DES TJ-TJC discutent Bible en main (Malaki 3:16)

DES TJ-TJC discutent Bible en main (Malaki 3:16)

DES TJ-TJC discutent Bible en main (Malaki 3:16) -.- DES TÉMOINS POUR ET DE JÉHOVAH et POUR ET DE JÉSUS-CHRIST discutent (Malaki 3:16 ) -.- TEMOIGNER POUR LE VRAI DIEU YaHaWaH ET SON FILS Jésus-Christ ET PROMOUVOIR LA BIBLE


La publicité intempestive qui se trouve sur le site-forum n'est pas de notre initiative, merci de votre compréhension, nous vous souhaitons une bonne lecture, et compréhensions, s'il vous plait aussi de lire le règlement du site-forum, et d'y apporter votre respect, et convenances. Cordialement. Bienvenue à tous, aux chrétiens (-ennes) et aux chercheurs (-cheuses) de la vérité Biblique, aux tj, aux tjc, aux tj-wtb&ts, aux tj-tjc....afin de servir le vrai Dieu : İHVH (İaHaVaH) et son fils : JC (Jésus-Christ//Yahshoua'h Maschia'h). Le site se met en "vacances" dès Janvier 2016, le site restera fermé pendant un temps indéterminé, pour les réponses et les sujets des internautes, donc il fonctionnera au ralenti pour les réponses et les sujets bibliques des administrateurs.


    Noter/Noté/Notations/selon la Bible/selon des hommes :

    Partagez

    Auteur du site
    retour vers le futur

    Messages : 682
    Date d'inscription : 11/12/2009
    Age : 65
    Localisation : planète terre

    Noter/Noté/Notations/selon la Bible/selon des hommes :

    Message par Auteur du site le Lun 12 Sep - 7:43

    Noter/Noté/Notations/selon la Bible/selon des hommes :

    Questions de lecteurs :

    ©©© Sujet commenté en 2011 entre (((……….))) ©©©

    ©©© Autres références : (((*** dx86-10 Noter (2 Thessaloniciens 3:14) *** contraste avec l’excommunication : it-1 853 ---discours de mise en garde conduit à : od 150-151 ;
    w99 15/7 31*** Document extrait *** *** w99 15/7 p. 31 Questions des lecteurs ***Ils pourront alors prévoir un discours expliquant pourquoi il faut rejeter ce genre de comportement désordonné. Ils ne nommeront personne, mais leur discours de mise en garde contribuera à protéger la congrégation, car les auditeurs réceptifs feront spécialement attention à limiter les activités amicales avec toute personne qui manifeste ouvertement une telle attitude désordonnée.

    *** w99 15/7 p. 31 Questions des lecteurs ***Si l’individu concerné ne prend pas conscience du caractère fautif de son comportement mais persiste à exercer une influence néfaste (((encore faut-il apporter des preuves de cette persistance d’influence néfaste bibliquement))) , les anciens peuvent avertir la congrégation par un discours qui explique clairement le point de vue biblique (((sans ajouter et sans retrancher à la bible))) , qu’il soit question de la fréquentation d’un non-croyant en vue du mariage ou de tout autre comportement qui ne convient pas (((par exemple le problème des insertions mal ponctuées dans les publications wtb&ts))) (1 Corinthiens 7:39 ; 2 Corinthiens 6:14).

    ---examen : od 150-151 ; w99 15/7 29-31 *** w99 15/7 p. 29-31 Questions des lecteurs ***
    Questions des lecteurs
    En 2 Thessaloniciens 3:14, il est question de ‘ noter ’ quelqu’un ; s’agit-il d’une mesure formelle de la congrégation ou d’une attitude qu’un chrétien adopte à titre individuel pour éviter les indisciplinés ?
    Les paroles de l’apôtre Paul aux Thessaloniciens indiquent que les anciens de la congrégation ont un rôle précis à jouer quand il s’agit de ‘ noter ’ quelqu’un. Toutefois, à titre individuel, les chrétiens tiennent compte de cette mesure pour des raisons d’ordre spirituel. C’est ce qui ressort de l’examen du conseil de Paul replacé dans son contexte.
    Paul avait participé à la formation de la congrégation de Thessalonique en aidant des hommes et des femmes à devenir croyants (Actes 17:1-4). Par la suite, il leur a écrit de Corinthe pour les féliciter et les encourager. Il leur a également donné des conseils dont ils avaient besoin. Il les a engagés à ‘ vivre tranquilles, à s’occuper de leurs propres affaires et à travailler de leurs mains ’. Certains ne se comportaient pas de la sorte, et c’est pourquoi Paul a ajouté : “ Nous vous exhortons, frères : avertissez les désordonnés, parlez de façon consolante aux âmes déprimées, soutenez les faibles. ” Manifestement donc, il se trouvait dans la congrégation des “ désordonnés ” qu’il était nécessaire de conseiller. — 1 Thessaloniciens 1:2-10 ; 4:11 ; 5:14.
    Quelques mois plus tard, Paul a envoyé aux Thessaloniciens une seconde lettre qui contenait des remarques supplémentaires concernant la future présence de Jésus. Paul leur a aussi donné d’autres conseils sur la conduite à tenir à l’égard de ceux qui ‘ ne travaillaient pas mais se mêlaient de ce qui ne les regarde pas ’. Leur comportement était en contradiction avec l’exemple de Paul, un homme très travailleur, et avec l’ordre clair qu’il avait formulé sur la nécessité de travailler pour subvenir à ses besoins (2 Thessaloniciens 3:7-12). Paul a demandé que certaines mesures soient prises. Ces mesures faisaient suite aux démarches déjà entreprises par les anciens, qui avaient averti, ou conseillé, les désordonnés. Paul a écrit :
    “ Or nous vous ordonnons, frères, [...] de vous éloigner de tout frère qui marche de manière désordonnée et non selon la tradition que vous avez reçue de nous. Quant à vous, frères, ne renoncez pas à faire le bien. Mais si quelqu’un n’obéit pas à notre parole qui vous est parvenue grâce à cette lettre, notez cet homme, cessez de le fréquenter, pour qu’il en prenne honte. Et pourtant, ne le considérez pas comme un ennemi, mais continuez à l’avertir comme un frère. ” — 2 Thessaloniciens 3:6, 13-15.
    Les mesures qu’il convenait d’ajouter étaient donc les suivantes : s’éloigner des désordonnés, les noter, cesser de les fréquenter mais continuer à les avertir comme des frères. Dans quelles circonstances les membres de la congrégation pourraient-ils être amenés à adopter cette attitude ? Pour le préciser, commençons par définir trois situations auxquelles Paul ne faisait pas allusion en l’occurrence.
    1) Nous savons que les chrétiens sont imparfaits et ont des manquements. Cependant, l’amour caractérise le vrai christianisme, et il nous commande de faire preuve de compréhension et de pardonner aux autres leurs erreurs. Par exemple, un chrétien pourrait céder exceptionnellement à une explosion de colère, comme celle qui survint entre Paul et Barnabas (Actes 15:36-40). Ou bien, en raison de la fatigue, quelqu’un pourrait avoir des paroles dures et acerbes. Dans de tels cas, en manifestant l’amour et en mettant en pratique les conseils de la Bible, nous pouvons passer sur le faux pas, continuer à vivre, à nous retrouver ou à collaborer avec notre compagnon dans la foi (Matthieu 5:23-25 ; 6:14 ; 7:1-5 ; 1 Pierre 4:8). Manifestement ce n’est pas de ce genre de manquements que parlait Paul en 2 Thessaloniciens.
    2) Paul n’évoquait pas non plus une situation dans laquelle un chrétien choisit de lui-même de fréquenter moins étroitement quelqu’un dont les manières d’agir ou l’état d’esprit laissent à désirer, par exemple un frère qui semble s’intéresser excessivement aux divertissements ou aux choses matérielles. Des parents pourraient décider que leur enfant fréquentera moins des jeunes qui ne respectent pas l’autorité de leurs parents, qui jouent de manière brutale ou dangereuse, ou qui ne prennent pas le christianisme au sérieux. Il s’agit là de décisions strictement personnelles qui s’appuient sur Proverbes 13:20 : “ Qui marche avec les sages deviendra sage, mais qui a des relations avec les stupides s’en trouvera mal. ” — Voir aussi 1 Corinthiens 15:33.
    3) Dans un tout autre registre de gravité, Paul écrivit aux Corinthiens à propos de celui qui pratiquerait un péché grave et ne manifesterait pas de repentir. Un tel pécheur non repentant devait être exclu de la congrégation. L’homme “ méchant ” devait en quelque sorte être livré à Satan. Ensuite, les chrétiens fidèles ne devaient plus le fréquenter, ne plus se mêler à lui ; l’apôtre Jean demanda aux chrétiens de ne pas même le saluer (1 Corinthiens 5:1-13, note ; 2 Jean 9-11). Mais ce cas de figure ne correspond pas non plus au conseil de 2 Thessaloniciens 3:14.
    Le problème des “ désordonnés ” dont il est question en 2 Thessaloniciens est différent des trois situations que nous venons d’évoquer. Paul a écrit que ces désordonnés étaient toujours des “ frères ” qu’il fallait avertir et traiter comme tels. Le problème afférent à ces frères “ désordonnés ” n’était pas une simple question de point de vue personnel sur un autre chrétien, mais n’était pas non plus suffisamment grave pour que les anciens de la congrégation aient à intervenir par une mesure d’exclusion, comme le fit Paul pour le cas d’immoralité sexuelle à Corinthe. À la différence de l’homme qui fut exclu à Corinthe, les “ désordonnés ” n’étaient pas coupables de péché grave.
    Les “ désordonnés ” de Thessalonique étaient coupables de déviations importantes par rapport au christianisme. Ils ne voulaient pas travailler, soit parce qu’ils pensaient que le retour de Christ était imminent, soit parce qu’ils étaient paresseux. De plus, ils provoquaient des troubles importants en ‘ se mêlant de ce qui ne les regardait pas ’. Sans doute les anciens de la congrégation les avaient-ils déjà conseillés à plusieurs reprises, conformément à la première lettre de Paul et à d’autres recommandations divines (Proverbes 6:6-11 ; 10:4, 5 ; 12:11, 24 ; 24:30-34). Pourtant, ils persistaient dans un comportement qui avait une mauvaise influence sur la congrégation et risquait de gagner d’autres chrétiens. Aussi Paul, en sa qualité d’ancien de la congrégation chrétienne, sans nommer les personnes, attirait-il ouvertement l’attention sur leur conduite désordonnée et dévoilait-il leur égarement.
    Il informait également la congrégation qu’il serait bien que ses membres, à titre individuel, ‘ notent ’ les désordonnés. Cela supposait que chaque chrétien devait prendre note des individus dont les actions correspondaient au comportement contre lequel la congrégation était publiquement mise en garde. Paul conseillait de ‘ s’éloigner de tout frère qui marche de manière désordonnée ’. Cela ne pouvait manifestement pas signifier éviter totalement l’individu en question, car on devait ‘ continuer à l’avertir comme un frère ’. Les membres de la congrégation continueraient d’avoir avec lui des contacts fraternels lors des réunions et peut-être dans le ministère. Ils pouvaient espérer qu’il serait sensible à l’avertissement et renoncerait à ses manières d’agir troublantes.
    En quel sens allaient-ils ‘ s’éloigner ’ de ce frère ? De toute évidence dans le domaine des activités entre amis (comparer avec Galates 2:12). En cessant de s’associer avec lui pour des activités amicales ou des divertissements, ils pouvaient lui montrer que les chrétiens attachés aux principes n’appréciaient pas ses manières d’agir. Et quand bien même l’individu en question n’en prendrait pas honte ou ne changerait pas, du moins les autres risqueraient-ils moins d’adopter ses manières d’agir. Mais en même temps, ces chrétiens devaient personnellement concentrer leur attention sur des choses constructives. Paul leur a donné ce conseil : “ Quant à vous, frères, ne renoncez pas à faire le bien. ” — 2 Thessaloniciens 3:13.
    Manifestement donc, ce conseil apostolique ne nous permet pas de mépriser ou de juger nos frères qui font une erreur ou un faux pas de moindre importance. Il a plutôt pour but d’aider celui qui adopte un comportement perturbateur dérogeant nettement au christianisme.
    Paul n’a pas établi des règles détaillées comme s’il voulait établir une procédure complexe. Mais il est clair que les anciens doivent commencer par conseiller l’individu désordonné et s’efforcer de l’aider. Si, malgré cela, celui-ci s’entête dans une attitude qui sème le trouble et qui risque de se répandre, ils jugeront peut-être nécessaire de mettre en garde la congrégation. Ils pourront alors prévoir un discours expliquant pourquoi il faut rejeter ce genre de comportement désordonné. Ils ne nommeront personne, mais leur discours de mise en garde contribuera à protéger la congrégation, car les auditeurs réceptifs feront spécialement attention à limiter les activités amicales avec toute personne qui manifeste ouvertement une telle attitude désordonnée.
    Il est à espérer que l’individu désordonné finira par prendre honte de son comportement et ressentira le désir de changer. Les anciens et les autres membres de la congrégation remarquant ce changement, ils pourront décider individuellement de mettre fin aux limites qu’ils s’étaient imposées à son égard en ce qui concerne les activités entre amis.
    Pour résumer : si quelqu’un se conduit de manière désordonnée, les anciens de la congrégation prennent l’initiative de proposer leur aide et leurs conseils (((personnels ou bibliques ???))). Si l’individu concerné ne prend pas conscience du caractère fautif de son comportement mais persiste à exercer une influence néfaste, les anciens peuvent avertir la congrégation par un discours qui explique clairement le point de vue biblique, qu’il soit question de la fréquentation d’un non-croyant en vue du mariage ou de tout autre comportement qui ne convient pas (1 Corinthiens 7:39 ; 2 Corinthiens 6:14). Les membres de la congrégation ainsi mis en garde peuvent alors à titre individuel décider de limiter les activités amicales avec des individus qui se comportent manifestement de manière désordonnée mais sont toujours leurs frères.
    [Note]
    Ce mot grec était employé pour parler de soldats qui sortaient des rangs ou ne se pliaient pas à la discipline militaire, ainsi que pour désigner des élèves qui manquaient volontairement les cours.
    [Illustrations, page 31]
    Les anciens avertissent les individus désordonnés sans cesser de les considérer comme des frères.
    ; om 150-151))) ©©©


    ©©© *** w73 15/8 p. 510-512 Questions de lecteurs ***
    ● En quel sens, selon II Théssaloniciens 3:14, 15, quelqu’un est-il ‘noté’ ?
    L’apôtre Paul écrivit à la congrégation de Théssalonique : “Si quelqu’un n’est pas obéissant envers notre parole par cette lettre, notez-le, cessez de le fréquenter, afin qu’il ait honte. Et cependant ne le considérez pas comme un ennemi, mais continuez de le reprendre comme un frère.” (II Théssaloniciens. 3:14, 15). Un peu avant, dans cette même lettre, Paul avait donné des instructions semblables en disant : “Or nous vous donnons des ordres, frères, au nom du Seigneur Jésus-Christ, vous enjoignant de vous retirer de tout frère qui marche dans le désordre (((considérer ce qu’est « l’ordre », à ce qu’est le « désordre »))) et non selon la tradition (((mode de vie coutumier basé sur les saintes écritures et l’expérience chrétienne))) que vous avez reçue de nous.” (Verset 6). Paul continue en montrant aux Théssaloniciens qu’ils ont reçu la “tradition” de lui et de ses compagnons, en ce sens qu’ils leur ont donné l’exemple en travaillant durement avec eux, à Théssalonique. Si la majorité des membres de la congrégation se conduisaient bien, il y en avait qui ‘marchaient dans le désordre, qui ne travaillaient pas du tout, mais se mêlaient de ce qui ne les regardait pas’. — Versets 7-11.
    Ces chrétiens marchant dans le “désordre” ne commettaient pas de graves transgressions, telles que la fornication, l’idolâtrie ou l’extorsion, ce qui aurait obligé la congrégation à les exclure (((excommunier ou chasser des assemblées chrétiennes/ou/congrégations))) s’ils ne se repentaient pas (I Corinthiens. 6:9-13). Toutefois, ils étaient de mauvais exemples et exerçaient une influence néfaste sur la congrégation. Sous certains aspects du moins, ils ne reflétaient pas ce que devait être le véritable christianisme (((peut-il en être de même de « noter » un groupe cultuel, ou précisément ses dirigeants responsables, qui ne reflètent pas tout à fait les lois et principes bibliques immuables ??? notamment dans l’affaire des incises de narrations mal ponctuées placées dans des citations bibliques de leurs publications usuelles/ceci malgré plusieurs avertissements écrits et oraux ???))). Même s’ils n’étaient pas coupables d’une inconduite flagrante, il ne s’agissait pas non plus de quelque chose de si infime qu’il était possible de passer dessus ou de le couvrir par l’amour (I Pierre 4:8). Il fallait donc ‘noter’ de telles personnes. Mais qui devait le faire, et comment ?
    Remarquez que la lettre de Paul n’était pas adressée à un surveillant, tel que Timothée ou Tite, et qu’il n’est pas fait particulièrement mention de surveillants (comme dans Philippiens 1:1). La lettre est adressée “à la congrégation” en général (II Théssaloniciens. 1:1). Il n’est donc pas question ici d’aînés (((anciens))) qualifiant officiellement et publiquement de ‘désordonnée’ la conduite de certains chrétiens, mais ce sont les membres de la congrégation qui, individuellement, doivent les noter. Ici, ‘noter’ a le même sens que lorsque nous disons : “Notez mes paroles”, c’est-à-dire prenez-en bien note.
    On peut illustrer cela par un exemple contraire (((et pondéré))), en considérant le Psaume 37:37 qui parle de noter favorablement quelqu’un. Il donne cette exhortation : “Observe celui qui est intègre [“note l’homme d’intégrité”, Jewish Publication Society], et regarde celui qui est droit ; car il y a une postérité pour l’homme de paix.” Les chrétiens sont également encouragés à ‘garder les yeux’ sur ceux qui donnent le bon exemple, à observer leur conduite et à imiter leur foi (Philippiens. 3:17 ; Hébreux. 13:7). Évidemment, cela n’exige pas que l’on nomme publiquement ceux qui donnent le bon exemple. Leur bonne conduite est éloquente et devient connue de ceux qui les observent. Il en est de même de la mauvaise conduite de ceux qui marchent dans le désordre (((que faut-il entendre par là ? qu’est ce ‘’désordre’’ ? par rapport à quel ‘’ordre’’ ? la parole divine ou celle coutumière cultuelle et interne des groupes cultuels qui génèrent et produisent leurs propres règlements internes servant de légiférations internes?))) , et les membres de la congrégation peuvent (((s’ils l’estiment en toute bonne conscience et bibliquement))) individuellement les ‘noter’ comme ne devant pas être imités.
    Dans quelle mesure (((utiliser le bon sens et la pondération/l’excès ou la modération ?))) doivent-ils ‘cesser de fréquenter’ ceux qui sont ainsi ‘notés’ ? Le verset 6 de ce chapitre nous dit de nous “retirer [“éloigner”, Segond] de tout frère qui marche dans le désordre”. Il faut comprendre cela dans le même sens que Galates 2:12, où il nous est rapporté que Pierre, agissant mal dans ce cas-là, “se retirait et se séparait” des gens des nations, alors qu’auparavant il mangeait avec eux (((là il y avait une apparence de conduite visible pouvant choquer ou être une cause d’achoppement pour les autres observateurs, chrétiens ou non chrétiens))) . Il ressort donc de cela que les membres de la congrégation (((qui ‘’notent’’ quelqu’un ou décident de le ‘’noter ‘’après une évaluation sérieuse et biblique))) cesseront d’entretenir des relations sociales (((toutefois, il existe « « un minimum social » » d’usage entre les humains/ce qui évite les excès en tout genre ou le fanatisme religieux intolérant et sectaire))) avec ceux qu’ils ‘notent’, afin de montrer qu’ils n’approuvent pas (((toute))) leur conduite ni (((toute))) leur façon de faire.
    Prenons un exemple. Dans une congrégation, quelqu’un peut ne pas suivre l’avertissement biblique concernant les fréquentations du ’’’monde’’’ (((éloigné du vrai Dieu))) et aller jusqu’à sortir avec un incroyant (I Corinthiens. 7:39 ; 15:33 ; II Corinthiens. 6:14). Il peut même agir ainsi bien que de nombreux conseils aient été donnés sur cette question. Du pupitre ou d’une autre manière, les aînés (((anciens))) ont pu insister sur les conseils et les avertissements de la Bible mettant en garde contre une telle conduite, sans pour autant nommer les personnes concernées. Que faire alors ? Si des chrétiens sont invités par un membre de la congrégation à se joindre à lui dans ses fréquentations de gens du monde, ils le ‘noteront’ comme ‘marchant dans le désordre’ sous ce rapport. Ils ne voudront pas le suivre dans cette voie. Dans certains cas, des parents pourront juger nécessaire de dire à leurs enfants de limiter leurs fréquentations de certains jeunes membres de la congrégation qui, dans ce domaine, ‘marchent dans le désordre’. Évidemment, les aînés (((anciens))) veilleront à ne pas accorder à ces chrétiens des privilèges réservés à ceux qui doivent donner le bon exemple.
    Cela ne veut pas dire que les frères devront refuser de saluer ces chrétiens, comme si ces derniers faisaient partie de la catégorie des gens dont il est question dans II Jean 9-11. Lors des réunions chrétiennes ils les accueilleront et les traiteront d’une manière fraternelle. Toutefois, ils garderont présent à l’esprit qu’ils ne donnent pas le bon exemple et qu’ils ne suivent pas les conseils donnés (((conseils bibliques bien appliqués ou conseils internes du groupe cultuel ?))) ; si l’occasion leur en est offerte, ils les ‘reprendront comme des frères’ (((voir principe de Galates 6 :1-5))). Bien sûr, il est particulièrement important qu’eux-mêmes donnent le bon exemple dans les domaines concernés. — Tite 2:7, 8.
    Y a-t-il une différence entre ces chrétiens ‘notés’ et ceux qui ont pu commettre de graves péchés, mais qui n’ont pas été exclus (((excommuniés ou chassés))) en raison de leur repentir sincère ? Assurément. Certes, ces derniers ont peut-être été repris publiquement, conformément à I Timothée 5:20, mais ils ont déjà reconnu leur mauvaise conduite, en ont éprouvé de la honte et se sont repentis. Ce n’est pas le cas de ceux qui doivent être ‘notés’. C’est précisément parce qu’ils n’ont pas reconnu leur faute au point de se repentir (((encore faut-il qu’il y ait eu faute évidente, attention : car cette façon de faire peut et doit s’appliquer (par équité et pondération) aussi aux « donneurs de conseils » qui ont été avertis plusieurs fois de « fautes internes » dans le groupe cultuel ///par exemple : affaire des incises de narration de styles journalistiques mal ponctuées/// et en suspens (ou cachée) depuis plusieurs années…))) qu’il faut leur faire honte, et c’est pourquoi les frères cessent de les fréquenter ailleurs que là où c’est nécessaire, c’est-à-dire aux réunions chrétiennes.
    Le fait de ‘noter’ nos frères ne signifie pas que nous les ‘jugeons’ et les rejetons comme n’étant plus chrétiens, ni disciples, ni nos frères (((bibliquement personne n’est autorisé à ’’juger sur dossier ou par préjugés’’ des frères ou des sœurs, en les déclarant : « untel ou unetelle n’est plus témoin de Jéhovah », alors que seuls YHWH et JC (qui lisent dans les cœurs) ont l’exclusivité de Jugement à déclarer qui leur appartient ou non, cela reviendrait à un abus d’autorité et de langage…laissant entendre aux auditeurs un ‘’jugement ‘’ tellement tranché, que cela engendrerait des faux raisonnements et des attitudes ‘’sectaires’’..))). Nous ne les jugeons pas non plus à propos de questions qui sont laissées à la conscience de chacun (Romains. 14:10). Nous désapprouvons une habitude ou une certaine attitude de leur part qui est nettement contraire aux principes bibliques (((les principes bibliques ont des applications multiples, simples ou étendues, la maturité chrétienne est en considération d’évaluations pour chaque cas à considérer Cf. (Hébreux 5 :14))). S’ils changent de conduite, nous serons heureux de ne plus être obligés de les ‘noter’ et de pouvoir les fréquenter librement.
    Cependant, nous ne devrions pas considérer cette exhortation apostolique comme une raison pour mépriser ou traiter froidement quiconque ne se conforme pas exactement à ce que nous considérons personnellement comme l’attitude ou le modèle “idéal”. Certains partagent depuis peu la foi chrétienne et ont beaucoup à apprendre. Il faut faire preuve de considération et de patience envers eux (Romains. 14:1-4 ; 15:1). Nous pouvons donc nous poser cette question : “Ce chrétien marche-t-il vraiment dans le ‘désordre’ au point de mériter d’être noté ?” Un simple écart de conduite exceptionnel ne peut être comparé à une attitude continuelle contraire aux conseils bibliques très clairs. Nous devons également faire preuve de considération quand quelqu’un fait des efforts sincères pour surmonter ses faiblesses et désire vraiment s’améliorer. Nous désirons protéger notre santé spirituelle et celle de nos frères. Toutefois, nous voulons aussi ‘poursuivre les choses qui favorisent la paix et les choses qui édifient les uns les autres’, en manifestant un amour et un intérêt réels pour nos frères. — Romains. 14:19. ***©©©


    Dernière édition par NIKOLAJ le Mar 13 Sep - 21:29, édité 1 fois (Raison : compléments)


    _________________
    (Isaïe 66:5) 5 Entendez la parole de Yah-awah, vous qui tremblez à sa parole [...]

    etudiant tj/tjc
    Admin

    Messages : 694
    Date d'inscription : 16/04/2014

    Re: Noter/Noté/Notations/selon la Bible/selon des hommes :

    Message par etudiant tj/tjc le Dim 25 Mai - 5:51

    force est de § noter § que des fautes graves d'incises de narration (mal ponctuées dans des citations de la bible) persistent encore dans des publications, que diffusent abondamment des tj-wtb&ts, bien que des efforts semblent apparaître dans l'usage des crochets, les typographes, ou ceux qui mettent en page commencent à faire attention, car ils peuvent se révéler être des § pierres d'achoppement §, ou des personnes § en état d'apostasie § bibliquement "notées", par les lecteurs ou étudiants de publications produites par des "tj-wtb&ts".


    _________________
    (Ecclésiaste 12:10) *[...] trouver les paroles délicieuses et comment écrire des paroles de vérité qui soient exactes.*
    (2 Timothée 2:15) *[...] expose correctement la parole de la vérité.*
    (Psaume 49:3) *3 Ma bouche va énoncer des choses de sagesse, et la méditation de mon cœur [portera] sur des choses intelligentes.*
    (Ecclésiaste 12:13) * La conclusion de la chose, tout ayant été entendu : Crains le [vrai] Dieu et garde ses commandements. Car c’est là toute [l’obligation] de l’homme.


    etudiant tj/tjc
    Admin

    Messages : 694
    Date d'inscription : 16/04/2014

    Re: Noter/Noté/Notations/selon la Bible/selon des hommes :

    Message par etudiant tj/tjc le Jeu 12 Nov - 20:53

    *Notez* bien ceci pour éventuellement *noter* :

     No 2 Qu’est-ce que l’apostasie ? 12 octobre 2015



    _________________
    (Ecclésiaste 12:10) *[...] trouver les paroles délicieuses et comment écrire des paroles de vérité qui soient exactes.*
    (2 Timothée 2:15) *[...] expose correctement la parole de la vérité.*
    (Psaume 49:3) *3 Ma bouche va énoncer des choses de sagesse, et la méditation de mon cœur [portera] sur des choses intelligentes.*
    (Ecclésiaste 12:13) * La conclusion de la chose, tout ayant été entendu : Crains le [vrai] Dieu et garde ses commandements. Car c’est là toute [l’obligation] de l’homme.


    TJ-WTB&TS
    Admin

    Messages : 149
    Date d'inscription : 12/05/2015

    Re: Noter/Noté/Notations/selon la Bible/selon des hommes :

    Message par TJ-WTB&TS le Dim 24 Juil - 10:52

    etudiant tj/tjc a écrit:*Notez* bien ceci pour éventuellement *noter* :

     No 2 Qu’est-ce que l’apostasie ? 12 octobre 2015


    OK, il convient de noter l'exactitude de ce qu'est l'apostasie, merci pour ce sujet. scratch Idea Question study


    _________________
    2 Corinthiens 13 : 8 Car nous ne pouvons rien faire contre la vérité, mais seulement pour la vérité.

    Contenu sponsorisé

    Re: Noter/Noté/Notations/selon la Bible/selon des hommes :

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:33


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc - 12:33