Jéhovah. Par notre foi, an ayant totalement confiance dans la réalisation de ses desseins. Par de belles œuvres, en contribuant à répandre la bonne nouvelle. Continuons donc à nourrir de la reconnaissance pour tout ce que Jéhovah a fait en notre faveur et à lui offrir des sacrifices de toute notre âme. /*/

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

    (Josué 1:8 ; Matthieu 28:19, 20 ; Hébreux 10:24, 25). Grâce à nos efforts et à la bénédiction de Jéhovah, la prédication s’accélère et des humains continuent d’affluer vers « la montagne de la maison de Jéhovah » (Isaïe 2:2). Voulant soutenir les activités liées au Royaume, beaucoup font d’autres types de sacrifices : ils s’activent dans les Béthels ou participent à la construction de Salles du Royaume et de Salles d’assemblées, à l’organisation d’assemblées ou à des opérations de secours. Ces sacrifices-là ne sont pas requis pour obtenir la vie. Mais ils sont essentiels à l’œuvre du Royaume.
    3. a) Quand nous faisons des sacrifices pour le Royaume, quels bienfaits en retirons-nous ? b) Quelles questions devrions-nous nous poser ?
    3 Le Royaume n’a jamais eu autant besoin de soutien. Et quel bonheur de voir tant de sacrifices consentis de bon cœur pour Jéhovah ! (lire Psaume 54:6). Tandis que nous attendons la venue du Royaume de Dieu, une telle générosité nous procure beaucoup de joie (Deutéronome 16:15 ; Actes 20:35). Cependant, chacun de nous devrait s’examiner de près. Pourrions-nous, nous aussi, faire d’autres types de sacrifices pour le Royaume ? Comment employons-nous notre temps, notre argent, notre énergie et nos capacités ? À quoi nous faut-il particulièrement veiller ? Revoyons un modèle de l’Antiquité que nous pouvons imiter pour faire de tels sacrifices volontaires et ainsi augmenter notre joie.
    LES SACRIFICES DANS L’ISRAËL ANTIQUE
    4. Qu’obtenaient les Israélites grâce à leurs sacrifices ?
    4 Dans l’Israël antique, pour obtenir le pardon des péchés, il fallait faire des sacrifices. Les sacrifices étaient indispensables pour jouir de la faveur de Jéhovah. Certains étaient obligatoires, d’autres volontaires, ou facultatifs (Lévitiques 23:37, 38). On pouvait offrir à Jéhovah un holocauste en guise d’offrande volontaire, ou de don. Aux jours de Salomon, lors de l’inauguration du temple, des sacrifices particulièrement généreux ont été offerts à Dieu (2 Chroniques 7:4-6).

    5. Qu’avait prévu Jéhovah pour ceux qui avaient peu de moyens ?
    5 Dans son amour, Jéhovah comprenait bien que tous ne pouvaient pas lui offrir des sacrifices de même valeur. Il n’exigeait des Israélites que ce qu’ils pouvaient donner. La Loi voulait que le sang d’un animal soit répandu ; c’était « une ombre des bonnes choses à venir » par l’intermédiaire de son Fils, Jésus (Hébreux 10:1-4). Toutefois, Jéhovah n’était pas rigide. Par exemple, de la part de celui qui n’avait pas les moyens d’offrir un animal pris parmi le petit ou le gros bétail, il acceptait des tourterelles. Ainsi, même le pauvre avait la joie d’offrir des sacrifices à Jéhovah (Lévitiques 1:3, 10, 14 ; 5:7). Mais quel que soit l’animal offert, deux choses étaient requises de celui qui faisait un sacrifice volontaire.

    6. Qu’était-il exigé de celui qui offrait un sacrifice, et à quel point la soumission à ces exigences était-elle importante ?
    6 Premièrement, le donneur devait offrir ce qu’il avait de meilleur. Jéhovah l’avait dit aux Israélites : s’ils voulaient s’« attirer l’approbation », toutes leurs offrandes devaient être sans défaut (Lévitiques 22:18-20). Si l’animal avait une tare, il ne serait pas considéré comme acceptable pour Jéhovah. Deuxièmement, le donneur devait lui-même être pur et sans souillure. Celui qui voulait offrir un sacrifice volontaire mais se trouvait dans un état d’impureté devait d’abord retrouver l’approbation divine en offrant un sacrifice pour le péché ou un sacrifice de culpabilité (Lévitiques 5:5, 6, 15). C’était une question sérieuse. Jéhovah avait bien précisé que toute personne qui, dans un état d’impureté, avait part à un sacrifice de communion (qui pouvait être une offrande volontaire) serait retranchée de son peuple (Lévitiques 7:20, 21). Par contre, quand il avait l’approbation de Jéhovah et que son offrande était sans tare, le donneur pouvait se réjouir « d’une grande joie » (lire 1 Chroniques 29:9).

    LES SACRIFICES À NOTRE ÉPOQUE

    7, 8. a) Quelle joie beaucoup éprouvent-ils à faire des sacrifices pour le Royaume ? b) De quelles sortes de ressources disposons-nous ?
    7 Aujourd’hui aussi, beaucoup ont envie de se dépenser au service de Jéhovah, et Jéhovah s’en réjouit. Se dévouer pour ses compagnons est très gratifiant. Un frère qui participe à la construction de Salles du Royaume et aux secours apportés aux victimes de catastrophes naturelles affirme qu’il est difficile de décrire la satisfaction que ces formes de service procurent. Il dit : « Quand on lit cette joie et cette reconnaissance sur les visages des frères et sœurs qui entrent dans leur nouvelle Salle du Royaume ou qui reçoivent des secours, on ne regrette vraiment pas d’avoir fourni tout ce travail et toute cette énergie. »

     [Illustration, pages 12, 13] Bien des sacrifices offerts par les Israélites étaient facultatifs, comme beaucoup de nos sacrifices aujourd’hui (voir paragraphes 7-13).

    8 Aux temps modernes, l’organisation [[qui porte le nom]] de Jéhovah a toujours cherché des occasions de soutenir l’œuvre divine. [[Œuvre préposée par JC]] En 1904, frère Charles Russell a écrit : « Chacun doit se considérer lui-même établi par le Seigneur comme intendant de son temps, de son influence, de son argent, etc., et chacun doit chercher à employer ces talents de son mieux à la gloire du Maître. » Même s’ils nous valent de nombreux bienfaits, nos sacrifices à Jéhovah nous coûtent quelque chose (2 Samuel 24:21-24). Pourrions-nous faire un meilleur usage de nos ressources ? [[Cf. Nous sommes des intendants w12 15/12 p. 13 §18 - La Tour de Garde – 2012 http://bibles.forumactif.com/t149p105-qui-est-l-esclave-fidele-et-avise ]]
    [Illustration, page 13] Au Béthel d’Australie.

    9. Concernant l’usage de notre temps, quel principe tiré de Luc 10:2-4 pouvons-nous appliquer ?
    9 Notre temps. La traduction et l’impression de nos publications [[ainsi que des bibles en un maximum de langues]], la construction de lieux de culte, l’organisation d’assemblées, les opérations de secours et bien d’autres tâches importantes demandent beaucoup de temps et d’énergie. Or nos journées ne sont pas élastiques. À cet égard, Jésus nous enseigne un principe très utile. Quand il a envoyé ses disciples prêcher, il leur a dit : « En chemin ne serrez personne dans vos bras en signe de salut » (Luc 10:2-4). Pourquoi une telle directive ? Un bibliste déclare : « Les salutations chez les Orientaux ne consistaient pas, comme chez nous, à s’incliner timidement ou à tendre la main ; elles s’accompagnaient de nombreuses étreintes, de révérences et même de prosternations jusqu’au sol. Tout cela exigeait beaucoup de temps. » Jésus n’encourageait pas ses disciples à l’impolitesse. Il leur montrait que, ne disposant que d’un temps limité, ils devaient en tirer le meilleur parti pour s’occuper des choses les plus importantes (Éphésiens 5:16). Pouvons-nous mettre ce principe en pratique afin d’avoir davantage de temps pour participer à des tâches liées au Royaume ?

     [Illustration, page 12] En Afrique, au Kenya : proclamateurs dans une Salle du Royaume.

    10, 11. a) De quelles façons nos offrandes pour l’œuvre mondiale peuvent-elles être utilisées ? b) Quel principe trouve-t-on en 1 Corinthiens 16:1, 2 ?
    10 Notre argent. Les activités liées au Royaume nécessitent des fonds importants. Chaque année, des millions de dollars sont dépensés pour couvrir les frais des surveillants itinérants, des pionniers spéciaux et des missionnaires. Depuis 1999, plus de 24 500 Salles du Royaume ont été construites dans des pays aux ressources limitées. Pourtant, près de 6 400 sont encore nécessaires. De plus, chaque mois, on imprime près de 100 millions d’exemplaires de La Tour de Garde et de Réveillez-vous !. Tout ce travail est soutenu par nos offrandes volontaires.

    11 Concernant les offrandes, l’apôtre Paul a énoncé un principe (lire 1 Corinthiens 16:1, 2). Sous inspiration, il a encouragé ses frères de Corinthe non pas à décider du montant de leurs offrandes en fonction de l’argent qui leur reste à la fin de la semaine, mais plutôt à mettre de l’argent de côté dès le début de la semaine, selon leurs moyens. Comme au Ier siècle, les frères et sœurs de notre époque planifient leurs dons, selon leurs moyens (Luc 21:1-4 ; Actes 4:32-35). Jéhovah attache beaucoup de prix à une telle générosité.

     [Illustration, pages 12, 13] À Tuxedo, dans l’État de New York (États-Unis) : volontaire d’un comité de construction régional.

    12, 13. Qu’est-ce qui peut retenir certains de mettre leur énergie et leurs capacités au service du Royaume, mais comment Jéhovah les aidera-t-il ?
    12 Notre énergie et nos capacités. Quand nous mettons notre énergie et nos capacités au service du Royaume, Jéhovah nous soutient. Lorsque nous sommes fatigués, il promet de nous aider (Isaïe 40:29-31). Pensons-nous manquer d’aptitudes pour soutenir l’œuvre ? Nous disons-nous que d’autres sont plus compétents ? Ne l’oublions pas, Jéhovah peut améliorer nos capacités naturelles, comme il l’a fait pour Betsalel et Oholiab (Exode 31:1-6 ; voir illustration du titre).

    13 Jéhovah nous encourage à donner le meilleur et sans retenue (Proverbe 3:27). Au cours de la reconstruction du temple, il a dit aux Juifs de Jérusalem de réfléchir à ce qu’ils faisaient pour soutenir les travaux (Haggaï 1:2-5). En effet, ils s’étaient laissé distraire et avaient perdu de vue leurs priorités. Nous ferons bien de nous demander si nos priorités sont alignées sur celles de Jéhovah. Pouvons-nous « fixe[r] [n]otre cœur sur [n]os voies » afin de participer davantage à l’œuvre du Royaume durant ces derniers jours ?

    DES SACRIFICES À NOTRE PORTÉE

    14, 15. a) Comment l’exemple de nos frères ayant peu de moyens nous encourage-t-il ? b) Quel devrait être notre désir ?
    14 Beaucoup vivent dans des pays où règnent privations et pauvreté. L’organisation [[qui porte le nom]] de Jéhovah s’efforce de « compenser » ce qui manque à nos frères de ces régions (2 Corinthiens 8:14). Pourtant, même ceux qui ont peu de moyens considèrent comme un honneur de donner. Quand les pauvres se sentent poussés à donner avec joie, Jéhovah se réjouit (2 Corinthiens 9:7).

    15 Voici ce que font des frères d’un pays africain très pauvre : ils délimitent une parcelle de leur jardin, et avec l’argent de la vente de ce que ce bout de terre produit, ils soutiennent l’œuvre du Royaume. Dans ce même pays, il était prévu de construire une Salle du Royaume dont les frères avaient grand besoin. Mais les travaux devaient débuter en pleine saison des semailles. Tenant malgré tout à y participer, les frères travaillaient sur le chantier le jour et allaient aux champs le soir. Quel esprit de sacrifice ! Cela nous rappelle les frères de Macédoine, au 1er siècle. Bien que se trouvant dans une « profonde pauvreté », ils réclamaient le privilège de participer à un certain projet (2 Corinthiens 8:1-4). Pareillement, que chacun de nous donne « en proportion de la bénédiction » que Jéhovah lui a donnée (lire Deutéronome 16:17).

    16. À quelle condition nos sacrifices conviendront-ils à Jéhovah ?
    16 Cela dit, attention ! Comme les Israélites de l’Antiquité, nous devons veiller à ce que nos sacrifices volontaires conviennent à Dieu. Nous devons rester équilibrés, nous acquitter d’abord de nos responsabilités relatives à notre famille et au culte pour Jéhovah. Nous ne devrions pas sacrifier du temps et des ressources pour d’autres au point de négliger le bien-être spirituel ou physique de notre famille. Nous offririons en quelque sorte ce que nous n’avons pas (lire 2 Corinthiens 8:12). De plus, il nous faut entretenir notre propre spiritualité (1 Corinthiens 9:26, 27). Soyons certains, cependant, que si nous nous conformons aux normes bibliques, nos sacrifices nous apporteront beaucoup de joie et de satisfaction et seront particulièrement « agréé[s] » de Jéhovah.

    NOS SACRIFICES ONT UNE GRANDE VALEUR

    17, 18. Qu’éprouvons-nous pour tous ceux qui font des sacrifices pour le Royaume, et à quoi chacun de nous devrait-il réfléchir ?
    17 Nombre de nos frères et sœurs se « répand[ent] comme une libation » par le soutien qu’ils apportent à des tâches essentielles liées au Royaume (Philippiens 2:17). Ils sont à féliciter chaleureusement pour leur abnégation et leur générosité. Les femmes et les enfants des frères qui sont à la tête de l’œuvre du Royaume méritent eux aussi des félicitations.

    18 Il y a énormément à faire en faveur des intérêts du Royaume. Alors, que chacun de nous prie et se demande comment il peut participer à cette tâche le plus largement possible. Sois sûr que tu en retireras de grands bienfaits dès maintenant et de bien plus grands « dans le système de choses à venir » (Marc 10:28-30).


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Auteur du site le Sam 22 Fév - 20:49

    http://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2013925
    TG 17 au 23 FÉVRIER 2014 w13 15/12 p. 1-2 Sommaire  « Ce jour devra vous servir de mémorial »  PAGE 17 •  CANTIQUES : 109, 18
     « Ce jour devra vous servir de mémorial »
    « Ce jour devra vous servir de mémorial, et vous devrez le célébrer comme une fête pour Jéhovah » (Exode 12:14). QUE RÉPONDRAIS-TU ?  Comment les Israélites devaient-ils préparer et célébrer la première Pâque ?  Quand Jésus et ses apôtres ont-ils pris le dernier repas pascal et que s’est-il passé plus tard ce jour-là ?  Quelles leçons pouvons-nous retenir de la première Pâque et de l’Exode ?
    1, 2. Quel évènement devrait être important pour les chrétiens, et pourquoi ?
    1 Lorsque tu penses à des dates marquantes, laquelle te vient en premier à l’esprit ? « Mon anniversaire de mariage », diras-tu peut-être. D’autres penseront à un évènement historique très connu, comme la fête de l’indépendance de leur pays. Mais sais-tu quelle fête nationale est célébrée depuis plus de 3 500 ans ?
    2 Il s’agit de la Pâque. Lors de cet évènement, l’Israël antique a été libéré de l’esclavage en Égypte. Pourquoi devrait-il être important pour toi ? Parce qu’il touche à des aspects essentiels de ta vie. « Mais ce sont les Juifs qui célèbrent la Pâque, pourquoi devrais-je m’intéresser à cet évènement ? », penseras-tu peut-être. La réponse tient dans cette déclaration frappante : « Christ notre Pâque a été sacrifié. » (1 Corinthiens 5:7). Pour saisir toute l’importance de cette vérité, il nous faut savoir en quoi consiste la Pâque juive et l’examiner à la lumière d’un commandement donné à tous les chrétiens.
    L’ORIGINE DE LA PÂQUE
    3, 4. Quels évènements ont entouré la première Pâque ?
    3 Dans le monde, des centaines de millions de non-Juifs ont une certaine connaissance des évènements qui ont entouré la première Pâque. Ils ont peut-être lu le livre de l’Exode, entendu parler de cette histoire ou vu un film sur le sujet.
    4 Alors que les Israélites étaient esclaves en Égypte depuis de nombreuses années, Jéhovah a envoyé Moïse et son frère Aaron demander à Pharaon de libérer Son peuple. Mais l’orgueilleux dirigeant a refusé. Jéhovah a alors fait s’abattre sur le pays des plaies destructrices. Finalement, il a tué tous les premiers-nés d’Égypte. Cette dixième plaie a décidé Pharaon à libérer les Israélites (Exode 1:11 ; 3:9, 10 ; 5:1, 2 ; 11:1, 5).
    5. Que devaient faire les Israélites avant leur libération ? (voir illustration du titre).
    5 Que devaient faire les Israélites avant leur libération ? C’était en 1513 avant notre ère, à l’époque de l’équinoxe de printemps, au mois de Nisan*. Dieu avait ordonné que, le dixième jour de ce mois-là, les Israélites se préparent en vue de la célébration qui aurait lieu le quatorzième jour. Précisons que chez les Hébreux, le changement de jour se faisait au coucher du soleil. Au début du 14 Nisan, chaque famille allait devoir tuer un bélier (ou un bouc) et appliquer le sang de l’animal sur les montants et le haut de la porte (Exode 12:3-7, 22, 23). La famille mangerait ensuite l’agneau rôti accompagné d’herbes amères et de pain. L’ange de Dieu parcourrait alors le pays en tuant tous les premiers-nés d’Égypte. Les Israélites obéissants, eux, seraient protégés, puis libérés (Exode 12:8-13, 29-32).
    6. Après sa libération, comment le peuple de Dieu devait-il considérer la Pâque ?
    6 Les Israélites ont effectivement été libérés. Et Jéhovah leur a commandé de se rappeler cette libération les années suivantes. Il leur a dit : « Ce jour devra vous servir de mémorial, et vous devrez le célébrer comme une fête pour Jéhovah dans toutes vos générations. Vous le célébrerez comme une ordonnance pour des temps indéfinis. » La célébration du 14 Nisan était suivie d’une fête de sept jours. La Pâque en elle-même avait lieu le 14 Nisan, mais ce nom pouvait également désigner l’ensemble des huit jours de fête (Exode 12:14-17 ; Luc 22:1 ; Jean 18:28 ; 19:14). La Pâque faisait partie des « fêtes fixées » que les Hébreux devaient célébrer chaque année (2 Chroniques 8:13).
    7. Qu’a institué Jésus lors de sa dernière Pâque ?
    7 Étant juifs et sous la Loi mosaïque, Jésus et ses apôtres célébraient la Pâque (Matthieu 26:17-19). Lors de sa dernière Pâque, Jésus a institué un nouvel évènement que ses disciples devaient continuer d’observer chaque année : le Repas du Seigneur. Mais à quelle date devaient-ils le célébrer ?
    QUELLE DATE POUR LE REPAS DU SEIGNEUR ?
    8. Quelle question se pose concernant la Pâque et le Repas du Seigneur ?
    8 C’est juste après avoir célébré la dernière Pâque valide que Jésus a institué le Repas du Seigneur. Ces deux évènements ont donc eu lieu le même jour. Mais tu as peut-être noté que la date à laquelle la Pâque juive est célébrée à notre époque diffère parfois d’un ou de plusieurs jours de la date à laquelle nous commémorons la mort du Christ. Pourquoi cette différence ? Elle s’explique notamment par le commandement donné aux Israélites. Jéhovah n’a pas seulement dit qu’ils devaient tuer l’agneau le 14 Nisan, il a précisé à quel moment du jour ils devaient le faire (lire Exode 12:5, 6).
    9. Selon Exode 12:6, à quel moment devait-on tuer l’agneau pascal ? (Voir aussi l’encadré « À quel moment du jour ? »)
    9 En Exode 12:6 l’ordre est de tuer l’agneau « entre les deux soirs ». Certaines Bibles utilisent d’ailleurs exactement cette expression. D’autres mettent « au crépuscule », « à la tombée du soir », « au coucher du soleil » ou « à la nuit tombante ». L’agneau devait donc être abattu après le coucher du soleil mais alors qu’il faisait encore clair, au début du 14 Nisan.
    10. D’après certains Juifs, quand tuait-on l’agneau, mais quelle question cela suscite-t-il ?
    10 Plus tard, on apportait les agneaux au temple pour les abattre. Du coup, certains Juifs ont estimé qu’il aurait fallu des heures pour abattre tous ces agneaux. Ils ont donc émis l’idée qu’Exode 12:6 faisait référence à la fin du 14 Nisan, entre le moment où le soleil commence à décroître après midi et celui où il se couche. Mais si c’est le cas, quand mangeait-on le repas pascal ? Le professeur Jonathan Klawans, spécialiste du judaïsme antique, explique : « Le jour nouveau commence au coucher du soleil. Le sacrifice est donc fait le 14, mais le début de la Pâque et le repas pascal ont en fait lieu le 15, même si cette succession d’évènements n’est pas précisée dans l’Exode ». Le professeur poursuit : « Les écrits rabbiniques [...] ne prétendent même pas nous donner des informations sur la façon dont se déroulait le Séder [le repas pascal] avant la destruction du Temple » en 70 de n. è. (C’est nous qui soulignons.) ((Là, l’utilisation des crochets est appropriée))
    11. a) Qu’a subi Jésus le jour de la Pâque 33 ? b) Pourquoi le 15 Nisan 33 était-il un « grand » sabbat ? (Voir la note.)
    11 Mais que s’est-il passé lors de la Pâque 33 ? Le 13 Nisan, alors qu’approchait le jour « où l’on devait sacrifier la victime pascale », le Christ a dit à Pierre et à Jean : « Allez préparer la Pâque, pour que nous la mangions » (Luc 22:7, 8). Finalement, l’heure du repas pascal est arrivée, le jeudi soir après le coucher du soleil, au début du 14 Nisan. Jésus a mangé le repas avec ses apôtres et a ensuite institué le Repas du Seigneur (Luc 22:14, 15). Dans la nuit, il a été arrêté et jugé. Puis aux environs de midi toujours le 14 Nisan, il a été mis au poteau, et il est mort dans l’après-midi (Jean 19:14). Ainsi, « Christ notre Pâque a été sacrifié » le jour même où l’agneau pascal a été tué (1 Corinthiens 5:7 ; 11:23 ; Matthieu 26:2). Alors que ce jour juif arrivait à son terme, soit avant le début du 15 Nisan*, Jésus a été déposé dans la tombe (Lévitique 23:5-7 ; Luc 23:54).
    UN MÉMORIAL QUI TE CONCERNE
    12, 13. Pourquoi la célébration de la Pâque était-elle utile aux enfants juifs ?
    12 Mais revenons à l’époque de la sortie d’Égypte. Moïse a dit qu’à l’avenir, le peuple de Dieu devrait continuer d’observer la Pâque. C’était une prescription « pour des temps indéfinis ». Chaque année, les enfants poseraient des questions à leurs parents sur la signification de cette fête (lire Exode 12:24-27 ; Deutéronome 6:20-23). Ainsi la Pâque serait un « mémorial » aussi pour les enfants (Exode 12:14).
    13 Chaque nouvelle génération apprendrait des leçons importantes, transmises de père en fils. Par exemple, que Jéhovah est capable de protéger ses serviteurs. Les enfants comprendraient également que Jéhovah n’est pas une divinité impersonnelle, mais plutôt un Dieu réel, qui s’intéresse à son peuple et qui agit en sa faveur. Il l’a démontré le jour où « il a frappé les Égyptiens » tout en protégeant les premiers-nés israélites.
    14. Quelle leçon les parents peuvent-ils enseigner à leurs enfants grâce à la Pâque ?
    14 Si tu as des enfants, tu ne leur expliques pas forcément chaque année la signification de la Pâque. Par contre, leur enseignes-tu la leçon qui s’en dégage, que Jéhovah protège son peuple ? Leur dis-tu que tu es profondément convaincu qu’il est toujours le Protecteur de son peuple ? (Psaumes 27:11 ; Isaïe 12:2). Et le fais-tu, non pas sous la forme d’un sermon, mais d’une conversation agréable ? Efforce-toi de parler de cet enseignement à ta famille pour qu’elle ait davantage confiance en Jéhovah.
     Quelles leçons peux-tu apprendre à tes enfants en étudiant la Pâque avec eux ? (voir paragraphe 14).
    15, 16. Quelle capacité de Jéhovah le récit de la Pâque et de l’Exode fait-il ressortir ?
    15 Une autre leçon se dégage de la Pâque. Jéhovah « a fait sortir d’Égypte » les Israélites, il les a libérés. Réfléchis à ce que cela signifie : il les a guidés par le moyen d’une colonne de nuage et de feu. Le peuple a marché sur le fond de la mer avec des murailles d’eau à sa gauche et à sa droite. Une fois en sécurité de l’autre côté de la mer Rouge, ils ont vu les murs d’eau s’abattre sur l’armée égyptienne. Voilà pourquoi les Israélites, alors libres, ont chanté : « Que je chante pour Jéhovah [...]. Le cheval et son cavalier, il les a jetés dans la mer. Ma force et ma puissance, c’est Yah, puisqu’il devient mon salut » (Exode 13:14, 21, 22 ; 15:1, 2 ; Psaumes 136:11-15).
    16 Aides-tu tes enfants à voir en Jéhovah un Libérateur ? Constatent-ils ta conviction dans tes conversations et tes décisions ? Que dirais-tu de discuter d’Exode chapitres 12 à 15 lors du culte familial et de mettre l’accent sur la façon dont Jéhovah a délivré son peuple ? Tu peux aussi aborder ce thème en prenant pour base Actes 7:30-36 ou Daniel 3:16-18, 26-28. Tous, jeunes et vieux, nous devrions être convaincus que Jéhovah n’a pas perdu sa capacité à libérer son peuple. Il a délivré les Israélites aux jours de Moïse et il nous délivrera à coup sûr (lire 1 Thessaloniciens 1:9, 10).
    LEÇONS POUR LES CHRÉTIENS
    17, 18. Que nous rappelle l’usage qui a été fait du sang lors de la première Pâque ?
    17 Étant chrétiens, nous ne célébrons pas la Pâque juive car c’était une prescription de la Loi mosaïque et nous ne sommes pas sous la Loi (Romains 10:4 ; Colossiens 2:13-16). Ce que nous tenons à commémorer, c’est ((le souper du seigneur pour ceux qui restent des 14400 oints, puis :)) la mort du Christ. Cependant, des aspects de la Pâque instituée en Égypte nous concernent.
    18 L’aspersion du sang d’agneau sur les encadrements des portes avait pour but de préserver la vie. Aujourd’hui, nous n’offrons pas de sacrifices d’animaux à Dieu, ni lors de la Pâque ni à aucune autre occasion. Il existe cependant un sacrifice supérieur qui peut préserver la vie pour toujours. C’est le « sang d’aspersion », celui de Jésus. Il permet de préserver la vie des chrétiens oints, que l’apôtre Paul a appelés « congrégation des premiers-nés qui ont été inscrits dans les cieux » (Hébreux 12:23, 24). Les chrétiens qui espèrent vivre pour toujours sur la terre ont eux aussi besoin du sang de Jésus pour être sauvés. Ils doivent constamment se rappeler cette certitude : « Par son moyen nous avons la libération par rançon grâce au sang de celui-là, oui le pardon de nos fautes, selon la richesse de sa faveur imméritée. » (Éphésiens 1:7).
    19. Qu’est-ce qui augmente ta confiance dans les prophéties ?
    19 Les Israélites ne devaient briser aucun des os de l’agneau pascal (Exode 12:46 ; Nombres 9:11, 12). Qu’en est-il de l’« Agneau de Dieu », qui est venu fournir la rançon ? (Jean 1:29). Il a été mis au poteau avec deux malfaiteurs à ses côtés. Les Juifs ont demandé à Pilate que l’on brise les os des trois hommes, pour que ceux-ci meurent plus rapidement et ne soient pas laissés sur le poteau le 15 Nisan, un sabbat double. Les soldats ont brisé les jambes des deux criminels, « mais en venant à Jésus, comme ils virent qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes » (Jean 19:31-34). L’agneau pascal était donc en un sens une « ombre » des choses qui devaient se produire le 14 Nisan 33 (Hébreux 10:1). De plus, la façon dont les choses se sont déroulées a accompli Psaume 34:20. Cela devrait augmenter notre confiance dans les prophéties de la Bible.
    20. Quelle différence notable y a-t-il entre la Pâque et le Repas du Seigneur ?
    20 Il y a néanmoins des différences entre la Pâque et le Repas du Seigneur. Cela montre que la Pâque juive ne préfigurait pas ce que le Christ a commandé à ses disciples de faire en souvenir de sa mort. En Égypte, les Israélites ont mangé la chair de l’agneau, mais pas son sang. Par contre, Jésus a demandé à ceux qui régneraient « dans le royaume de Dieu » de consommer à la fois le pain et le vin, des symboles de son corps et de son sang. Nous le verrons plus en détail dans l’article suivant (Marc 14:22-25).
    21. Pourquoi les chrétiens devraient-ils s’intéresser à la Pâque ?
    21 Il ne fait aucun doute que la Pâque a profondément marqué les relations d’Israël avec Dieu. Elle offre des leçons instructives pour chacun de nous. Même si c’est pour les Juifs qu’elle devait constituer un « mémorial », les chrétiens devraient connaître cet évènement et prendre à cœur les précieuses leçons qui s’en dégagent, sachant que « toute Écriture est inspirée de Dieu » (2 Timothée 3:16).
    *. [Notes] Le premier mois du calendrier juif, Abib, a été renommé Nisan seulement après l’exil. Mais, par souci de simplicité, nous utiliserons Nisan. Le jour suivant la Pâque, le 15 Nisan, était le premier jour de la fête des Gâteaux sans levain, qui était toujours un sabbat. En 33, le 15 Nisan était aussi le sabbat hebdomadaire (du vendredi soir au samedi soir). Lorsque deux sabbats tombaient le même jour, on appelait ce jour un « grand » sabbat (lire Jean 19:31, 42).
    [Illustration, page 17] [Encadré, page 19]
    À QUEL MOMENT DU JOUR ?  Marcus Kalisch (1828-1885), un commentateur juif, a écrit : « Cette même opinion a été clairement exprimée par Ebn Ezra [un rabbin espagnol respecté, 1092-1167] : “Nous avons deux soirs ; le premier, c’est le coucher du soleil [...] et le second, le moment où la lumière cesse d’être réfléchie par les nuages ; entre les deux, il y a un intervalle d’environ une heure et vingt minutes” ; et cette explication, qui semble être l’interprétation la plus rationnelle, est aussi celle des Karaïtes et des Samaritains, et a été adoptée par de nombreux autres. » L’opinion selon laquelle l’agneau était tué au début du 14 Nisan s’accorde avec l’ordre donné aux Israélites en Deutéronome 16:6, à savoir que « la Pâque » devait être sacrifiée « le soir, dès que se couchera le soleil, au temps fixé de [la] sortie d’Égypte » (Ex. 30:8 ; Nomb. 9:3-5, 11). [Illustration, page 20] Quelles leçons peux-tu apprendre à tes enfants en étudiant la Pâque avec eux ? (voir paragraphe 14).
    Copyright © 2014 Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    etudiant tj/tjc
    Admin

    Messages : 694
    Date d'inscription : 16/04/2014

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par etudiant tj/tjc le Mer 23 Avr - 6:38

    bon et alors, à quoi servent ces "commentaires" entre ((.....)) ou entre [[.....]] ?
    à répondre à des faits ou à des questions ? à prendre et à reprendre quiconque dévie un tant soit peu de la bible et de ses vérités immuables ?
    en tous cas, ils sont utiles, et ne peuvent faire l'objet d'aucune interdiction, même de la part des rédacteurs de publications bibliques ! (tous groupes cultuels inclus) merci.  Very Happy 


    Dernière édition par etudiant tj/tjc le Sam 5 Juil - 6:13, édité 1 fois (Raison : compléments d'objet)


    _________________
    (Ecclésiaste 12:10) *[...] trouver les paroles délicieuses et comment écrire des paroles de vérité qui soient exactes.*
    (2 Timothée 2:15) *[...] expose correctement la parole de la vérité.*
    (Psaume 49:3) *3 Ma bouche va énoncer des choses de sagesse, et la méditation de mon cœur [portera] sur des choses intelligentes.*
    (Ecclésiaste 12:13) * La conclusion de la chose, tout ayant été entendu : Crains le [vrai] Dieu et garde ses commandements. Car c’est là toute [l’obligation] de l’homme.


    Contenu sponsorisé

    Re: LA TOUR DE GARDE : QUESTIONS/RÉPONSES/COMMENTAIRES

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:48


      La date/heure actuelle est Jeu 8 Déc - 10:48